Accueil » Merci pour votre soutien !

Merci pour votre soutien !

L’appel que nous avons lancé le 17 avril a été entendu par nombre d’entre vous. En l’espace de deux semaines, la communauté des abonnés Premium d’Aerobuzz.fr s’est agrandie.

1.05.2020

Toujours plus nombreux... @Mariusz Słoński

Vous avez non seulement répondu à notre invitation et vous vous êtes abonnés, mais vous l’avez fait avec la manière. Certains ont accompagné leur abonnement de mots d’encouragement. Merci à tous. Nous sommes fiers d’avoir des lecteurs de votre qualité.

Ces abonnements sont précieux. Outre le fait qu’il est toujours plus rassurant d’avoir suffisamment d’eau sous la quille, savoir que nous pouvons compter sur nos lecteurs est réconfortant. Et cela nous motive pour continuer à innover.

La semaine dernière, nous avons lancé des interviews vidéo, dans la longueur. Nous donnons la parole à des acteurs de l’aéronautique et nous leur laissons du temps. La première a été réalisée avec Jean Botti pour faire le point sur l’avion hybride-électrique Cassio de Voltaero. Nous avons enchaîné avec Nicolas Chabbert de Daher à propos des vols avec Aviation sans Frontières et le système d’atterrissage de secours en cours de développement sur le TBM940. Dans la dernière en date, Jacques Bothelin (Apache Aviation) fait le point sur sa recherche de sponsors pour sa patrouille acrobatique (feu Breitling Jet Team). Nous entamerons la semaine prochaine avec Alain Battisti, président de la Fédération nationale de l’aviation marchande. N’hésitez pas à nous soumettre des noms pour les suivantes.

Comme vous pouvez le constater, votre soutien nous donne des ailes. Alors, si vous n’êtes pas encore abonné Premium, passez à l’action ! Merci d’avance.

Rejoindre la communauté !

Gil Roy

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

6 commentaires

  • François Henriot

    Il est clair que la presse, papier mais aussi Internet, ne pourra survivre et se re-développer que par le biais du paiement par le lecteur (et visionneur dans le cas d’Aerobuzz!). L’information fouillée, recoupée, a un coût, important. Si nous ne voulons pas payer, nous n’aurons plus accès qu’à des produits des services de communication. Ceux-ci sont souvent intéressants et utiles, mais ils ne couvrent que des domaines restreints. Ils sont partiels, voire… partiaux. Des centaines ont tenu ces propos avant moi. Tant pis. Je persiste, car j’ai « sévi » dans les deux domaines: journalisme, puis com. Et je conclus: vive la presse.

  • bernardbacquie

    Non, rien de bizarre, cher Monsieur premium Daumont ! Les aviateurs ont volontiers pris à leur compte les expressions des marins (ou des « chie dans l’eau » si vous préférez !) qui leur convenaient : de l’eau sous la quille, un temps de curé, le pot au noir, les phares de navigation de bâbord et tribord… Et personnellement j’ai connu – mais c’était la fin – le temps des navigateurs, avec leur sextant (version modernisée, comme un périscope pouvant être emmanché dans un sas, au plafond du cockpit). Les pilotes savent – en principe ! – se servir d’une règle Cras… frappée de l’ancre de Marine. Avant et juste après la seconde guerre mondiale, bien des pilotes venaient de la Marine. D’ailleurs, à mon arrivée à Air France, au début des années 70, je fus très étonné de voir la proportion de Bretons parmi les commandants de bord. La plupart avaient fait la Ma… pardon ! la Royale. Pour eux, souvent, c’était ça ou se faire curé !

  • Jean-François Feuillette

    Proche de l’Aéronautique Navale, j’ai eu grand plaisir à lire sous votre plume cette expression de marine qui résume parfaitement les conditions requises pour avoir la de manœuvrer.
    « Quand les mouettes ont pied, il est trop tard pour changer de cap ! »

  • DAUMONT

    « de l’eau sous la quille » ? Bizarre pour un aviateur !🤣🤣

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.