Accueil » Industrie » Le prototype du Cassio 330 sera fabriqué en Italie

Le prototype du Cassio 330 sera fabriqué en Italie

La cellule du prototype N°1 du Cassio 330 de VoltAero sera produite par TESI à Cicerale, dans le sud-ouest de l'Italie. © VoltAero

Depuis le salon d’Abu-Dhabi où il expose, Voltaero annonce la réalisation de la première tranche de son financement de 32 M€, avec l'italien TESI qui devient, à la fois investisseur stratégique et partenaire industriel. C’est à lui qu’est confiée la réalisation de la cellule du prototype N°1 de l’avion hybride-électrique Cassio 330.

Le nouveau tour de financement, qui porte sur une levée de fonds de 32 millions d’euros, est destiné à couvrir la certification et le lancement de la production du premier membre de la famille d’avions électriques-hybrides, le Cassio 330. Premier investisseur privé à entrer dans ce tour de table à hauteur d’un montant qui n’a pas été révélé, l’italien TESI (Tecnologie E Servizi Innovativi S.r.l.) produira la cellule du prototype n° 1 du Cassio 330 de VoltAero. Le prototype devrait effectuer son premier vol en 2023. L’objectif du constructeur est de pouvoir l’exposer sur son stand au prochain salon du Bourget (18-25 juin 2023). Le Cassio 330 est la version cinq places, avec une puissance de propulsion électrique-hybride combinée de 330 kilowatts.

Pour l’heure, seule la cellule de prototype N°1 sera réalisée par TESI. En ce qui concerne les avions de série, le choix n’a pas encore été arrêté. Le groupe belge Sonaca est toujours dans la boucle. Un partenariat a été révélé, il y a tout juste deux ans. A l’époque Aerobuzz.fr avait précisé que la cellule de l’avion hybride-électrique Cassio serait développée par Sonaca qui aurait également la charge de l’analyse et du calcul des structures. Sonaca était pressenti pour superviser la fabrication de l’avion par un producteur.

Dans l’immédiat, TESI construira la cellule du prototype de certification du Cassio 330 dans son usine de Cicerale, dans la région de Campanie, dans le sud-ouest de l’Italie. L’entreprise est spécialisée dans la production et l’intégration de structures et d’assemblages métalliques, ainsi que de pièces mécaniques.

L’entrée dans le tour de table de l’italien TESI fait suite au soutien apporté par l’Europe (via le Conseil européen de l’innovation) d’un montant maximum de 11 M€, auquel s’ajoute une subvention de 2,1 M€. VoltAero a également soumis un projet dans le cadre du plan « France 2030 ». Le déblocage des aides publiques est conditionné à l’apport de fonds privés généralement équivalent. Le tour de table n’est donc pas encore bouclé, mais Jean Botti, le PDG de VoltAero, se dit confiant.

En parallèle des efforts qu’il déploie pour réunir son financement, le projet avance. VoltAero table sur la livraison de son usine de Rochefort au cours de l’été 2023. Jean Botti devrait prochainement annoncer le choix du motoriste qui va fournir le bloc moteur thermique à partir duquel sera développer le « range extender » du moteur hybride-électrique. Le dossier de certification du Cassio 330 a été ouvert auprès de l’EASA en octobre 2021.

Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable est reconnue. Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Un commentaire

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(9) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Pour mémoire, article du 20 novembre 2020 :
     » Pour Voltaero, la décision du Conseil européen de l’innovation est vue comme « un vote de confiance ». Et Jean Botti d’ajouter : « Le financement du projet de l’Union européenne nous permet de rester sur la bonne voie pour notre stratégie très pragmatique et réaliste visant à créer une toute nouvelle famille d’avions hybrides-électriques, dans le but de lancer les livraisons d’avions de production Cassio dès 2023. » Il rappelle au passage que les avions Cassio seront produits sur une ligne d’assemblage final spécialement construite dans la région Nouvelle Aquitaine dans le sud-ouest de la France. »
    Exit donc la production annoncée en Nouvelle Aquitaine, et probablement livraisons décalées au delà de 2023.
    Pas facile la création ex nihilo.
    La compétition avec Ampaire s’annonce décidément passionnante.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(9) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(9) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.