Accueil » Résultats 2018 en hausse et perspectives prometteuses pour Dassault

Résultats 2018 en hausse et perspectives prometteuses pour Dassault

En 2018, Dassault Aviation a réalisé un chiffre d’affaires de près de 5,1 milliards d’euros (+4,10%) dont 78% à l’export, et une marge opérationnelle ajustée de 13,2% (+5,9 points par rapport à 2017). Les Falcon résistent, le Rafale s’envole à l’export et le SCAF devrait entrer dans le concret au prochain salon du Bourget. Le groupe annonce un chiffre d’affaires 2019 « en forte hausse ».

4.03.2019

Dassault Aviation va poursuivre en 2019 la prospection et la vente de Rafale. © Dassault Aviation - K. Tokunaga / M. Alleaume

Si la présentation des résultats sur la péniche amarrée à Saint-Cloud, en face du siège du groupe, est devenu un rituel au fil des années, cette année, elle s’est faite pour la première fois en l’absence de Serge Dassault décédé le 28 mai 2018, à la veille de l’ouverture du salon européen EBACE de l’aviation d’affaires. « Sa passion, sa ténacité, sa vision, son patriotisme restent dans nos cœurs et dans notre histoire. » a souligné Éric Trappier, Président-Directeur Général de Dassault Aviation, avant de déclarer que  « l’année fut dense pour la Société tant au plan militaire que civil », avec le lancement du Falcon 6X en remplacement du 5X, l’entrée en vigueur de l’option de 12 Rafale supplémentaires pour le Qatar, la notification du standard F4 (tranches ferme et optionnelles), et le lancement du projet franco-allemand du système de combat aérien du futur (SCAF), sous leadership de Dassault Aviation et Airbus.

Au salon EBACE (Genève), sur le stand Dassault Aviation, hommage à Serge Dassault décédé la veille de l’ouverture du salon de l’aviation d’affaires européenne dont il fut l’un des fondateurs. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Malgré l’atonie du marché de l’aviation d’affaires, mais grâce à la montée en puissance des contrats export du Rafale, Dassault affiche de bons résultats pour l’année écoulée. En 2018, il a réalisé un chiffre d’affaires de 5,084 Md€ (+4,10% par rapport à 2017) avec notamment la livraison de 3 Rafale à la France et 9 à l’Égypte, et de 41 Falcon. Il a également vu ses commandes s’envoler à plus de 5 Md€ (+34,53%) du fait de l’entrée en vigueur de l’option de 12 Rafale supplémentaires pour le Qatar, mais aussi des 42 commandes nettes de Falcon (52 commandes et l’annulation des 10 derniers Falcon 5X), soit 4 de plus qu’en 2017 (41 commandes et 3 annulations de 5X).

La gamme Falcon rebondit avec le 6X

Début 2018, Dassault a lancé le programme Falcon 6X pour une entrée en service prévue en 2022. L’avancement du programme Falcon 6X est conforme au planning : la phase de développement préliminaire est achevée et les premières pièces de structure sont en cours de fabrication. Le constructeur affirme que « les essais du moteur PW812D sont nominaux : 4 moteurs sont en phase de test et 120 heures ont été réalisées sur banc volant. » Les plateaux de conception à Saint-Cloud et Mérignac en collaboration avec les partenaires industriels ont été mis en place.

Le Falcon 8X qui a démontré sa capacité Long Range (Singapour – Londres en 14 heures) reste un avion au confort inégalé, reconnu comme le plus silencieux du marché. © Dassault Aviation

Début 2018 a vu le lancement officiel du programme Falcon 6X pour une entrée en service prévue en 2022. © Dassault Aviation

Le lancement du 6X clôt le long et douloureux feuilleton du 5X. Difficile d’évaluer les conséquences du retard du l’introduction d’un nouveau modèle sur les ventes de Dassault, tant le marché est complexe depuis 2008. En 2018, Dassault a enregistré 42 commandes nettes de Falcon, soit 4 commandes de plus qu’en 2017. Les dix derniers 5X ont été sortis du carnet de commandes. Conformément à ses prévisions, l’avionneur a livré 41 Falcon neufs contre 49 en 2017. Il prévoit d’en livrer 45 en 2019.

Avec le système FalconEye, les Falcon 7X, 8X, 2000LX, 2000LXS et bientôt 900LX, peuvent désormais réaliser des approches par mauvais temps apportés jusqu’à 100 pieds. © Dassault Aviation

Eric Trappier a annoncé qu’un futur Falcon étant en préparation : « les études marketing et technique sont en cours ». Il devrait être dévoilé prochainement.

La poursuite de « l’effet Rafale »

Côté militaire, l’année 2018 est évidemment marquée par la commande de 12 Rafale supplémentaires suite à l’entrée en vigueur de l’option exercée par le Qatar ; le premier acompte a été perçu au premier semestre 2018. La commande totale du Qatar s’élève désormais à 36 unités. C’est la seule commande export enregistrée en 2018.

Dassault, présent sur de nombreux appels d’offres (notamment en Suisse et en Finlande), a regretté, la décision de Belgique de choisir, fin 2018, les F-35 au détriment du Rafale. Malgré une offre de retour économique et sociétale évaluée à 20 Md€ sur 20 ans, le gouvernement belge a choisi le « grand large ».

La cérémonie d’acceptation du premier Rafale qatarien a eu lieu le 6 février 2019 : Dassault poursuit l’exécution du contrat Qatar pour 36 Rafale, y compris la formation des pilotes et la mise en place du support. © Dassault Aviation

En revanche, fin 2018, Dassault Aviation a eu la satisfaction de voir la Cour Suprême indienne mettre un terme par sa décision du 14 décembre à la remise en cause de l’accord intergouvernemental entre l’Inde et la France. Elle a ainsi confirmé l’achat de 36 Rafale et le rôle de l’usine Dassault de Nagpur fabriquant des Falcon.

En 2018, Dassault a livré à l’Armée de l’Air Française le premier Rafale au standard F3-R. © Dassault Aviation

En 2018, 12 Rafale (9 à l’export et 3 en France) ont été livrés contre 9 l’année précédente. La livraison de 3 Rafale à l’Armée de l’air française porte le total livré à 152 appareils, la livraison des 28 Rafale restant sur les 180 commandés reprendra en 2022. De plus, 2 Rafale Marine rétrofités au standard F3 ont été livrés à la Marine nationale la même année.  Dassault prévoit de livrer en 2019, 26 Rafale Export.

Dassault au cœur de l’Europe de la défense

L’Europe de la défense reste à construire. En juin 2018, la France et l’Allemagne ont décidé de montrer la voie en lançant le programme SCAF, le système de combat aérien du futur, et en confiant l’étude à Dassault et à Airbus. Cette lettre d’intention a été suivie, le 19 novembre 2018, par une déclaration commune pour lancer les premiers travaux : une étude de concept et d’architecture de 2 ans a été notifiée le 31 janvier 2019, sous leadership de Dassault Aviation et Airbus. Les démonstrateurs pour l’avion de combat et son moteur doivent être lancés lors du Salon du Bourget 2019. Dassault Aviation est leader du futur avion de combat NGF (New Generation Fighter).

Le NGF, pièce maîtresse du SCAF franco-allemand sera un avion piloté. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

Egalement au printemps, Dassault Aviation, Airbus et Leonardo réaffirment leur engagement envers le premier programme du drone MALE 100% européen. La maquette grandeur nature a été présentée au Salon ILA 2018 de Berlin. « Ce programme est stimulant pour le développement de hautes technologies en Europe » ont assuré les trois principaux industriels européens, sa situation budgétaire étant optimisée grâce à la mutualisation des fonds de recherche et développement.

A propos des budgets nationaux, Eric Trappier a redit que la Loi de Programmation Militaire 2019-2025, votée en France en 2018, « représente un infléchissement positif de l’effort de défense de la Nation et donne à la Société des perspectives pour les prochaines années ».

Gosia Petaux

Un commentaire

  • BOUR

    Bonjour
    Pour maintenir la Paix ! Préparons la guerre !
    Toutes ces informations vont dans le bon sens !
    Les prémices d’une Europe de la défense pointent leurs nez. La France grand inventeur et développeur de l’aviation est en bonne place comme leader. En espérant que les élections européennes ne remettent pas en cause une paix qui dure depuis 70 ans.
    Cordialement
    Michel BOUR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.