Accueil » Air France confie ses cadets à l’ENAC et à l’EPAG NG

Air France confie ses cadets à l’ENAC et à l’EPAG NG
premium
libre

Ce sont en définitive deux écoles françaises, l'ENAC et l'EPAG NG, associées à une école anglaise, L3 Airline Academy, qui auront en charge la formation ab initio d'une centaine de cadets par an. Une partie d'entre eux suivront leur formation de pilote privé aux USA.  C'est à la fois un retour aux sources et un nouveau départ pour la filière qui retrouve ses deux centres de formation historiques. Les premiers cadets intégreront les écoles, à titre expérimental, dès le mois de juin 2018.
30.03.2018

Dix ans après, la filière des cadets d'Air France reprend le chemin de l'ENAC et de l'EPAG NG pour la formation théorique et pratique des futurs pilotes de la compagnie nationale © Gil Roy / Aerobuzz

Dix ans après avoir fermée sa filière cadet, Air France a lancé fin janvier 2018 un nouveau recrutement de cadets. Le cadet est un futur pilote qui n’a pas forcément d’expérience aéronautique, dont la formation est prise en charge par la compagnie. Air France a revu les prérequis pour prétendre à intégrer les cadets : plus de limite d’âge, plus de cursus scientifique obligatoire, le candidat peut déjà avoir de l’expérience ou pas…

La compagnie a reçu 4.339 candidatures pour intégrer la filière. Pendant deux ans que durera son cursus, il ou elle suivra ainsi toutes les étapes qui mènent au cockpit d’un avion de ligne, chez Air France, ou chez sa filiale Transavia.

Quatre semaines de planeur en bonus

Le cadet devra d’abord satisfaire aux épreuves de l’ATPL théorique  (Airline Transport Pilot Licence) puis suivra la partie pratique. L’apprentissage du vol en régime VFR tout d’abord (Visual Flight Rules) avec le passage de la PPL (Private Pilot Licence) puis de la CPL (Commercial Pilot Licence) qui permet d’être copilote commercial, assortie d’une qualification IR (Instrument Rating) ME (Multi-Engine) et enfin de la licence MCC (Multi-Crew Coordination).
Toutes ces étapes seront suivies par les cadets dans des ATO, des centres de formations, sélectionnés par Air France au terme d’une mise en concurrence.

La compagnie a également souhaité ajouter quatre semaines de stage planeur, formation qui sera gérée par elle-même et qui concernera tous les cadets, quelle que soit l’école dans laquelle ils ont été intégrés. Lors de sa dernière assemblée générale, mi-mars à Toulouse, La fédération française de vol à voile a annoncé qu’elle avait créé France-Gliding-Service, une filiale à 100 % pour la formation de ces cadets Air-France.

L’enseignement de la partie VFR se fera pour l’ENAC aux Etats-Unis. Les cadets poursuivront leur formation CPL, IR-ME en France dans les centres ENAC © Gil Roy / Aerobuzz

L’ENAC se taille la part du lion

Après un audit mené par Air France durant l’été 2017 auprès de plusieurs écoles candidates à la formation des cadets, trois structures ont finalement été retenues. Les élèves sélectionnés pour suivre le cursus de formation des cadets ne seront donc pas tous regroupés au même endroit et ne suivront donc pas rigoureusement tous la même formation. La centaine de cadets Air France qui sera formée chaque année sera répartie sur trois sites : dans le Sud de la France, dans le Nord et en Grande-Bretagne.

L’Ecole Nationale de l’Aviation Civile qui forme tous les ans entre 800 et 900 pilotes tout confondu (PPL, CPL, instructeurs), se voie confier une soixantaine de cadets chaque année par Air France. Même s’il était assez prévisible que l’école fasse partie de la sélection, c’est une satisfaction pour Philippe Crebassa, directeur adjoint de l’ENAC : « c’est la première fois que nous sommes mis en concurrence avec d’autres écoles, il fallait prouver que nous sommes bons à la fois en formation, mais aussi en logistique et financièrement parlant. »

Le VFR aux Etats-Unis

La formation qui sera dispensée à l’ENAC est inspirée de celle des EPL (Elèves Pilotes de Ligne) et suit le parcours classique, conforme à la réglementation EASA. La formation à l’ATPL théorique, tout en Anglais, se fera à Toulouse, avec le concours de l’Institut Mermoz, avec qui l’ENAC a travaillé sur les manuels de formation, en partenariat avec Airbus.

Après cette phase, les cadets iront aux Etats-Unis suivre une formation VFR, dans une école partenaire dont le nom n’a pas encore été dévoilé. Philippe Crebassa explique que « l’ENAC voulait proposer une formation innovante, compétitive, avec un très haut niveau. L’immersion dans un environnement anglophone, dans des conditions météo et des espaces aériens différents de ceux rencontrés en France et en Europe apporte une plus-value dès le début de la formation. »

Après la formation VFR sur Piper aux U.S.A., les cadets rentreront en France pour passer leur CPL sur TB20 équipé de glass cockpit, à Montpellier. La partie IR-ME et MCC se fera à St-Yan sur Beechcraft Baron.

Soixante cadets par an

L’ENAC accueillera début juillet 2018 une première promotion d’une dizaine de cadets de manière à mettre en place la formation. A partir de l’automne 2018, ce seront en principe 60 cadets d’Air France qui seront présents à l’ENAC. Le nombre d’élèves pilotes devrait tourner autour de 60 par an, avec des ajustements possibles.

Ainsi, l’ENAC se taille la part du lion dans le nombre de cadets à former, sur la centaine sélectionnés par an. Jusqu’en 2008, avec la dernière promotion de cadets, le centre ENAC de St-Yan, en Saône-et-Loire, servait plutôt de variable d’ajustement alors que l’EPAG de Merville formait l’essentiel des cadets.

Les cadets vont retrouver Merville

Pour l’EPAG NG, cette nouvelle structure née après la liquidation de l’EPAG en 2013, sa sélection par Air France est la reconnaissance de la qualité du travail réalisé par les repreneurs. La satisfaction est d’autant plus grande que la structure actuelle a peu à voir avec la grande école créée par Air France en 1962 et qui a notamment formé près de 300 cadets jusqu’en 2008, avant que la compagnie décide de suspendre sa filière.

La formation des cadets à l’EPAG NG se fera entièrement à Merville, depuis le VFR sur DA40 jusqu’à l’IR-ME sur BE58 © Fabrice Morlon / Aerobuzz

Sous l’impulsion de cinq instructeurs de l’ancienne EPAG, l’école a ainsi redémarré avec un DA40, un TB20, un DA42 et trois simulateurs FNPTII en décembre 2013 après avoir décroché l’agrément ATO de la DGAC. Aujourd’hui, six instructeurs composent l’équipe qui va s’agrandir prochainement. Deux sont en cours de recrutement pour une prise de poste avant l’été 2018, puis l’effectif devrait atteindre 15 à 20 formateurs en 2019.
Le personnel d’Air France en charge de la formation devrait arriver dans les locaux de l’EPAG ng à la fin avril 2018 de manière à mettre en place la formation avec les instructeurs.

L’EPAG NG dispose de trois simulateurs FNPT II : Deux FRASCA simulant le TB20 ou le BE58 et un AL42 dédié au DA-42 © Fabrice Morlon / Aerobuzz

Dix cadets minimum par an

Comme l’ENAC qui accueillera une dizaine de stagiaires à l’été prochain, pour une phase test, l’EPAG NG va elle aussi accueillir deux cadets en juin 2018 qui permettront de mettre en place la formation. Puis un minimum de dix cadets arriveront en septembre 2018. Ce sera le nombre annuel minimum de cadets que formera l’école nordiste, Air France s’étant engagé sur un nombre.
Toutefois, l’école va devoir augmenter sa flotte. Un deuxième DA40 ainsi qu’un deuxième TB20 ont  fait récemment leur arrivée à Merville. Un Beechcraft Baron 58 (BE58) devrait arriver en juin. Début 2019, la flotte de l’EPAG NG devrait être portée à trois DA40, deux TB20 et deux BE58. Le cursus Air France à Merville se fera sur DA40, CAP10, TB20 et BE58.

Deux TB20 sont actuellement opérés, qui seront bientôt rejoints par deux Beech Baron 58, qu’utiliseront les cadets. Le VFR de base sera passé sur DA-40 © Fabrice Morlon / Aerobuzz

Quant à la formation théorique et l’ATPL, les cours se dérouleront sur le site de Merville et seront assurés par l’ATO Alain Truchi, basé dans la région parisienne. L’EPAG NG étudie la possibilité d’ouvrir une antenne sur un autre site, qui servirait de solution de repli en cas de météo défavorable.
Concernant l’hébergement, l’EPAG NG a proposé à Air France  que les Cadets Air France et les stagiaires privés soient hébergés au sein même de la base vol, au plus près de l’école et non plus dans le château de La Motte au Bois, où vivaient les cadets jusqu’en 2008, à plusieurs kilomètres de l’aérodrome de Merville.
Ainsi, les travaux de construction de logements en dur, pour un montant de 3 millions d’euros, vont démarrer, qui préfigurent un véritable campus aéronautique qui est en cours de développement avec le soutien de la Région Hauts-de-France et la communauté de communes Flandres-Lys.

Une école anglaise pour le « débordement »

Une troisième école, L3 Airline Academy, qui possède plusieurs centres en Angleterre (London-Gatewick, Southampton, Bornemouth et Coventry) a été sélectionnée. Air France n’a pas prévu de lui confier un quota défini de cadets pour le moment. Elle servira a absorber le surplus éventuel de cadets à former.
Air France est désormais en ordre de marche pour accueillir sa première promotion de cadets. les premiers pilotes seront opérationnels en 2020. D’autres sélections suivront au moins jusqu’en 2024.
 Fabrice Morlon

A propos de Fabrice Morlon

chez Aerobuzz.fr
Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

9 commentaires

  • Erouel

    Bonsoir
    Est il obligatoire de disposer de l’ atpl théorique pour être candidat à la formation cadet air France?
    Merci de votre réponse.

  • raoul

    Bonjour,

    Si je comprend bien, la partie « pratique » se fera à Merville ou ENAC, mais où seront enseigné les cours théoriques? Dans les locaux d’Air France à Paris?
    Merci

    • dubble

      Bonjour,
      La théorie se fait soit dans les locaux principaux de l’ENAC, à Toulouse, soit à Southampton (L3).
      Concernant les cadets qui rejoignent l’EPAG, ceux là (dont je fais partie) ont déjà obtenu leur certificat théorique par leur propres moyens auprès de diverses écoles privées telles qu’il en existe beaucoup.

  • Alkan

    On se demande bien à quoi va servir ce recrutement, Air France n’ayant désormais plus aucun avenir. Sa seule chance de survie était une cure d’efforts et d’austérité, maintenant elle n’en a plus une seule . Coût de la grève faramineux, coûts salariaux déjà trop élevés et qui vont à nouveau s’envoler, carburant de plus en plus cher, concurrence impitoyable établie désormais sur tous les tableaux, etc…

  • Adrien

    Bonjour,

    Pour intégrer les Cadets, quelles sont les modalités ?
    C’est AIR FRANCE qui organise une sélection de candidats ? Est-ce un concours ?

    Cdt

    • Fabrice Morlon
      Fabrice Morlon

      Bonjour Adrien,
      Air France organise un processus de sélection qui permet d’intégrer la « filière cadet » sans expérience de pilote au préalable et désormais sans limite d’âge. Il convient toutefois de remplir certaines conditions, détaillées sur le site emploi de la compagnie. Si les candidatures sont closes pour cette année (le processus de sélection est en cours), d’autres sélections seront entreprises en 2019 et les années suivantes. Plus d’infos ici : https://www.aerobuzz.fr/emploi/air-france-relance-filiere-cadets-fin-janvier-2018/

  • Roland M___

    Air France et l’ENAC, un simple retour aux sources historiques …

  • Pedro

    Pouvez-vous confirmer ou infirmer que certains iront aux USA ? Selon une source interne sur un célèbre forum, ce serait plutôt Portugal et Angleterre pour ceux qui vont chez L3…

    • Fabrice Morlon
      Fabrice Morlon

      Bonjour Pedro,
      En effet, il est bien question de « délocaliser » certains des cadets aux USA pour une partie de leur formation, mais pas avec L3.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.