Accueil » Transport Aérien » Un Airbus A350 de JAL et un Dash 8 détruits par le feu lors d’une collision sur la piste de Tokyo-Haneda

Un Airbus A350 de JAL et un Dash 8 détruits par le feu lors d’une collision sur la piste de Tokyo-Haneda

Les caméras de sécurité de l'aéroport ont filmé l'accident. © Aerobuzz.fr

Le 2 janvier 2024, deux avions sont entrés en collision au sol sur l'aéroport de Tokyo-Haneda au Japon : un Airbus A350 de JAL et un Dash Q300 des gardes côtes japonais. Les deux avions ont été détruits. Les 367 passagers et 12 membres de l'équipage de l'Airbus ont évacué l'appareil. En revanche, le sort de l'équipage du Dash n'est pas encore connu avec certitude.

Mardi 2 janvier 2024, l’Airbus A350-941 JA13XJ assurait le vol JAL516 en provenance de Sapporo. L’accident s’est produit lors de son atterrissage (17h47 heure locale, 9h47 heure française) sur la piste 34R. Les images filmées par les caméras de sécurité de l’aéroport de Tokyo-Haneda montrent une explosion violente. L’Airbus s’embrase immédiatement tout en continuant à rouler sur la piste, sans apparemment dévier de sa trajectoire. Le biréacteur de JAL aurait percuté un bitrubopropulseur Dash 8 Q300...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Le seul point positif : les 367 passagers ont pu évacuer, tous, d’un avion embrasé.
    Bravo – par anticipation sur l’enquête – aux PNC car on peut imaginer la pression sur ce personnel pour réguler et contrôler la sortie des passagers …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.