Accueil » Aviation Générale – brèves » La reprise en main de la vente des avions d’affaires va couter cher à Bombardier

La reprise en main de la vente des avions d’affaires va couter cher à Bombardier

Bombardier a annoncé qu’il mettait fin au contrat de distribution de ses avions d’affaires par TAG Aeronautics qui datait de près de 40 ans. En fait, les ententes particulières de représentation commerciale et de distribution sont résiliées. Le constructeur reprend en main la vente de ses avions pour améliorer sa marge. Mais cela va lui coûter cher dans un premier temps. « Ces ententes entraîneront pour Bombardier des charges avant impôt de 278 millions $ au quatrième trimestre de 2015, dont environ 145 millions $ en charges hors trésorerie », précise-t-il.

Bombardier Avions d’affaires a également procédé à la restructuration d’ententes commerciales liées à la vente d’avions. D’où l’annulation de 24 commandes fermes d’une valeur totale de 1,75 milliard $ au prix affiché de 2015, et l’annulation de 30 commandes optionnelles additionnelles. Bombardier prévoit obtenir de meilleures marges en revendant ces unités.
Grande cabine et longues jambes, le Global 5000, l'un des fleurons de la gamme avions d'affaires de Bombardier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Sur Facebook

Sur Twitter