Accueil » MH370

MH370

Le 8 mars 2014, un Boeing 777-200 de Malaysia Airlines disparaissait des écrans radar, pour ne plus jamais réapparaître. Au fil des semaines, le crash supposé du biréacteur, s’est transformé en énigme. La quasi-absence d’indices tangibles n’a fait qu’épaissir le mystère. Sept ans après, le vol MH370 a rejoint l’assassinat de JFK, le suicide de Marilyn ou encore les attentats du 11 septembre au registre des théories du complot.

Les professionnels du transport aérien ont admis qu’à l’avenir il faudrait tout mettre en œuvre pour que plus aucune disparition d’avion sans laisser de trace soit possible. Il faut toujours tirer des enseignements d’un accident. C’est la règle, et elle a permis à l’aéronautique d’atteindre un niveau de sécurité exemplaire. A défaut d’explication, dans le cas du MH370, il a donc fallu se contenter de cette recommandation.

Évidemment, le grand public et les médias ne peuvent pas se satisfaire d’un constat d’impuissance. Quand un crash aérien est déjà en soi inconcevable, la disparition inexpliquée d’un avion de la taille du 777 avec 239 personnes à bord est forcément suspecte. Il faut faire parler les indices à tout prix. Une pente glissante sur laquelle les experts officiels refusent de s’engager.

Ces enquêteurs sont capables de reconstruire un avion, dans un hangar, à partir de centaines de milliers de débris repêchés en mer, et de mettre en évidence la surchauffe d’un circuit électrique dans l’isolant d’un poste de pilotage, des années après les faits. Mais ils s’interdiront toujours d’échafauder un scénario à partir d’hypothèses. La démarche inverse des enquêteurs amateurs.

Le terme « amateur » est pris ici au sens aéronautique. Il n’a pas de caractère péjoratif. Certains avions ou hélicoptères de construction amateur volent aussi bien que d'autres estampillés Cessna, Robin ou Cirrus. Certaines enquêtes privées se distinguent par leur rigueur. Elles reposent sur une investigation méthodique, une masse de documents et un nombre souvent impressionnant de témoignages. Autant d’éléments à partir desquels l’enquêteur indépendant développe sa propre théorie.

Quand le doute existe, la froideur administrative d’un rapport officiel du NTSB, du BEA ou de Transports Canada a du mal à faire le poids.

Reste à savoir si ces agences lisent les livres qui sortent, avec la même attention que les enquêteurs indépendants étudient leurs rapports. J’ai ma petite idée sur la question… Qu’on soit fonctionnaire d’état ou journaliste d’investigation, quand on est confronté à un cas comme celui du MH370, on ne sort pas indemne d'un tel cataclysme médiatique.

Même si la vérité a toutes les chances d’être dramatiquement plus banale, tant que ce qui s'est passé n'est pas connu, tout reste encore possible. Et curieusement, dans ce cas là, les plus improbables des scénarios ont la faveur du public. C'est humain…

Gil Roy

7.03.2021

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

18 commentaires

  • Aff le loup

    A nouveau : https://www.ladepeche.fr/article/2015/11/27/2226195-enfant-8-ans-trouve-methode-reperer-avions-crashes-oceans.html

    Le Koursk etait équipé d’une balise flottante ! Bref ça a foiré mais c’était la dèche chez Vlad !

    Qu’attendent les constructeurs pour embaucher le gamin ?

  • ghosez jp

    On ne peut qu’être d’accord avec ce texte et les mots utilisés par d’autres plus haut, ne devraient déranger que ceux qui gouvernent l’Omerta qui englobe le tout.

  • MUSCHAK Horst

    Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié votre dépose minute, et suis entièrement d’accord avec vos propos.
    Une autre « mystère » celui de l’accident du Tupolev 144 CCCP-77102 à Goussainville en 1973. qui aurait été gêné par un mirage ! et qui à fait 8 victimes dont les 6 membres de l’équipage.

  • Michel

    Luc,instructeur vol à voile dans les alpes, instructeur PL, pilote inspecteur de l’office de contrôle des vols, ayant participé à des commissions d’enquête suite à des accidents s’est lui-même crashé dans les alpes qu’il connaissait comme sa poche lors du test pilote privé d’un guide de haute montagne. La nouvelle à peine connue, la fine fleur des pilotes de montagne et de vol à voile, l’élite des guides de haute montagne se sont aussitôt mobilisées pour ratisser la zone estimée du crash. Et l’épave fut retrouvée… par un promeneur un mois après (balise de détresse éclatée, bien sur). Au 21 iéme siècle, en France, pas besoin de l’intervention occulte des « illuminatis » pour faire disparaître un appareil. S’il avait glissé dans une crevasse, le « mystère » de sa disparition aurait perduré.

  • Xavier Rolland

    Tant qu’on n’a pas d’explications avec des preuves irréfutables sur la disparition du MH-370 , toutes les hypothèses sont recevables, pourvu qu’elles soient plausibles. Les versions officielles des autorités politiques ne sont pas forcément les bonnes, quand on sait les enjeux et les coups tordus dont sont capables les services secrets, parfois dévoilés après disparition des enjeux. Il suffit de rappeler les circonstances du déclenchement de la 2ème guerre d’Irak. Cet exemple grossier prouve l’usage des mensonges par les gouvernements quand ça les arrange. Aussi, comment les croire aveuglément? La méfiance à leur endroit est le bon sens même.

    • Vladimir_K
      Vladimir_K

      Il n’y a pas que les mensonges, il y a aussi l’incompétence et la stupidité de certains fonctionnaires haut placés.

      Peu après la naissance de mon fils, nous nous sommes rendus en France à bord d’une compagnie aérienne canadienne. Lorsque nous avons demandé une ceinture spécifique pour le bébé lors du décollage et de l’atterrissage, l’hôtesse nous a répondu sèchement qu’il n’y en avait pas, que ces ceintures étaient dangereuses et que nous n’avions qu’à tenir le bébé fermement dans les bras.

      Après ce vol, j’ai écrit à Transports Canada, la même chose m’a été répondue : ces ceintures ne servent à rien, elles sont dangereuses pour les enfants et sont interdites sur les avions canadiens. Et si les autres pays rendent ces ceintures obligatoires, alors ils n’ont rien compris.

      Quelques années plus tard un accident au Canada coûtait la vie à un bébé, ces ceintures sont dorénavant obligatoires au Canada, comme partout ailleurs.

      De plus en plus, nous faisons face à des fonctionnaires incapables de se remettre en question, et ils ne comprennent pas pourquoi on ne leur fait plus confiance.

      Il ne s’agit pas là de complotisme, mot ô combien à la mode, qui permet de ne pas assumer ses erreurs, que ce soit dans la gestion d’une pandémie, ou bien pour prévenir des catastrophes aériennes.

  • jean-pierre.grilhé

    Bonjour ! Pour sûr que si l’on laisse jacasser, ce sera bientôt à cause d’un vol de sansonnets qui s’est engouffré dans les réacteurs !!! Laissons les pros faire leur job en espérant que d’autres débris remontent un jour à la surface

  • Jean Baptiste Berger

    Vous le dites, Gil, toutes ces affaires ont fait les choux gras des amateurs de « la théorie du complot ».
    Encore faudrait-il, d’ailleurs, savoir faire le discernement entre ceux qui contestent logiquement les theories officielles parce qu’elles prėsentent des incohérences et ceux qui sont adeptes d’un « grand mouvement complotiste mondial ».
    Les médias aux ordres (pas Aerobuzz, la preuve, ce sujet ) ont parfois tendance à volontairement mélanger les deux démarches, façon un peu Stalinienne de s’accomoder de la liberté d’expression !
    Dans les trois cas cités, c’est justement les conclusions officielles qui poussent les curieux à s’interroger sur ces incohérences.
    Avez vous lu les conclusions de la commission « Warren » ? (Un très joli roman).
    Et pour l’AF 447, comme le rappelle Pierrot, les conclusions du BEA portent, pour moitié de l’ouvrage, sur la façon dont ont été menées les recherches (quel intérêt pour éviter les accidents à venir ?) alors que l’avion avait dit lui-même où il se trouvait. (Quel intérêt de chercher ailleurs ?).
    Tout ça n’incite pas à croire les officiels sans y regarder de plus près….

  • GUEDET

    Une étude a-t-elle été faite sur les conséquences de l’explosion de la batterie d’une tablette posée sur le tableau de bord ? Quelles sont toutes les conséquences possibles d’une dépressurisation soudaine à ce niveau ? Cet avion peut-il alors parcourir une longue distance jusqu’à épuisement de son carburant ?

  • Lardet Maurice

    Article bouche trou sans intérêt !!!

  • anemometrix

    A-t-on le droit de jouer ici au scénario imaginaire ?…

  • POMMIER

    Le dernier livre à paraitre « VOL MH370 LA DISPARITION » de Florence de Changy dont je viens d’entendre sur Europe 1, l’interview emet des hypotheses originales …et plausibles…hélas.

    • Aff le loup

      Cette journaliste fonctionne comme une investigatrice qu’elle est et c’est devenu rare dans cette profession du buzz à tout crin : elle est sur les lieux de cette Asie du SudEst mal connue au niveau des moeurs politiques et met sur la table les éléments recueillis depuis le début…Elle en fait percevoir les contradictions et antagonismes et n’impose pas son scénario monté d’avance…On peut effectivement s’interroger sur l’ensemble !

  • Pierrot

    D’accord avec vous Gil. Ayant été mêlé à l’affaire du crash de l’AF 447, ce qui m’a coûté à la fois la perte de ma licence et la perte de mon travail, il serait très intéressant d’analyser la période précédant la découverte de l’épave de l’Airbus de la compagnie française, et celle qui perdure depuis la disparition du B777 de la Malaysian. En effet, dans les 2 cas, on a cherché au mauvais endroit, puisque les Australiens n’ont rien trouvé alors qu’ils avaient mis des gros moyens. Les Français avaient, de même, commencé à chercher l’appareil d’Air France en supposant qu’il avait fait un vol plané à partir de son point de dernier report en continuant sa route vers l’Afrique, ce qui fut une grave erreur de jugement.

  • Alain MOULENE

    Malgré notre volonté de savoir, il existe des mystères qui resteront malheureusement inexpliqués. Il ne reste plus aux familles des victime que leur imagination et l’impossibilité de faire leur deuil. C’est cruel mais c’est une réalité.

  • GÉRARD DAVID

    quand/si avons-nous une chance de connaître la vérité sur « la disparition » ? le dernier livre paru relève t-il de l’amateurisme ? Bien se souvenir que « l’amateur » NOÉ a sauvé l’humanité quand les plus grands experts-ingénieurs-sachants n’ont pas empêché le Titanic de couler…

  • PlasticPlane

    0,20 € de plus dans la machine 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.