Accueil » Défense – brèves » Sagem emporterait le contrat pour les drones tactiques de l’armée de terre.

Sagem emporterait le contrat pour les drones tactiques de l’armée de terre.

Coup de théâtre dans le Landerneau kaki avec la victoire annoncée du Patroller de Sagem sur le Watchkeeper de Thales. Ce choix devrait être officialisé lors d’un prochain comité interministériel d’investissement, mais il est d’ores et déjà annoncé comme gravé dans le marbre par les gazettes. Le Watchkeeper a pourtant été longtemps désigné comme grand favori de cette compétition lancée il y a deux ans. En octobre 2014, interrogé par des parlementaires, le chef d’état-major de l’armée de terre affichait ouvertement sa préférence pour le Watchkeeper, fruit d’une coopération franco-britannique.
Le Patroller de Sagem équipera donc l'Armée de Terre française
Sagem, filiale de Safran, emporterait donc la mise avec 14 appareils à livrer à partir de 2018 et un contrat de MCO (Maintien en Condition Opérationnelle) de dix ans. L’armée de terre recevrait ainsi deux systèmes de cinq appareils chacun, les quatre derniers étant utilisés pour l’entrainement et la formation.
Le Patroller a effectué des essais concluants d'intégration dans le trafic aérien de l'aéroport de Toulouse-Blagnac
Au sein de l’armée de Terre, le Patroller remplacera les Sperwer également fournis par Sagem. Le saut qualitatif sera exceptionnel puisque le Patroller, qui utilise comme base le monoplaneur allemand Stemme S-15, offre une autonomie de 20 heures de vol selon Sagem, avec un plafond opérationnel d’environ 20.000 ft. Sagem annonçait en outre en septembre dernier la signature d’un accord de coopération avec une société égyptienne pour l’assemblage, la commercialisation et le soutien du Patroller au pays des Pyramides, des Mistral et des Rafale. Coïncidence ?
La cellule du Patroller de Sagem est extrapolée du motoplaneur S-15 de Stemme.

1 commentaire

Laisser un commentaire