Accueil » De l’acrobatie à la voltige en 100 pages

De l’acrobatie à la voltige en 100 pages

Où l’on retrouve François Besse, toujours aussi exhaustif et précis. A quelques mois des championnats du monde de voltige (Châteauroux, 20-29 août 2015), le journaliste aéronautique signe un ouvrage consacré aux avions de voltige dans l’excellente collection Aérofocus qui monte en puissance (3 titres à ce jour) sous la direction de Jean Molveau au sein des éditions Cepaduès. L’auteur n’a pas pris le parti de rédiger, en une centaine de pages, le « Jane’s » de la voltige, mais plutôt de nous retracer l’évolution technologique de ce sport, depuis la découverte du premier looping, attribué à Charles Pégoud, jusqu'à nos jours. A l’époque, nous ne parlions encore que d’acrobaties.
Le SV-4 Stampe est devenu une légende…
Catherine Maunoury, directrice du Musée de l’Air et de l‘Espace, deux fois championne du monde de voltige, est sans doute bien placée pour comparer cet ouvrage à un hommage historique et technique à tous ceux qui ont porté cet art aérien au niveau de la maîtrise du cheval du Cadre Noir. Belle comparaison, qui me rappelle les propos du chevalier d’Orgeix qui excellait également dans ces deux domaines.
Le constructeur allemand Walter Extra domine la voltige mondiale avec son Extra 330SC, monoplace quasi omniprésent dans les écuries françaises notamment
Les 15 premières pages ont le mérite de relater toute l’histoire de ce sport qui conduira à l’enchaînement ésotérique des figures imposées du Championnat du monde de 2015 organisé à Châteauroux. Léon Biancotto n’a pas été oublié : celui qui aurait pu être le premier champion du monde de l’histoire disparaît tragiquement dans l’accident de son Nord 3202, lors de l’entraînement des championnats de 1960 à Bratislava.

Léon Biancotto dominait la voltige mondiale quand il s'est tué à la veille des premiers championnats du monde de voltige, en 1960, à Bratislava

L'originalité du livre consiste à réunir les constructeurs « officiels » et « amateurs », preuve que les progrès techniques sont le fruit de ces deux univers et que la passion prime. La clarté de la mise en page, la qualité des photos et la bonne tenue en main du papier glacé ajoutent à l'intérêt de l'ouvrage. Mais cette chronique ne serait pas complète si j'omettais de réparer l'oubli de la mention du titre de championne du monde de Madelyne Delcroix en 1968 à Moscou. Aujourd'hui, Mady s'occupe des championnats de voltige aérienne en planeur au sein de la Commission internationale de voltige aérienne. Passion, quand tu nous tiens ! Et comme l’écrit, François Besse, lui-même instructeur-voltige : « Mais nul besoin d’atteindre un tel niveau pour se faire plaisir car la voltige, c’est également enchaîner quelques figures pour la beauté d’une trajectoire et la parfaite maîtrise du pilotage d’un avion». J.M.K.

De l'acrobatie à la voltige

5.05.2015

3 commentaires

  • JMK

    De l’acrobatie à la voltige en 100 pages
    Bravo Guy, tu as gagné un portrait de Monika qui a failli nous faire perdre cette belle médaille:

  • Guy AUGER

    De l’acrobatie à la voltige en 100 pages
    Mady DELCROIX a été championne du monde en 1968 à Magdeburg derrière le champion du monde BLASKE Erwin. 1ère devant Monika SCHOSSER et Galina KORCHUGANOVA.

  • Guy AUGER

    De l’acrobatie à la voltige en 100 pages
    Mady DELCROIX a été championne du Monde en 1968 à MAGDEBURG. 1ère devant Monika SCHOSSER et Galina KORCHUGANOVA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.