Accueil » L’EASA autorise la remise en vol du Boeing 737 MAX

L’EASA autorise la remise en vol du Boeing 737 MAX

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) a publié une directive autorisant la remise en service d'une version modifiée du Boeing 737 MAX. Une série de mises à jour logicielles, des opérations de maintenance revues, un manuel d'opérations mis à jour et un entraînement des équipages approprié sont les conditions de l'EASA pour un retour en vol.

27.01.2021

Deux mois après la FAA, l'EASA donne à son tour son feu vert au 737 MAX. © Boeing

Près de deux ans après l'arrêt des opérations du Boeing 737 MAX en mars 2019, l'EASA a publié le 27 janvier 2021 une directive (Airworthiness Directive) assortie d'un rapport sur la remise en vol du 737 MAX. "Après une analyse menée pendant 20 mois, nous sommes arrivés à la conclusion que le 737 MAX peut reprendre du service en toute sécurité" a commenté Patrick Ky, président de l'EASA qui précise que "cette conclusion a été tirée en toute indépendance...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

3 commentaires

  • Stephane

    Effectivement, c’est just une question de temp pour le prochain crash.

  • jp34

    Un avion mal né, dont les défauts structurels tentent d’être corrigés par l’informatique, mais qui restera à jamais un avion bricolé parce que quoi qu’il en coute, même des morts, il doit VOLER.

  • safefly

    Ça donne l’impression que l’EASA ressent le besoin d’imposer aux opérateurs des opérations tellement évidentes après la modification…
    On fait quoi normalement quand on touche les commandes de vol ou son câblage ?
    En ce qui concerne l’architecture système du MCAS et l’ajout du warning AOA disagree, l’EASA n’a (toujours) rien à dire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.