Accueil » Culture Aéro » Dans l’impasse de Notre-Dame-des-Landes

Dans l’impasse de Notre-Dame-des-Landes

Le journaliste Hervé Kempf a mené l’enquête, dans le bocage breton. Son essai « Notre-Dame-des-Landes : le soulèvement » (Le Seuil) est à la fois un reportage et une analyse politique sur un dossier dans lequel, depuis longtemps, les questions aéronautiques sont passées au second plan.

arton4956

arton4956

C’est un livre comme il en paraît peu, mi-reportage, mi-témoignage, engagé, qui ne parle pas vraiment d’aviation mais de ce qu’il est convenu d’appeler un fait de société d’un type peu commun, un projet d’aéroport, Notre-Dame-des-Landes.

Il met en scène agriculteurs, écologistes, altermondialistes, policiers, gendarmes et CRS, des tracteurs, des barricades, des projectiles de tous genres, des grenades assourdissantes et explosives, il a opposé des « terroristes » à leurs « ennemis », a suscité des manifestations très violentes dont certaines ont réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes dans une ambiance de guerre civile. Jamais le transport aérien mondial n’avait connu une situation comparable, pas même à la veille de l’inauguration mouvementée de l’aéroport international de Tokyo-Narita, il y aura bientôt 50 ans.
La mise en œuvre du projet d’aéroport du Grand-Ouest, a provoqué un soulèvement en pays nantais contre l’Etat et les principaux élus locaux
Le dossier de « NDDL » n’a de toute manière plus rien à voir avec l’aviation commerciale. Ce combat d’Astérix contre les armées de César est celui d’idéalistes qui veulent changer le monde, qui rejettent un « système » et, à ce titre, s’inscrivent dans un mouvement qui a pris de l’ampleur à partir du sommet environnemental de Seattle de 1999 puis de G8 violemment critiqués et contestés. Du coup, 1.650 hectares de bocage nantais sont devenus le centre d’un monde nouveau supposé en gestation qui, entre autres aspirations, n’aime pas les avions. Le tout dans un environnement politique pour le moins particulier, l’ancien maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, défenseur inconditionnel et psychorigide de NDDL, étant Premier ministre au moment où la polémique a été la plus rude. D’autres « Nantais » de cette même équipe gouvernementale ont été moins fringants et le ministre sortant des Transports, Frédéric Cuvillier, a brillé par son silence.

Tout est bancal, de toute manière, dans ce dossier construit sur du sable. L’aéroport existant, Nantes-Atlantique, ne sera pas saturé, même à très long terme, et le remplacer par une autre plate-forme à deux pistes correspond à un « besoin » tout à fait artificiel, créé de toutes pièces. Qui plus est, le budget envisagé, moins de 700 millions d’euros, est totalement irréaliste, le low cost porté à son paroxysme, au point que l’on s’étonne de son approbation par Vinci, concessionnaire désigné.
Vision d'artiste de l'aéroport du Grand-Ouest (Notre-Dame-des-Landes).
NDDL, depuis le premier jour, est un sujet embarrassant et, compte tenu de l’ampleur des manifestations qu’il a suscitées, il est curieux que la couverture médiatique en ait été minimale, à l’échelle nationale tout au moins. Aussi doit-on mettre en exergue l’arrivée en librairie d’un petit ouvrage tout simplement intitulé « Notre-Dame-des-Landes », publié par notre confrère Hervé Kempf aux Editions du Seuil. Un texte bien documenté, précis, pas tout à fait objectif mais néanmoins utile et bienvenu.

Hervé Kempf est, affirme son éditeur, l’auteur « d’essais stimulants » servis par une bonne plume. Mais on retiendra surtout qu’il a choisi de mettre son talent au service d’autres publications quand le journal Le Monde lui a demandé de mettre une sourdine à ses écrits sur le dossier de NDDL. Sans doute conviendra-t-il d’y revenir tôt ou tard, le quotidien de référence étant, apparemment, pris en défaut là où on ne s’y attendait pas.

Quoi qu’il en soit, voici un fort témoignage qui montre que le transport aérien, devenu clef de voûte de l’économie mondiale, peut parfois engendrer des débats stériles et absurdes. Au point de perdre le contrôle d’un différend violent, mettant en évidence l’incompétence et l’impuissance des politiques. Ce livre est un document rare en même temps qu’un rappel à l’ordre.

Pierre Sparaco

Notre-Dame-des-Landes : le soulèvement

16 commentaires

Laisser un commentaire