Accueil » Le lâcher : les mots pour le raconter – Poétique du ciel #1

Le lâcher : les mots pour le raconter – Poétique du ciel #1

La collection de podcast d'Aerobuzz. Chaque samedi à partir de 17h30, un nouvel épisode. © Aerobuzz.fr.

Que vous soyez pilote de ligne, de guerre ou du dimanche, votre premier vol solo est gravé dans votre mémoire. Pas toujours facile d’exprimer ce que vous avez ressenti à ce moment-là, même si le souvenir est intense.

Dans son livre « Quand l’ombre se détache du sol », l’auteur italien Daniele Del Giudiche exprime ses sentiments au moment de son lâcher. C’est le premier texte que nous avons choisi de vous faire écouter dans notre nouvelle série de podcasts intitulée « Poétique du ciel ». Un texte dans lequel vous devriez vous retrouver.

« Il faut avec les mots de tout le monde écrire comme personne. », affirmait Colette. C’est ce qu’a réussi ici Daniele Del...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

5 commentaires

array(3) { [0]=> int(31) [1]=> int(4585) [2]=> int(5294) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Mon lâcher : un instant, un si bref instant qui a transformé cette expérience en un temps suspendu si bref, si furtif que la perception reste lointaine. Juste un tour de piste dans un avion léger et pour la première fois je vole mais si peu jusqu’au moment de recommencer mieux, puis de mieux en mieux. Et là le temps reprend sa vrai mesure et c’est parfois long.

    Répondre
  • Je me souviens juste de mon lâcher Falcon 10…

    Répondre
    • Eh ben moi que du dernier…en même temps Alzheimer 🤣🤣🤣

      Répondre
    • …Ou me premier vol en 319 avec un copilote normal (non instructeur) : avion portes fermées, pas sous tension, pas prêt, plein de pannes dont certaines nécessitaient des « resets » longs (un Airbus, c’est comme un PC, ça plante et il faut tout couper parfois et faire un redémarrage selon la procédure).
      Je n’ai jamais eu ensuite à prendre en compte un avion dans un tel état ! On a pratiquement fait l’heure, je crois, et on a terminé les derniers « resets » pendant l’escale suivante.

      Répondre
  • par Grandguillaume Christine

    Et pas que le premier lâcher….. le lâcher sur type d’avion c’est aussi quelque chose…. pas prête d’oublier celui sur Mouss…..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(3) { [0]=> int(31) [1]=> int(4585) [2]=> int(5294) } array(0) { }

array(3) { [0]=> int(31) [1]=> int(4585) [2]=> int(5294) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.