Accueil » Partenariat Boeing et SkyNRG sur les carburants d’aviation durables (SAF)

Partenariat Boeing et SkyNRG sur les carburants d’aviation durables (SAF)

Boeing va investir dans le premier site de production de carburants aviation durables (SAF) construit par SkyNRG Americas aux États-Unis. L’objectif est l’approvisionnement en SAF des aéroports, compagnies aériennes et activités de Boeing sur la côte Ouest des États-Unis.

15.07.2021

Boeing affiche de grandes ambitions en matière de carburant d'aviation durable (SAF). © Boeing

Boeing, SkyNRG et SkyNRG Americas annoncent la formation d’un partenariat qui aura pour mission d’accroître la disponibilité et l’utilisation de carburants aviation durables (SAF — Sustainable Aviation Fuels) dans le monde entier. L'avionneur américain investira par ailleurs dans le projet de production de carburants aviation durables lancé par SkyNRG Americas dont la compagnie Alaska Airlines est déjà partenaire. SkyNRG Americas est une nouvelle entreprise dont la mission est d’accroître la production de carburants aviation durables en Amérique du Nord. Sa...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

4 commentaires

  • thierry

    Je ne comprends pas ….. Si le SAF est une vraie solution pour protéger la planète, alors pourquoi investir en parallèle des sommes considérables dans une utopique solution électrique , et aussi dans une audacieuse solution hydrogène ???? ou alors la SAF n’est que du green washing et ce carburant n’a de vert que son étiquette ?????

    • bdd13

      Le SAF n’est pas une garantie d’une part, et d’autre part, comme je le disais dans mon post précédent, on atteindra une performance avec un résiduel d’environ 20% d’émissions de GES. Il faudra donc compenser, et la compensation viendra de 3 possibilités :
      – 1 augmentation des puits naturels (forêt et modification des pratiques agricoles)
      – 2 séquestration du CO2 en sortie d’usines (enfouissement étanche)
      – DAC (Direct Air Capture) = les Shadocks ou le pompage de l’atmosphère….
      Aujourd’hui, aucune de ces 3 compensations n’a vraiment fait de progrès et n’a des chances d’aboutir de façon espérée.
      Il reste donc de la place pour les développements sur l’hydrogène et les solutions électriques. Elles seront adaptées…. à l’adaptable (on n’aura jamais un long courrier électrique, et user du SAF pour des cours courriers qu’il va falloir compenser, c’est du gaspillage, quant au H vert, il sera dur à produire en quantité).

    • François-01

      En matière d’énergies vertes, il n’y a pas une solution miraculeuse qui va résoudre tous les problèmes. La solution réside souvent dans un panachage de différentes techniques.
      La SAF semble d’ores et déjà fonctionner donc c’est une solution applicable à court et moyen terme, mais on ne sait pas si on pourra en produire suffisamment pour répondre aux besoins ?
      L’électricité et l’hydrogène sont, dans le domaine aéronautique, encore en cours de développement et leur application est envisageable à plus long terme.

  • bdd13

    Il est évident que cette filière a beaucoup plus de chance de « réussir » que celle de l’H.
    Les investissements privés seront certainement très importants, car l’enjeu est de taille.
    Mais on peut se demander ce que signifie un carburant 100% durable…
    Aucun rejet de GES après combustion ?
    Je n’y crois pas une seule seconde.
    Les investisseurs tablent certainement sur un objectif de réduction de 80%, le reste étant compensé par des émissions négatives.
    Et c’est là que le bât blesse….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.