Accueil » Industrie » Airbus : un carnet de commandes à mille milliards de dollars

Airbus : un carnet de commandes à mille milliards de dollars

En 2015, Airbus a livré 635 avions et a enregistré 1.036 commandes nettes pour une valeur de 137,1 milliards de dollars. L’estimation du carnet de commandes de l’avionneur européen, en hausse de 401 unités par rapport à 2014, atteint 996,3 Md$. Le match Airbus - Boeing n'a jamais été aussi serré…

Fabrice Brégier, PDG d’Airbus, et John Leahy son vendeur en chef, avaient le sourire, mardi 12 janvier. Face à la presse économique et aéronautique, et devant les caméras du web mondial, ils n’ont pas caché leur joie d’avoir, une fois de plus en 2015, et pour la troisième année consécutive, décroché plus de commandes que leur éternel concurrent. Airbus a enregistré 1.036 commandes nettes pour un total évalué à 137,1 Md$, quand Boeing doit se contenter de 768 unités pour un montant estimé de 112,6 Md$. 57% contre 43% en nombre pour l’européen face à l’américain, et 55% contre 45% en valeur.

Fin 2015, le carnet de commandes d’Airbus affichait un nouveau record pour l’industrie avec 6.787 appareils représentant une valeur de 996,3 milliards de dollars aux prix catalogue. Celui de Boeing compte quasiment 1.000 unités de moins, avec 5.795 appareils, pour un montant de 891,3 Md$. La proportion est la même : 54% pour Airbus contre 46% pour Boeing en nombre, et 53% contre 47% en valeur.

Sur le plan des livraisons, Boeing qui fête cette année son centenaire conserve l’avantage sur son jeune challenger, avec 762 unités livrées en 2015 (55% du total) contre 635 pour Airbus (45%). En valeur cela représente 125,6 Md$ (57%), contre 91,6 Md$ (43%). En 2015, Airbus n’a livré que 6 avions de plus qu’en 2014, alors que Boeing en a livré 39 de plus. Dans un parfait duopole comme l’est devenu l’industrie aéronautique, la comparaison est inévitable et chaque année, il est de bon ton de chercher à voir de quel côté de l’Atlantique penche la balance. La tendance est favorable à ce côté-ci…

Brégier et Leahy affichent une grande confiance en l’avenir et ce n’est pas le report de la livraison du premier A320neo qui saurait l’entamer. Les deux hommes minimisent l’événement. Ils pensent que désormais, Lufthansa devrait accepter son premier appareil dans les deux semaines qui viennent. Quand les livraisons s’enchaineront au rythme de l’augmentation de cadences, il est certain que ce délai de quelques semaines sera vite oublié d’autant que sur le marché des monocouloirs de nouvelle génération, Airbus a pris un sérieux avantage sur Boeing. Le premier totalise 4.471 commandes contre 3.072 pour le second.

A défaut d’avoir été l’année du démarrage des livraisons de l’A320neo, 2015 aura été celle de l’A350-900 avec 14 appareils livrés. Cette année, Airbus prévoit d’en livrer une cinquantaine. Il vise également 28 A380, contre 27 l’année écoulée. 2015 demeurera aussi pour ce programme une année à marquer d’une pierre blanche. 10 ans après son premier vol et pour la première fois en effet, l’A380 a enfin atteint son seuil de rentabilité. Une autre raison pour Brégier et Leahy, d’avoir le sourire.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Sur Facebook

Sur Twitter