Accueil » Pipistrel se lance sur le marché des drones eVTOL

Pipistrel se lance sur le marché des drones eVTOL

L’avionneur slovène, pionnier de l’aviation légère électrique, monte en puissance sur le marché du drone avec deux modèles d’eVTOL, appareils autonomes électriques à décollage et atterrissage vertical, dont la charge utile maximale peut atteindre 460 kg.

2.09.2020

Avec son eVTOL V300, Pipistrel vise des marchés de transport de marchandises occupés actuellement par l’hélicoptère. © Pipistrel

Pipistrel démontre une nouvelle fois son extraordinaire capacité d’innovation en dévoilant son nouveau projet de drones eVTOL destinés au transport de marchandises. En 2018, le constructeur slovène avait rejoint le programme porté par Uber de taxis volants eVTOL. Ici, il s’agit de fret et Pipistrel se lance en solo avec d’emblée, deux modèles.

Des taxis volants urbains aux cargos autonomes

« Les constructeurs d’eVTOL sont confrontés depuis l’an passé à la formalisation des exigences de sureté fonctionnelle par l’EASA qui place les taxis volants urbains à un niveau équivalent à celui exigé pour les « large airplane » exploités par les compagnies aériennes. », explique Gilles Rosenberger, co-fondateur et dirigeant de Faraday Aerospace, une start up dédiée à la propulsion électrique et hybride pour aéronefs certifiés. « Tous les acteurs constatent que ce niveau n’est pas accessible aujourd’hui avec les technologies de batteries disponibles (et tous le systèmes hybrides ont besoin de batteries).  Les exigence sont moindre pour les cargos non destinés au vol urbain et ouvrent ainsi un marché susceptible de contribuer à la construction de l’expérience du constructeur.  C’est ainsi que Pipistrel présente son Nuvaa 300 et que Volocopter a présenté son Volodrone capable de transporter 220 livres (environ 100 kg) sur 35 miles (56 km). Le cas d’emploi est différent mais la démarche analogue. »

Pipistrel ouvre le carnet de commandes de ses deux drones eVTOL destinés au transport de fret : l’entrée en service de Nuuva V20 est annoncée pour 2021 et celle du Nuuva V300, au second semestre 2023. © Pipistrel

Le Nuuva V300 proposé par Pipistrel est donc un drone hybride destiné au transport de charges, sur longues distances, allant jusqu’à 460 kg. Le Nuuva V20, pour sa part est limité à 20 kg et destiné aux livraisons du dernier kilomètre. Il s’agit de deux drones, à motorisation hybride, capables de décoller et d’atterrir verticalement.

Pipistrel encourage les clients potentiels, les opérateurs et les investisseurs à discuter des options de personnalisation, des développements ultérieurs et des possibilités d’achat.

Pipistrel a fait le choix d’équiper son drone lourd V300 de huit moteurs électriques Pipistrel E-811 indépendants, alimentés par des batteries. L’E-811 est un moteur d’une puissance maximale de 57,6 kW (77 cv), développé par Pipistrel, certifié depuis le 10 juin 2020. C’est le moteur du Velis Electro, le premier avion électrique certifié au monde. « L’ensemble du système est protégé par le système d’autosurveillance intégré qui alerte de tout dysfonctionnement potentiel avant même qu’il ne se produise, ce qui augmente la fiabilité et la sécurité. », explique le constructeur. Les batteries du Nuuva V300 peuvent être rechargées par simple branchement à une station de recharge SkyCharge by Pipistrel et Green Motion. Un moteur thermique, situé à l’arrière du fuselage, propulse l’avion en croisière.

Le grand compartiment de chargement du Nuuva V300 de Pipistrel accepte jusqu’à 3 europalettes (EPAL) qui peuvent être chargées avec un chariot élévateur ordinaire. © Pipistrel

Pipistrel destine le Nuuva V300 à un large éventail de missions. « Pour les opérateurs qui privilégient une plus grande autonomie, la capacité de charge utile et les capacités anti-givrage du véhicule peuvent être échangées contre un carburant, afin de pouvoir transporter une charge utile de 50 kg sur une distance pouvant atteindre 2.500 km – tout cela sans compromettre la capacité de décoller et d’atterrir verticalement à des altitudes pouvant atteindre 8.000 pieds. À des altitudes de décollage plus basses et pour des missions plus courtes, la charge utile peut être augmentée jusqu’à 460 kg ».

Le Nuuva V300 de Pipistrel mesure 11,30 m de long, 13,2 m d’envergure et à une masse maximale au décollage (MTOW) de 1,7 tonne. Son autonomie pourra atteindre 12 heures à 165 km/h et sa distance franchissable 2.500 km. © Pipistrel

Le Nuuva V20 partage avec le V300 la même architecture, avec notamment ses deux ailes décalées dotées de gouvernes électriques. Il est également équipé de huit groupes motopropulseurs électriques pour assurer le décollage et l’atterrissage et d’un autre pour assurer la propulsion. Les puissances sont évidemment inférieures à celles du V300. Pipistrel affirme être en mesure de livrer ses premiers clients dès 2021. En revanche, les acquéreurs de V300 devront attendre le second semestre 2023.

L’eVTOL Nuuva V20 de Pipistrel a été conçu pour des charges utiles allant jusqu’à 20 kg. © Pipistrel

Bien évidemment, les contraintes réglementaires vont conditionner le démarrage commercial de ses deux drones, et en particulier du V300. Toutefois, il y a des régions du monde et des types de missions pour lesquelles la réglementation est plus souple qu’en Europe. Des régimes dérogatoires peuvent être envisagés aussi.

Il faut noter que Pipistrel se positionne sur le marché, au moment où l’EASA met la touche finale à une réglementation communautaire. Le fait que l’agence européenne et le constructeur slovène viennent de travailler en étroite collaboration pendant plus de trois ans pour aboutir à la première certification mondiale d’un moteur électrique et d’un avion léger électrique, est un atout. Les échéances de 2021 et 2023 sont donc à prendre au sérieux. D’autant plus que jusqu’à présent, Pipistrel est toujours allé au bout de ses projets !

Gil Roy

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

3 commentaires

  • delmondo patrico

    Waouhhh incroyable ces entreprises Slovènes et Suisses ! en Plein développements de Drones hybrides/Electriques ! Bravo ils ont compris l énorme marché qui ce prépare!

  • Jean-Mi

    Motorisation thermique pour la croisière et électrique pour le stationnaire, éventuellement rechargeable en vol par le thermique, voilà qui est intéressant… Et crédible ! Pas besoin d’une trop grosse batterie, vu que quelques courtes minutes d’autonomie suffisent…
    Pour le gros, je crains quand même que ces batteries grèvent la charge utile…
    Reste quand même à faire passer ces machins autonomes dans la circulation aérienne classique et à faire évoluer fortement les réglementations, ce qui est loin d’être gagné !
    Bon, et bien encore un autre eVTOL…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.