Accueil » Voltaero teste par étape la propulsion hybride électrique distribuée

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Voltaero teste par étape la propulsion hybride électrique distribuée
premium

Le banc d’essais volant développé par Voltaero devrait effectuer son premier vol en septembre 2019. D’ici cette échéance, les différents composants du système hybride de propulsion distribuée auront été testés au sol séparément et ensemble.

1.08.2019

Le démonstrateur Cassio 1 de Voltaero est équipé à l’arrière d’un ensemble hybride composé de trois moteurs électriques engrenés couplés à un moteur thermique. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Pour mémoire, le démonstrateur de l'avion hybride Cassio 1 de VoltAero est développé à partir d’une cellule de Cessna C337 Push Pull. Il sera équipé, à l’avant, de deux moteurs électriques indépendants qui assureront la traction en entrainant chacun une hélice tractrice. A l’arrière, il sera doté de trois moteurs électriques engrenés et couplés à un moteur thermique, l’ensemble entrainant une unique hélice propulsive. Les moteurs électriques seront alimentés par un ensemble de cinq blocs batteries lithium-ion indépendants. [caption id="attachment_7834200" align="aligncenter"...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

3 commentaires

  • Alain RATINAUD

    Salut
    Un article d’Air et Cosmos (numero special du bourget), apporte un argument interessant: profiter de l’assistance de moteurs electriques lors de certaines phases de vol (decollage, atterrissage) car alors on peut mieux optimiser le moteur thermique pour les phases de croisieres.
    A plus
    Alain

  • Alex MOUTET

    Pourquoi utiliser 3 moteurs engrenés au lieu d’un seul plus puissant ? Pour utiliser des moteurs existants ? Pour la fiabilité ?
    On peux éliminer la fiabilité, celle des moteurs électriques est au-delà de toute comparaison avec les moteurs thermiques, je connais des moteurs qui datent de l’après-guerre et qui fonctionnent toujours et sans aucun entretient ! Puisque l’on est dans le cas d’un push-pull, ne peut on envisager une fois l’avion en vitesse de croisière de transformer l’hélice de queue en aéro-générateur pour recharger les batteries ? Avec suffisamment de charge il serait alors possible d’envisager un atterrissage 100% électrique et de fait totalement silencieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.