Accueil » L’Airbus A380 du vol AF066 en détresse

L’Airbus A380 du vol AF066 en détresse

C'est à la vue d'une photo prise par un passager avec sa tablette, que le commandant de bord de l'A380 d'Air France, a pu visualiser l'ampleur des dégâts subis par le moteur N°4. © DR

Aerobuzz.fr donne la parole au commandant de bord de l'A380 d'Air France, qui le 30 septembre 2017, a été victime d’une grave avarie, entre croisière, entre Paris et Los Angeles. La chef de cabine principale et une passagère témoignent. Le directeur du BEA commente l'une des actions de l'équipage.

« Le vol AF066 en détresse » est le nouveau podcast de la série « Mémoire d’Aerobuzz ». Il revient sur l’événement grave auquel a été confronté l’équipage de l’A380 d’Air France : l’explosion de son moteur N°4, alors qu’il survolait le Groenland. Pendant que dans le cockpit, les pilotes évaluaient les dégâts, le personnel de cabine tentait de rassurer les passagers. Les acteurs du vol AF066 racontent.  Thierry Dubois et Jérôme Bonnard qui ont réalisé ce podcast, ont interviewé :

  • Christian Villard, commandant...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

24 commentaires

array(3) { [0]=> int(5293) [1]=> int(4585) [2]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Gilles
    Bravo à Christian et son équipage pour la gestion exemplaire dans ce moment critique !
    autant techniquement qu’humainement vous avez fait preuve d’un grand sang froid
    Cordialement

    Répondre
  • Ce que j’aurais aimé c’est savoir ce que sont devenus les passagers à Goose Bay, et d’où sont venus les avions pour venir les chercher

    Répondre
  • par DAVID Jean-Marc

    C’est une 1ère pour moi alors un très grand merci Aerobuzz.
    Retraité AF je confirme le professionnalisme de l’ensemble de l’équipage.
    Jean-Marc (Cargonaute)

    Répondre
  • En fait il faut absolument lire le rapport exemplaire du BEA paru en septembre dernier sur cet accident; on y trouve tous les éléments pour comprendre les circonstances et le déroulé de l’événement, les actions de l’équipage, les enseignements en matière de métallurgie du titane (très important!) mais aussi, et il dommage que ce point n’ait pas été mis en valeur sur ce forum, les prouesses scientifiques et technologiques qui ont permis de retrouver sous la neige et la glace les éléments perdus du moteur; une remarquable contribution à la sécurité des vols et une lecture passionnante.

    Répondre
    • Il est « dommage » que vous n’ayez pas pris le temps de taper « AF066 » dans le moteur de recherche d’Aerobuzz.fr. Vous auriez trouvé des articles sur le rapport du BEA, mais aussi sur les campagnes de recherche.

      Répondre
      • Articles que j’ai lus, bien sûr et merci de les avoir publiés; je souhaite simplement rappeler sur ce forum que le rapport du BEA est LA référence pour bien comprendre cet événement; et je persiste à penser que les prouesses des recherches au Groenland mériteraient d’être mieux connues du public.
        cordialement

        Répondre
  • Je m’interroge. Y’a t-il eu des cas d’avion ou moteur d’avion touché par une météorite ou micro météorites étant la cause d’accident ou d’endommagement du moteur ou de l’avion lui-même ? Et si oui comment ça à été découvert, comment les enquêteurs ont pu le découvrir ?

    Répondre
  • par Sebastien BRUNET

    A380 du vol AF066 en détresse

    c’est vrai que le titre semble racoleur

    c’est dû à un écart de langage entre les professionnels de l’aviation et le commun des mortels

    Détresse , cela signifie juste que l’équipage rencontre un problème technique !!!

    Répondre
  • Même si pour certain c’est banal et courant de perdre un quart de la motorisation en vol, il n’en demeure pas moins que c’est autre chose de le vivre en réel et non en simu!…
    Je suppose que ça fera des souvenirs indélébiles pour ceux qui l’on vécu, et merci d’avoir permis de partager ces témoignages…même s’ils ont quelques années (c’est le principe des podcasts).
    Bravo Christian et à l’équipage!…

    Répondre
  • par Thierry Robelin

    Un titre bien accrocheur pour un article bien pauvre…
    Sur un évènement vieux de trois and et demi!

    Répondre
    • Vous êtes un peu dur avec l’équipe d’Aerobuzz. Si sa motivation n’était pas au plus haut, vous seriez du genre à lui couper les ailes.
      Ce que vous appelez un « article » est en fait un « podcast ». Des articles nous avons déjà écris beaucoup sur le vol AF066 et sur les recherches du moteur. Au cours des trois ans et demi, de la survenue de l’incident grave jusqu’à la diffusion du rapport final par la BEA, nous avons essayé de tenir informé de la manière la plus factuelle possible nos lecteurs. Tous ces articles sont consultables sur Aerobuzz.fr.
      Ce podcast que nous proposons aujourd’hui, est très différent. Cela ne vous aura pas échappé…
      Il s’inscrit dans une collection baptisée « Mémoire d’Aerobuzz » et qui a pour vocation de donner la parole (au sens premier du terme) aux acteurs de l’événement. Nous leur demandons de nous faire part de leurs souvenirs. Nous nous effaçons derrière leurs propos. C’est un plus que nous offrons à nos lecteurs.
      Aerobuzz continue d’innover et en plus c’est gratuit !
      Au vu des chiffres d’écoute, ce podcast sur l’AF066 connaît un grand succès. Nous espérons qu’il donnera envie à nos lecteurs d’écouter les précédents podcasts consacrés au Super Guppy et à la découverte de l’épave d’un Aquilon, même si ces deux événements datent du siècle dernier !
      Sans rancune

      Gil Roy

      Répondre
    • 😕 Que quelqu’un explique à ce type la différence entre un article et un Podcast.
      Mettez le sur la voie par exemple le fait qu’il entend un audio…. 😏.
      Ah la la fascinant ces gens. Pas étonnant pourquoi dans ce pays certain sont autant bêtes pour se laisser influencer par certain groupe politique, disons nazillards sur les bords. Je me comprend hein.
      Enfin, bon courage moi ça fait longtemps que j’ai cessé d’essayer de tout expliquer à certain.

      Répondre
  • dommage ce titre accrocheur « En détresse » ? … pourquoi ?
    vous craigniez que personne n’écoute le podcast ?
    la gestion de cet incident, heureusement fort rare, a été exemplaire tant sur le plan technique que sur la gestion humaine !
    bien aéro cordialement
    Pierre Schlaifer
    pilote de tagazous légers
    ex.pilote de 380

    Répondre
    • Le titre est tout à fait exact puisque l’avion avait déclaré un « mayday », il était donc en détresse … Vous auriez préféré un anglicisme ? Ou un titre ennuyeux ? Du style « point de vu et impressions des différents acteurs du vol AF066 » ?

      Répondre
      • Je confirme que le titre est racoleur, ça fait des clics! Il était en détresse, il ne l’est plus. Donc oui, votre titre proposé est plus en adéquation avec la réalité aujourd’hui

        Répondre
      • J’avais un collègue, sur son secteur, pour qui la blague la plus hilarante était : « Quelqu’un s’appelle Amédée ? »

        Répondre
    • par Jérôme Bonnard

      La « gestion technique et humaine exemplaire » de cet accident (et non incident), c’est justement tout ce que raconte ce Podcast. Merci de l’avoir écouté, bien aéro cordialement, JB

      Répondre
      • par François HENRIOT

        Votre podcast est un beau document qui complète parfaitement les articles déjà publiés par Aerobuzz sur ce sujet. Bien, très bien les audios d’Aerobuzz.

        Répondre
    • Les avions volent et ce n’est

      pas beau de voler

      Répondre
  • 4 fois par an au simu!
    « Les passagers sont des êtres humains… »
    « L’équipage répondait aux questions… »
    et en plus l’équipage a préservé les enregistrements du vol.
    Mazette ça rassure.
    Vraiment Chapeau!
    PS: en vol long courrier pensez à envoyer des photos de ses moteurs au Cdt de bord: ça le rassurera!

    Répondre
  • Vraiment sympa ces podcasts. Merci Aerobuzz 🙂 Et bravo à cet équipage.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(3) { [0]=> int(5293) [1]=> int(4585) [2]=> int(3) } array(0) { }

array(3) { [0]=> int(5293) [1]=> int(4585) [2]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.