Accueil » La Caravelle passée au crible

La Caravelle passée au crible

Dans ce nouvel épisode de podcsats dédiée à la Caravelle, un ancien pilote de ligne d'Air France nous raconte l'incroyable démarrage de sa carrière sur l'avion mythique. A 24 ans, il participait déjà aux vols d'essais à la sortie des GV (Grandes Visites) à Toulouse. L'avion était vérifié et poussé à ses limites...

A l’époque, beaucoup de pilotes auraient certainement aimé être à la place de Pierre Sibillia. En 1975, à tout juste 24 ans, il débute sa carrière sur Caravelle III chez Air France en participant à des vols qui marqueront à jamais sa vie dans les airs…

A peine lâché en ligne par son instructeur sur l’avion mythique, ce dernier ayant une grande confiance et sympathisé avec son élève lui propose de l’accompagner à Toulouse pour réceptionner et tester les Caravelle à...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(3) { [0]=> int(6) [1]=> int(5293) [2]=> int(4585) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Tout ce que vous voulez , sauf des vols d’essais (ce sympathique retraité probablement compétent répète à chaque coin de phrase le mot « essais », alors qu’il ne s’agit que de vérifications….)
    Cela s’appelle des vols de réception (et c’est ennuyeux au possible, il y a une liste de choses à faire les unes après les autres) On fait ça en sortie de grande visite, et bien entendu pour les avions neufs. Un de temps en temps, ça va.

    Cet abus de langage n’est pas neuf, il existe depuis des décennies – pourtant tout est écrit dans les textes officiels, français et désormais européens.
    Dans une grande compagnie anglo-saxonne, ils disaient et écrivaient « test flights » – jusqu’à ce qu’on arrive, à la longue, à leur faire admettre le terme « acceptance flights ». Ils ont alors mis tous leurs manuels à jour en remplaçant le terme incriminé à chaque fois (vive le traitement de texte) et c’est tout à leur honneur.
    Tous ces détails ne sont pas anodins – ainsi, pour faire partie de la prestigieuse SETP*, ou pour d’autres fonctions liées aux essais en vol, il est bien spécifié que de tels vols de réception ne seront pas pris en compte dans l’expérience du postulant….

    (*) Society of Experimental Test Pilots
    https://www.setp.org (et il y a même des jobs)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(3) { [0]=> int(6) [1]=> int(5293) [2]=> int(4585) } array(0) { }

array(3) { [0]=> int(6) [1]=> int(5293) [2]=> int(4585) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.