Accueil » Le DLR devance l’ONERA sur le SCAF

Le DLR devance l’ONERA sur le SCAF
premium

Un partenariat n’exclut pas la concurrence. Le programme franco-allemand SCAF à peine lancé en est la preuve. L’Allemagne a choisi de pousser le DLR en dépit du manque d’expertise de ses chercheurs dans le domaine militaire. Elle prend de cours l’ONERA dans l’attente d’une décision de la France qui ne vient pas.

8.01.2020

Pendant que la France prend plaisir à parler du programme coopératif SCAF, l'Allemagne se met au travail. © Dassault Aviation

Lors de la réunion des laboratoires de recherches aéronautiques, au salon du Bourget 2019, la directrice du DLR allemand s’est félicitée de la décision de Parlement allemand de lui accorder une subvention inattendue de 106 M€. Elle a également annoncé à ses collègues européens que son ministère de tutelle lui a passé « un gros contrat pour son expertise en regard du programme SCAF », une expertise jugée par l’ONERA bien en deçà de la sienne.

Pragmatisme germanique et légèreté française

Cette réunion d'experts...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

  Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

12 commentaires

  • Bruno Guimbal

    Bonjour,
    L’article, qui ressemble un peu (trop) à une communication de lobbying de l’ONERA, sous-entend que le gouvernement français organise mal ses choix budgétaires et ne sait pas préparer l’avenir comme celui d’Allemagne.
    Qui peut penser que le gouvernement ait encore le moindre choix budgétaire disponible aujourd’hui ? Il est complètement écrasé entre notre endettement suicidaire et galopant (c’est bien le nôtre hélas, ou celui de nos enfants, pas le sien), et les revendications hurlantes et irresponsables de tous les jours.
    Pour le bon sens « du père de famille », les deux seules bonnes raisons de s’endetter, c’est soit d’étaler un coup dur passager, soit d’investir pour l’avenir. Donc un défaut d’investissement, c’est comme un endettement supplémentaire. Mais ça n’est pas comptabilisé.
    Quelle est la marge de choix de l’état entre les retraites des régimes déficitaires, et l’avenir de la première industrie du pays ? Moins que zéro ! Pour chaque milliard lâché, il faut bien trouver 10 fois 100 millions…
    Par ailleurs, je trouve qu’assimiler l’ONERA au « coach de l’équipe de France » est plus qu’exagéré. Je ne veux pas critiquer, j’ai eu plusieurs excellents profs qui travaillaient à l’ONERA, puis j’ai travaillé plusieurs fois sur des projets auxquels l’Office participait, mais quand même, dans tous les cas dont j’ai eu connaissance, l’industrie n’a pas fait appel à l’ONERA, c’est L’État qui par le biais de subventions dont une proportion était systématiquement réservée à l’Office, se mettait en entremetteur. C’est loin de l’idée du Coach…

    Enfin, je trouve vraiment ironique qu’en pleine crise de contestation pro-retraites des fonctionnaires et dérivés, on présente le départ à la retraite de nombreux scientifiques, au sommet de leur compétence, comme un handicap majeur. Tiens donc, du bon sens caché ? 🙂 Tous les Allemands (donc je suppose au DLR aussi) partent à la retraite vers 66 – 67 ans… on voudrait nous faire croire que ce n’est pas tout bénef pour la collectivité, la compétitivité, ces 7 ou 8 ans grattés ?
    Juste en France, au lieu de mettre volontairement les budgets (nos impôts) dans la recherche d’avenir, l’État les met, contraint et forcé, dans le soutien aux régimes de retraite des chercheurs. Et on critique le gouvernement, quel qu’il soit.
    Je parie que le retard de l’ONERA sur le DLR ne va pas aller en s’arrangeant.

    • Gil Roy
      Gil Roy

      Dans mon esprit, le coach de l’équipe de France, c’est le président de la République qui a mis en scène la signature du contrat, au salon du Bourget 2019. Pas l’ONERA qui serait peut-être l’avant-centre…

  • mikeul

    Le sujet a déjà été abordé dans un article des Échos: ce tropisme pro allemand du gouvernement Macron est intolérable car basé sur une théorie qu il faut faire du 50/50 avec les Allemands sous prétexte que c’est ainsi que l on bâtira l Europe de la défense. La priorité allemande est d acquérir des compétences dans les rares domaines où ils sont en retard sur nous pour ensuite développer leur industrie. En réalité cette stratégie cache une incapacité à financer les études amont nécessaires au SCAF par une absence de capacité à décider des bonnes priorités pour notre recherche amont. L ‘Onera qui a fourni à nos écoles d ingénieurs les meilleurs professeurs est une référence mondiale reconnue mais la participation de l état à son budget stagne au mieux alors que depuis cinq ans l Allemagne augmente le budget du DLR .De nombreux articles dans la presse en attestent. Les salaires de ces ingénieurs et doctorants sont inférieurs à ceux de l’ industrie et l’Office périclite. Pauvre pays que celui qui ne croit pas à sa recherche aéronautique et spatiale alors que des pays comme la Corée,la Turquie,le Brésil,le Japon à titre d exemples investissent seul dans des projets voisins du Scaf que nous pourrions faire seul sur la base de notre expérience en planifiant sur un cycle long les études amont mais pour cela il faut des dirigeants ayant une vision industrielle de long terme.

  • pierre legrand

    L’ONERA office public comme d’habitude ça ronronne, c’est lent…

    • Pilotaillon, qui aime les lieux chargés de belles histoires

      … quand on sait que certains équipements sont allemands à l’origine !
      Un office qui brasse intelligemment du vent ?

      (Je plaisante, tant je trouve que ces travaux sont utiles, pas uniquement en aéro)

    • Vladimir_K
      Vladimir_K

      Connaissant les services publics de plusieurs pays – y compris sur un plan professionnel – je me permets de souligner que selon mon expérience, les fonctionnaires français sont loin d’être les pires.

      Il y a malgré tout des fonctionnaires, que je qualifierai de romantiques, qui croient en ce qu’ils font, et j’ai tendance à penser qu’ils sont plus nombreux en proportion en France, qu’ailleurs (par exemple Outre Atlantique)

      • Jean Hermetz

        Si vous lisez bien l’article, ce n’est pas la supposée lenteur de l’ONERA qui et en cause, mais plutôt l’absence de décision de l’Etat quant au financement d’un contrat d’expertise vers l’ONERA, qui a toutes les compétences en la matière.
        Les personnels de l’ONERA ne sont pas fonctionnaires, ils ont un statut de droit privé. Les contrats qu’ils gagnent financent leurs salaires ; la subvention reçue, en diminution systématique depuis des années comme le précise l’article de Gil, ne couvrant qu’une fraction de son budget annuel, de l’ordre de 40%.

  • Denis

    Manifestement, les allemands ne sont pas en grève. On ne peut pas être partout à la fois !

  • Vladimir_K
    Vladimir_K

    Bonjour Gil,

    Bien que nous soyons censés avoir lu les précédents articles sur le SCAF (dont l’un d’eux est en lien de l’article), je pense qu’il serait intéressant tout de même d’indiquer la signification des acronymes lors de leur première utilisation dans le texte par exemple.

    Si au fur et à mesure de la lecture on finit par comprendre la signification de DLR, SCAF, etc. au premier abord, on se pose des questions.

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.