cfadelaerien

Accueil » Avions fétiches » Philippe Moniot et le Leopoldoff L55

Philippe Moniot et le Leopoldoff L55
premium
libre

Philippe Moniot a construit de nombreux avions. Il a même créé une famille d'avions légers. Mais le Léopoldoff L55, c'est autre chose. C'est une histoire d'amour.

J’allais sur mes 12 ans et la lecture mensuelle de la revue MRA (Modèles Réduits d’Avions) alimentait mes fantasmes aéronautiques. Et parmi ceux-ci la description et le plan de la maquette volante du Léopoldoff que j’ai fini par construire et faire voleter sur les anciennes « Fortifs », maintenant le boulevard périphérique de Paris.

L55 Popoff, l’avion familial

La fréquentation avec « les grands » des aérodromes autour de Paris me montraient la disparition accélérée des vieux avions survivants livrés aux intempéries avant le feu purificateur de la St Jean…

Marie-Claude et moi, nous sommes rencontrés en août 71 à Colmar à l’ombre d’un Parasol – pardon d’un Morane 317 Parasol qui semblait l’avoir plus attiré que moi. Enfin cinq semaines après c’était le mariage – 45 ans après ça dure encore. Mais Marie-Claude découvre en 1972 un joli petit biplan qui s’ennuyait à Moulins, voilà notre première danseuse.

Il a tout fait notre L55 Popoff, comme par exemple, à l’époque où on pouvait emmener un jeune enfant dans les ceintures de ses parents, il fut 2 + 2 avec nos deux filles Isabelle et Hélène, voire un peu plus quand le petit frère Jacques a pointé son nez.

Puis il y eut plein d’autres danseuses : Stampes, Mauboussins, Morane 317 Parasol, Storch, Caudron et le dernier venu, devinez ! Un deuxième Léopoldoff, un L6 qui a traversé l’Atlantique dans les deux sens et dans un container bien sûr, fin des années 60 pour une cascade en Amérique. L’épave fut rapatriée par un anglais sympathique qui l’a reconstruit après 30 ans passés dehors sans se méfier du coût exorbitant d’une danseuse.

Philippe Moniot et le quadriplace APM41 Simba à moteur Rotax 915iS, sa dernière création. © Isabelle Moniot

C’est un peu comme la chanson d’Alain Souchon : « J’ai 12 ans, Laissez-moi rêver que j’ai 12 ans, Si tu m’crois pas, hé, J’te casse la gueule à la récré »

Philippe Moniot

© Dessin : Jean Barbaud / Animation : Martin Roy

A propos de Philippe Moniot

Philippe Moniot avec Marie-Claude, son épouse, ont construit de toutes pièces l’une des plus belles entreprises industrielles de la filière aéronautique française. A Issoire bien sûr. Puisque c’est là qu’était Wassmer, l’un des pionniers de l’utilisation des composites aéronautiques. Pour démontrer ses capacités de développement de programmes aéronautiques de A à Z, du financement à la certification, Philippe Moniot a donné naissance à une gamme complète d'avions légers dont il a fait tous les premiers vols en tant que pilote d'essais. Sur l'aérodrome d'Issoire, dans un hangar, ces prototypes cohabitent avec des avions mythiques comme les deux Leopoldoff de Philippe et Marie-Claude. Une histoire d'amour…
Journaliste chez Aerobuzz.fr

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1e51c3e4726f2f35ca99e1c6eff8d2f3L