Accueil » O’Hydrogène !

O’Hydrogène !

Il était temps de remettre la balle au centre. Airbus s’en est chargé. La contre-attaque est un modèle du genre. Le PDG à la manœuvre. Une interview exclusive offerte au plus populaire des quotidiens français. Ni aux Echos, ni à la Tribune, ni même au JDD, mais au Parisien Libéré. L’art du contre-pied parfaitement maîtrisé. Avant même la conférence de presse planétaire (sur internet), l’information avait fait le tour de la Terre. Goaaaal !

Le grand public a besoin de rêver. Marre de ces prophètes de l’apocalypse qui prédisent la fin du monde. Ils sont partout. Même, si sur le fond, ils n’ont pas tort, à la longue c’est épuisant. Alors quand le transport aérien français en remet une couche, on coupe le son.

Quelques jours avant qu’Airbus passe à l’action, les patrons des compagnies aériennes et des aéroports français avaient tenté de prendre l’opinion publique à témoin. Taxer l’avion de 4,2 milliards d’euros. Une hérésie. 150.000 emplois directs et indirects menacés. Sans parler de la baisse du trafic (-19%) et de la perte de PIB (moins 6 milliards d’euros). Rappelez-moi à combien s’élève l’aide du gouvernement à l’aéronautique et à Air France… Avec tous ces milliards, on s’y perd !

A défaut d’avoir ému le grand public, la filière aéronautique a convaincu le ministre des Finances. C’est l’essentiel. Le transport aérien français ne sera pas plus taxé qu’il ne l’est déjà. Pas tout de suite. Des concessions à la Convention citoyenne pour le climat sont inévitables. Il faut sauver les apparences. Tout le problème est là…

Avant de descendre dans l’arène, il faut tomber la veste et oublier Excel. Le transport aérien a beaucoup de mal à l’admettre. C’est d’ailleurs paradoxal.

Montpellier-Nantes à 34 € TTC. A titre individuel, les compagnies savent se faire comprendre ! Mais, quand les professionnels parlent au nom de l’intérêt général, leurs arguments sont inaudibles. Promettre de réduire de 50% les émissions de CO2 d’ici à 2050, sur la base de 2005. L’objectif est ambitieux. Il peut impressionner les spécialistes dans une présentation power point, mais il tombe à plat sur un plateau de talk-show.

Airbus l’a compris. Quoi de plus concret qu’une image de synthèse ? Dans l’ambiance anxiogène, il faut faire rêver. Zéro émission. Ça parle, surtout une vidéo à l’appui. Et pas dans un futur lointain, mais dès l’année prochaine. On va commencer par un démonstrateur au sol, puis deux ans plus tard on fera voler un autre démonstrateur. Et puis l’année d’après on arrêtera les options. En 2025, on fera voler un prototype. Des échéances à portée de main. Banco.

Les voitures roulent à l’électricité. Les Airbus voleront à l’hydrogène. Il n’y a pas mieux que l’hydrogène pour déclencher l’enthousiasme des masses. En ce moment. D’ici 2025, on aura le temps de voir, si c’est effectivement la solution. L’urgent était de remettre la balle au centre. Et c’est réussi.

Gil Roy

 

27.09.2020

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

31 commentaires

  • PKC

    j’ai une amie qui travaille dans les bilans carbones.
    Pour elle sur les avions, une solution serait l’alcool ou un composé riche en hydrogène a température ambiante, ceci pour limiter le coût en energie de la liquéfaction de l’hydrogène et le coût des conditionnements pour le maintenir liquide.
    Clairement (en considérant la loi de carnot ), le bilan énergétique de l’hydrogène liquide est une catastrophe. L’hydrogène sous pression un peu moins, même si c’est loin d’être nul, du fait d’une compression adiabatique. Quand au transport de l’hydrogène sous forme gaz, il ne faut pas y compter sauf pour de faibles distances, car le débit massique ( du fait de la faible densité ) est tres faible.

    Globalement ce serait moins cher que d’utiliser directement de l’hydrogène, car cet hydrogène serait naturellement densifié et cela ne demanderait pas une revolution technologique complete.

    PS l’argument ci dessus est moins valide pour l’automobile ou de l’hydrogène sous pression est utilisable, même s’il a une densité ( rapport masse hydrogène / volume stocké ) faible et peu pertinent. Dans le ferroviaire ou la marine, ou il n’y a pas de vrai problèmes de densité l’hydrogène peut en revanche être très pertinent.

  • Baud ry

    Combien de temps encore allons nous faire avaler des couleuvres au plus grand nombre? Hélas, l’hydrogène ne sera jamais une solution au transport aérien. La com règne. Même Giscard, pourtant ingénieur polytechnicien à l’origine, avait avalé la couleuvre des avions renifleurs…

  • Julien

    Marrant, quand j’ai vu « avion zéro émission », ça m’a tout de suite rappelé ce projet… dont le prototype dev(r)ait voler cette année!
    https://fr.wikipedia.org/wiki/ZEHST
    A l’époque on annonçait même déjà une estimation du prix du billet…
    J’espère vraiment que ce projet puisse aboutir, mais à force de voir ce genre de serpent de mer ressortir tous les 10 ans, on finit par devenir sceptique…

  • Jean Baptiste Berger

    @bdd13
    …Et votre exemple de la Syrie et des migrations est intéressant, sauf que les causes que vous citez ne sont pas forcément les vraies.
    La Syrie est devenue terre d’envahissement islamiste que parce que M. Fabius a conseillé à M.Hollande d’armer ces mêmes Islamistes (avec nos impôts) pour détrôner Bachar.
    Je me garderai bien de faire l’apologie de ce dernier personnage, mais c’est bien notre intervention stupide qui a conduit la Syrie à l’état de délabrement qu’on connait.
    Phénomène identique en Libye (et par contre-coup en Irak) parce que M. Sarkozy, soudainement en désaccord avec son ex.copain Kadhafi (l’assassin avant ça des occupants du DC10 d’UTA) a décidé d’écraser Tripoli (et des milliers de civils) sous un tapis de bombes Françaises….
    Tous ces brillants politiciens Français ont voulu recopier, pour se forger dans une opinion publique inculte une image de libérateurs démocratiques, les méthodes déjà remarquablement suivies de succès par le père et le fils Bush…
    Ceux qui ont bouzillé la population Irakienne, qui ont encensé (et subventionné) ces remarquables démocrates que sont les Saoudiens les Qataris et les Koweitis, et qui ont affamé les Iraniens en les obligeant qui plus est à renoncer à un programme énergétique propre (le nucléaire), ce qui les maintient à la merci d’un régime tyranique au lieu d’en faire des partenaires privilégiés pour nous.
    A ce titre, oui, l’occident, et en particulier la France, est bien responsable des drames humaitaires et écologiques qui se jouent dans ces pays qui étaient, sans cela, sur le point de devenir des états au moins aussi respectables que nous.
    On peut dire qu’on a effectivement fait progresser les déserts, la pauvreté, l’esclavage (en particulier des femmes) et aussi la pollution !
    Et chercher à reproduire à l’intérieur de nos frontières (ouarf !) ces catastrophes sociales qu’on a imposées ailleurs ne me parait pas un projet séduisant !
    Alors laissons plutôt le pétrole Saoudien sous son sable sacré, achetons celui des Russes et des Iraniens, travaillons avec ces grands pays à un projet commun de développement d’énergie propre et unissons nous contre les nouveaux pouvoirs religieux menaçants que sont la Turquie et le Pakistan !
    C’est à ce prix qu’on peut encore éviter une guerre civile (perdue d’avance) , pas en prônant naïvement notre apauvrissement industriel anticipé.
    Je sais que beaucoup de marchands d’armes n’ont pas la même vision des choses…

    • bdd13
      bdd13

      « Alors laissons plutôt le pétrole »…. tout court !
       » travaillons avec ces grands pays à un projet commun de développement d’énergie propre » : tout à fait d’accord, en sachant que pour cela, il faut monopoliser les ressources planétaires avant qu’il n’y en ait plus. Donc bien flécher les développements industriels, et arrêter de faire des grosses bagnoles qui ne servent à rien par exemple.
      « unissons nous contre les nouveaux pouvoirs religieux menaçants que sont la Turquie et le Pakistan » : c’est bien pour ça que j’avais laissé l’Armée (de l’Air) comme utilisateur privilégié d’un pétrole, même à fort coût, et à forte émission de CO2.
      La boucle est bouclée.

    • Joel

      Pas d’accord sur votre opinion sur la guerre en Syrie Mr Berger

  • Jean Baptiste Berger

    @bdd13
    Donc, si j’ai bien compris, notre seule alternative est :
    -Limiter à 3º la hausse….et survivre (peut-être) comme ça, mais sous le régime de la charria (envahissement inéluctable)
    -Se défendre avec les armes que nous avons encore (Si ce n’est pas Soros, le traitre illuminé, qui en prend le contrôle…) en limitant l’immigration et survivre (peut-être aussi) sur nos terres devenues très sèches, mais en hommes libres.
    Ben…si c’est avec ce choix que vous comptez convaincre les gens de rester chez eux à ne rien faire que survivre en mangeant du soja….
    Je crains que nos nouveaux élus verts n’aient, pour eux-mêmes en tout cas, d’autres projets ; ils n’aiment pas l’avion, c’est tout, mais leur bonheur réside sans doute dans d’inter-minables* débats qu’ils vont faire financer par les communautés qu’ils dirigent et où ils se gargariseront d’être les nouveaux évangélistes sauveurs de planète.
    *c’est exprès…
    Et ils se feront quand-même un jour massacrer par les puissants religieux qu’ils auront ainsi aidé à prendre le pouvoir…
    …Et non, vous avez tort ; 80% de la pollution ne provient pas de l’occident .
    Avant les derniers incendies, à cinquante km de Los Angeles, le ciel était toujours bleu.
    Sur la totalité du territoire Indien, du Pakistan, et sur des centaines de km autour des grandes métropoles Africaines, le ciel est toujours gris !
    Les quelques pilotes de ligne qui vous suivent sur ce blog pourront vous le confirmer.
    Seuls les Chinois (votre lien) ont réellement pris ce problème à bras le corps (l’atmosphère n’est pas très claire chez eux non plus….) et eux prennent en plus des précautions militaires pour éviter un envahissement incontrôlé..

    • bdd13
      bdd13

      Vous êtes très pessimiste ! Je sais bien que battre un œuf fera toujours du jaune (Coluche…). Tout le monde devra vivre sous la double contrainte énergie/climat, toutes civilisations confondues.
      Nous avons encore des méninges pour les innovations et faire vivre décemment nos enfants (mais je reconnais que les miens n’en ont pas pour l’instant, et que je ne pleure pas pour être grand père au vu des prévisions !).
      Vous confondez GES (gaz totalement invisibles) et pollution. Il faut voir quelques vidéos de la NASA, qui discrimine les longueurs d’ondes permettant de cerner les émissions de CO2 sur la planète.
      La pollution est visible, et a une tendance à refroidir la planète (en faisant obstacle aux rayons du soleil). Dépolluer la planète aura d’ailleurs pour conséquence d’augmenter les températures. Un paradoxe incontournable.
      Pour finir, je ne comprends pas vos solutions pour échapper à tout cela. Faire la fête jusqu’à extinction, prendre les armes avec Trump et exterminer la moitié de la planète ?
      Moi, je préfère qu’on favorise l’éducation dans le monde (notamment des femmes), et une retraite pour tout le monde, vu que l’emballement des naissances sert avant tout à assurer les vieux jours des parents, une idée toujours ancrée dans beaucoup de pays.
      Combattre la charria reste une idée de premier ordre… L’un n’empêche pas l’autre.

  • Le ZEROe doit aussi s’appliquer à tous les autres modes de transport routier, fluvial, maritime, les gros bateaux étant les plus pollueurs!

  • Vladimir_K
    Vladimir_K

    Monsieur Roy, je suis déçu, vous n’avez même pas mentionné le TU-155, testé avec succès en 1988.

  • asrine

    Les fusées Ariane qui utilisent de l’hydrogene extrait d ‘hydrocarbure, peuvent etres isolées ,et l’hydrogene n’est utilisée que dans le vide ,au décollage les systèmes de propulsion ne s’en servent pas.je crains que tout ce cinema ne soit que de la com ,cela amuse la galerie ,et obtient des subventions ;

  • Serge Rochain

    Vol à l’hydrogène ? Pari tenu !

  • Pilotaillon curieux

    @JBBerger : il me semble que c’est une question de modèle de société !
    Dans la ligne du papier de Gil, il me semble que la comm’ c’est une chose, être au rendez-vous en est une autre (Cf la fin du A380).
    Efan et autres démonstrateurs, restent des démonstrateurs, qui éclairent une partie de la réalité de la mutation à venir, par delà des prédictions des experts qui prédisent, et des incantateurs (Verts en ce moments) qui ne font qu’aligner des mots.
    Etre au rendez-vous (l’aviation neutre Carbone) ce n’est pas seulement répondre devant les Politiques (et citoyens par ricochets) c’est instruire le dossier pour avoir une chance de faire le goal, avec une entrée en sa faveur.
    Le média énergétique H2 est une techno dans laquelle l’Europe a déjà des connaissances et des atouts. Je pense également au côté sexy des solutions, des ressources propres aux yeux du citoyen.
    La séparation du H2 de l’air n’est pas du tout ressentie comme hostile à l’environnement, contrairement à l’extraction des métaux des terres rares (Prod des Batteries et photovoltaïque par ex).
    Alors oui Airbus joue son rôle, prépare le terrain sur lequel il a (et son écosystème également) des avantages concurrentiels.
    Avec les réseaux, le problème s’est complexifié, non par la volonté de cacher, mais parce qu’une action de masse peut renverser un gouvernent (Steve Bannon’s stratégy), stopper une centrale à Fessenheim,… La comm’ un est devenu le passage obligé de l’action des entreprises.
    Attention, je fais pas leur promotion : C’est pour cela que les gouvernements autoritaires vont plus vite, se passent de l’avis du citoyen et gagnent plus rapidement leurs défis.
    Il va falloir trouver le juste équilibre entre la nécessité d’aller vite (ne pas perdre notre place) et la manière d’obtenir l’assentiment de la rue.
    Comment donner envie à M et Mme Monchu, d’entrer dans la complexité et sortir de l’ultracrépidarianisme ?
    https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&cad=rja&uact=8&ved=2ahUKEwj4i6j1kYnsAhWeD2MBHczRAaEQyCkwAHoECAgQAw&url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3Df89WVeqWe-M&usg=AOvVaw3Ij-sdpnDmjA4v6mlVFkHB

    • Jean Baptiste Berger

      @Pilotaillon curieux
      Ce que vous dites est frappé au coin du bon sens.
      …Et je ne dis pas qu’Airbus a tort de communiquer sur ses projets novateurs, il n’y a d’ailleurs que de cette façon qu’ils peuvent espérer avoir des soutiens (comme vous le dites, Mme.Michu, donc les politiques…)
      Et si mettre en avant des formules, fussent-elles fantaisistes ou simplement prématurées par rapport au niveau de connaissance actuel, leur permet de « rester dans la course », je ne peux que les encourager.
      Mais rien n’interdit à ceux qui s’intéressent d’un peu plus près à ces « vitrines » d’émettre un peu de scepticisme.
      Quand à votre lien sur le « philosophe des sciences », je le trouve également intéressant mais un peu…réducteur !
      Sur ce blog, par exemple, s’expriment des gens ayant de très grandes connaissances scientifiques et d’autres (comme moi) qui ne prétendent avoir qu’un peu de bon sens et d’esprit critique.
      Je crains que la partition que fait M.Klein (votre lien) entre les savants et le petit peuple ignare (je fais court…) et les gens modérés en tout et les « forts en gueule » parfois excessifs et totalement dans le faux n’amène à un comportement « moutonnier » incompatible avec tout progrès.
      Les grandes idées (qu’elles soient scientifiques ou sociétales) sont rarement nėes de braves gens bien obéissants qui s’interdisent de penser au delà des limites posées par les connaissances du moment (sinon, on répèterait tous encore que la terre est plate et que seul le pape, en liaison téléphonique directe avec le Seigneur, sait ce qui est bien pour nous…).
      J’espère, contrairement à Bdd13, par exemple, qui semble pourtant avoir des connaissances scientifiques solides, que la « vague verte » qui est en train de mettre à bas l’occident et ses valeurs va finir par se briser d’ elle-même sur la plage des nouveaux déshérités qu’elle attaque et qu’ainsi ceux qui en profitent pour nous anéantir au nom de je ne sais quel gourou (malfaisant) finissent par se casser les dents (au lieu de nous casser les c….).
      Et ça n’interdit à personne de réfléchir à de nouvelles façons de gérer les sources d’énergies (naturelles ou à produire) pour éviter la catastrophe climatique qui nous est promise.
      Mais on ne pourra pas faire cela dans une société gérée par des ariérés violents auxquels des bobos naïfs auront offert le pouvoir, ça ne pourra au contraire qu’accélérer l’échéance léthale de l’humanité.
      Et merci pour le lien et le nouveau mot (imprononçable 🤬🤪) que l’on y apprend !

      • Pilotaillon curieux

        Je vous invite à suivre davantage d’interventions d’E. Klein car c’est un vulgarisateur hors pair.
        Il parle des concepts scientifiques comme peu savent le faire, dans un langage accessible et contextualisé, invitant l’auditeur à comprendre le cheminement et la finalité des modèles (y compris la mécanique quantique…).
        Je le site car c’est un montagnard (je plaisante), non plutôt parce que comme assez peu de « savants faisant autorité » ont la délicatesse de ne jamais stigmatiser l’ignorance mais au contraire de mettre leur science à la portée de tous les curieux.
        Il est parfait dans son post sur Brut !

  • Henri Stref

    Il y en a marre des sectes environnementales soit-disantes écolos ! Dans les chiffres des dernières élections municipales il y a eu moins de votants « écolos » que lors des précédentes ! Et on parle de marée verte!?? J’hallucine ! Tout ça parce que quelques municipalités ont viré au vert ! Quand à l’aviation c’est déjà un transport de masse et démocratique des plus économes en énergies fossiles par km . passager et on veut tuer cette industrie et ses investissements pour 0 carbone !

    • Tonton Volant

      Lorsque le dernier arbre aura été coupé, le dernier poisson pêché et la dernière rivière polluée ; quand respirer l’air sera écœurant, vous vous rendrez compte, trop tard, que la richesse n’est pas dans les comptes bancaires et que vous ne pouvez pas manger de l’argent. (proverbe abénaki, de la famille linguistique et culturelle algonquienne)

      Après moi, la sècheresse, les températures … Je m’en fous !

  • Joel

    Oui, bien joué, d’autant que s’ils le voulaient vraiment, ils pourraient faire avancer cette cause de « l’écologie » en tant que « partenaire industriel » de tous ces petits projets qui auraient bien besoin d’aide. Je dis ça, je dis rien…Mais en ont-ils vraiment la volonté, ça c’est une autre histoire.

  • bdd13
    bdd13

    L’urgence, c’était d’avoir les milliards.
    Qu’ils soient bien utilisés ou pas, qu’ils aboutissent ou pas….

  • Peclers

    On ne voit pas d’autres carburants embarqués capables de fournir l’énergie nécessaire aux transports de demain sans rejets carbonés. Certes faudra-t il mettre au point les réservoirs mais c’est moindre mal. Quand à l’électricité nécessaire à la production de l’hydrogène, elle pourra dépendre du vent ou du soleil, contrairement à celle dont nous avons besoin via les réseaux. Enfin une bonne raison d’être pour ces techniques tant contestées, et un argumentaire à refaire pour les écologistes radicaux.

    • bdd13
      bdd13

      Ok, on peut rêver. Mais autant il y a des « climato-réalistes », autant ceux-là mêmes doivent être réalistes et avoir conscience de quelques valeurs.
      En stockage liquéfié, il faut en gros 5 fois plus de volume d’H par rapport au kéro et des conditions de stockage draconiennes.
      Autrement dit, vous aurez un avion qui ressemble à un DreamLifter ou un Beluga, mais avec 10 pax dedans. Croyez-vous que ce soit rentable pour une compagnie ?
      En revanche, compte-tenu du fait qu’il ne faut pas gaspiller une seule goutte de pétrole pour l’avenir (avec des utilisations genre médicaments et autres usages médicaux), on peut penser que des utilisations par l’armée, la sécurité civile (feux), et le fret de denrées de première nécessité ou justement de médicaments, seront les seuls secteurs aéronautiques viables dans un demi-siècle, et toujours avec du pétrole.

      • Jean Baptiste Berger

        @Bdd13
        Je crois déceler une contradiction dans votre discours ;
        Vous nous dites qu’il ne faut pas gaspiller une goutte de pétrole parceque tout devra être utilisé pour des causes de survie médicale.
        Il me semble que les réserves actuelles connues d’or noir permettent de vivre, avec la croissance et le mode « gaspillant » d’avant-covid, pendant plus de deux siècles…..
        Selon vos propres prédictions, l’humanité, si rien ne change, sera morte de faim, de soif et de chaud bien avant cette échéance…..
        La priorité n’est donc sûrement pas d’économiser le pétrole…..
        Quand à votre sociėté « sage » où tout est utilisé de façon rationnelle pour permettre à la terre de faire vivre une population humaine qui refuse de se stabiliser démographiquement, elle est tout simplement irréaliste parceque l’homme, justement, ne peut pas se contenter d’une vie drastique au nom de la survie du plus grand nombre.
        Ce n’est pas moi (ni vous) qui sommes ainsi ; c’est tout le monde qui cherche du confort, des loisirs et surtout une utilité (travail) et personne n’est prêt à renoncer à ça (ou à l’espoir de ça) .
        Pour moi, la seule solution pour que le monde survive est que le mode de vie occidental (avec un taux de reproduction de 1 ) prenne le pas sur les autres (hégémoniques avec un taux proche de 3, et qui se moquent pas mal de la recherche et de l’hydrogène…) et que, dans ce mode (appelons-le civilisé/démocratique) la science parvienne à trouver effectivement des solutions énergétiques plus pérennes et moins polluantes que celles d’aujourd’hui.
        En mettant « la charrue avant les boeufs »*, (suicide économique de l’occident au nom de la survie de toute l’humanité) vous ne ferez jamais qu’accélérer le suicide de toute l’humanité….mais avec la bénédiction des adorateurs de chimères !
        *l’expression est impropre, là c’est plutôt les « boeufs avant tout »…..
        Je trouve catastrophique ce covid/opportunisme vert pour condamner notre mode de vie et nous exposer ainsi aux fous endoctrinés (qui eux n’ont de vert que leur missel…).
        ….Et emmener ses amis le dimanche en DR400 faire un tour dans la région ne changera RIEN au réchauffement climatique, pas plus que de refuser aux gamins de Bordeaux un sapin de Noël sur la place des grands hommes (ceux qui ont la chance de ne pas avoir encore été déboulonnés par quelques migrants) ou refuser un hommage par la prestigieuse patrouille de France aux infirmières de Lyon qui se sont pourtant sacrifiėes pour sauver les citoyens de cette commune qui ont majoritairement votė « vert ».
        On marche sur la tête…..

      • bdd13
        bdd13

        @JBBerger : j’ai bien sûr beaucoup de choses à discuter sur vos propos. Tout d’abord, je suis d’accord avec votre affirmation sur nos réserves de pétrole à pente constante de consommation (augmentation perpétuelle), qui est admise depuis le début du siècle. Les réserves ultimes (consommées+prouvées+probables) n’ont en effet pas changé (2500 milliards de barils ; sources IEA,BP). Seul un transfert des probables vers les prouvées s’est effectué. Là ou effectivement il y a lieu de moduler, concerne la courbe de production, en plateau, puis en valeur descendante (je parle bien de production) de façon mathématique, les réserves étant finies : le pic conventionnel a été passé en 2008, et la compensation des productions de schiste et autres sable bitumineux va vite disparaître, les coûts d’exploitation devenant prohibitifs. Cette dernière variable définit d’ailleurs la « fin » (ou pas) de l’utilisation, et c’est là où mon discours s’oriente vers le demi-siècle, et nous aurons bien sûr toujours du pétrole, pour finir en quantités infinitésimales un jour ou l’autre. La production de pétrole va donc déterminer les volumes utilisés. En fonction des coûts d’extraction toujours en augmentation (pétrole plus difficile à extraire), soit on ferme les puits (le marché étant trop bas), soit on augmente les prix. Dans les deux cas, les volumes seront en baisse, par obligation ou par récession économique.
        Je n’ai pas dit que l’humanité sera morte de faim, de soif ou de chaud avant 50 ans (où l’ai-je écrit ??). J’ai dit qu’il fallait laisser le pétrole sous terre car il fallait en garder le plus possible pour des utilisations humanitaires, et arrêter de le brûler bêtement dans des cylindres quand on peut faire autrement.
        En revanche, le changement climatique amènera des baisses de production alimentaire dans des pays producteurs de pétrole qui ne pourront compenser financièrement par des importations alimentaires pour les raisons évoquées dans mon premier § sur le pétrole (ce qui a été le cas de la Syrie après des périodes de sécheresses récurrentes). L’instabilité sociale, politique et les migrations, en découlent. Ce schéma va très vite se reproduire, auquel on ajoutera rapidement des migrations liées aux températures létales dans les zones humides, ou à l’élévation des océans et la salinisation de zones fortement peuplées. Il n’est pas besoin d’envolées conspiratrices pour arriver au même résultat. Vous n’avez pas perçu que les émissions des GES proviennent à 80% des pays occidentalisés et pas des pays à forte natalité. Le fait de réduire nos émissions, et de les interdire aux pays non industrialisés ne va pas arranger les choses, c’est certain, et ils nous envahiront à n’en pas douter.
        Mais tenter de ne pas dépasser 3° est encore possible pour nos enfants et petits enfants, car, vu d’un œil professionnel, il est impossible de connaître la réponse de l’ensemble Terre/Atmosphère au-delà de cette valeur, qui n’a d’antécédent qu’à des époques antérieures à l’humanité.

  • Vellay

    L’idée est bonne quand on aura le bilan global incluant les process de production de l’hydrogène extrêmement energivore. Cette approche est aussi un bon prétexte pour gratter des crédits publics . Uu grand débat objectif incluant le traitement consolidé moteurs, cellule, matériaux, aero et systèmes serait le bienvenu. Volontaire pour y etre

    • Aff le loup

      Un grand débat objectif ?

      Quel débat ? Quelle objectivité ?

      Comme la com Airbus le montre, la priorité n’est pas à un débat ! Il faut avancer un futur…Y aurait -il débat, qui débattrait ? Les sociétés ne sont pas créées pour s’interroger en choeur ! Elles existent pour offrir un produit ou un service…Si elles trouvent des clients, elle vivront…c’est la seule sanction possible car l’avenir a été, est et sera aux visionnaires, zux précurseurs, aux imaginatifs et aux innovateurs ! Bien faire et laisser dire !

    • Vladimir_K
      Vladimir_K

      L’idée, et plusieurs pays s’y sont mis, est de relancer la recherche, car l’hydrogène constituant 80% de notre système, il y a du potentiel, et donc on encourage à trouver des méthodes de productions plus rentables.

    • Philippe Dumez

      Je puis vous assurer que le projet Airbus décrit par Guillaume Faury tient compte de toutes les composantes que vous citez 🙂

  • Jean Baptiste Berger

    Oui, Airbus est excellent pour la com.
    Contrairement à Boeing qui se défend (mal), Airbus attaque !
    Ils ont raison.
    Mais ils savent aussi être très discrets quand leurs projets médiatiques en rapport avec les énergies nouvelles font un flop.
    …se souvenir de E fan !…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.