Accueil » La Caravelle passée au crible

La Caravelle passée au crible

Dans ce nouvel épisode de podcsats dédiée à la Caravelle, un ancien pilote de ligne d'Air France nous raconte l'incroyable démarrage de sa carrière sur l'avion mythique. A 24 ans, il participait déjà aux vols d'essais à la sortie des GV (Grandes Visites) à Toulouse. L'avion était vérifié et poussé à ses limites...

26.08.2021

Caravelle-#5-art

Ou choisissez la plateforme d'écoute de votre choix.

A l’époque, beaucoup de pilotes auraient certainement aimé être à la place de Pierre Sibillia. En 1975, à tout juste 24 ans, il débute sa carrière sur Caravelle III chez Air France en participant à des vols qui marqueront à jamais sa vie dans les airs…

A peine lâché en ligne par son instructeur sur l’avion mythique, ce dernier ayant une grande confiance et sympathisé avec son élève lui propose de l’accompagner à Toulouse pour réceptionner et tester les Caravelle à leur sortie de grande visites…

En quelques heures, tout était vérifié dans le moindre détail, notre jeune copilote tenait les commandes, même pour les décrochages…

Pour ce podcast, Jérôme Bonnard a interviewé :

  • Pierre Sibillia, ancien pilote sur Caravelle III Air France entre 1975 et 1976.

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Jérôme Bonnard

chez Aerobuzz.fr
Journaliste polyvalent, à la fois rédacteur et vidéaste, Jérôme a couvert tous types d'actualités en France comme à l'étranger et a été co-finaliste du Prix Albert Londres en 2012 pour sa couverture du conflit Libyen. Il est surtout passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge et pilote sur ULM 3 axes. Il écrit pour Aerobuzz.fr depuis 2018 et consacre la plus grande partie de ses activités au monde aéronautique en réalisant aussi des films.

Un commentaire

  • Stormy

    Tout ce que vous voulez , sauf des vols d’essais (ce sympathique retraité probablement compétent répète à chaque coin de phrase le mot « essais », alors qu’il ne s’agit que de vérifications….)
    Cela s’appelle des vols de réception (et c’est ennuyeux au possible, il y a une liste de choses à faire les unes après les autres) On fait ça en sortie de grande visite, et bien entendu pour les avions neufs. Un de temps en temps, ça va.

    Cet abus de langage n’est pas neuf, il existe depuis des décennies – pourtant tout est écrit dans les textes officiels, français et désormais européens.
    Dans une grande compagnie anglo-saxonne, ils disaient et écrivaient « test flights » – jusqu’à ce qu’on arrive, à la longue, à leur faire admettre le terme « acceptance flights ». Ils ont alors mis tous leurs manuels à jour en remplaçant le terme incriminé à chaque fois (vive le traitement de texte) et c’est tout à leur honneur.
    Tous ces détails ne sont pas anodins – ainsi, pour faire partie de la prestigieuse SETP*, ou pour d’autres fonctions liées aux essais en vol, il est bien spécifié que de tels vols de réception ne seront pas pris en compte dans l’expérience du postulant….

    (*) Society of Experimental Test Pilots
    https://www.setp.org (et il y a même des jobs)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.