Accueil » Safran adapte la voilure au problème 737MAX

Safran adapte la voilure au problème 737MAX
premium

Face à l’accident industriel que constitue le 737MAX, Safran impose un régime économique à l’ensemble de ses divisions et se fixe des objectifs financiers à la baisse pour 2020. Pas de retour à la normal attendu avant plusieurs années. La supply chain à l'épreuve.

2.03.2020

Safran prévoit de produire le moteur Leap-1B du Boeing 737MAX au rythme de 10 par semaine en 2020. © Adrien Daste / Safran

Depuis le 13 mars 2019, date de l’interdiction de vol du 737MAX à l’échelle mondiale, Safran a continué de livrer des moteurs Leap-1B à Boeing, mais sans toutefois être payé en retour. Avec l’arrêt de la production du 737MAX, début janvier 2020, la donne change. En prenant pour hypothèse la reprise des livraisons, mi-2020, le motoriste français s’est fixé pour objectif de produire 10 moteurs Leap-1B par semaine sur l’année. Il a également obtenu le paiement de ses moteurs. Initialement,...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

6 commentaires

  • CHAMBRILLON

    Certes, c’est rassurant de constater que tous ne sont pas devenus infirmes du cognitif
    suite a l’apprentissage de la lecture globale ou l’abus des tablettes.
    Mais c’est vrai aussi qu’en toute rigueur, Sa dans le titre , semble plus rationnel et semble tout autant éviter le second degré.
    J’avoue m’être posé la question en première lecture mais de quelle voilure parle t’on?
    Trop de passations de consignes, trop d’abréviations deviennent « confusantes »…

    • stanloc

      J’y reviens. Tout le monde sait que Safran n’a pas de voiles donc de voilure à envoyer ou à réduire ou à abattre. Par contre cette société a des projets des ambitions : SES projets SON ambition. Donc j’insiste il faut, pour moi, garder l’expression imagée telle quelle : Safran adapte LA voilure. Ils prennent des ris.

  • Pif

    Concernant le titre, j’aurais écris  » sa voilure », pour qu’il n’y ait pas de confusion avec celle du 737 de voilure,…sachant que je n’ai pas accès à l’article.

    • stanloc

      Pour moi, il n’y a pas d’ambiguïté. C’est une expression courante « adapter la voilure ». On sait très bien qu’un skipper ne s’occupe pas de la voilure des autres bateaux mais du sien.

    • André Bernet

      C’est aussi ce que j’ai lu initialement.

      • Claude Duvivier

        Ce qui m inquiète, c est que Safran a délocalisé à l étranger et une partie au Maroc.L à réduction de voilure risque de toucher les succursales françaises et non celles délocalisées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.