Accueil » Le 737MAX fait souffrir Boeing

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Le 737MAX fait souffrir Boeing

Au troisième trimestre 2019, Boeing a réalisé un chiffre d’affaires d’un peu moins de 20 milliards de dollars en recul de 21%. Les livraisons d’avions civils sont en forte chute.

24.10.2019

Sur le plan financier, Boeing table sur l'hypothèse d'une remise en service du 737MAX avant fin 2019. © Boeing

Au troisième trimestre 2019, Boeing a livré 62 avions contre 190 au troisième trimestre 2018. C’est un recul de 67% qui se traduit pour la division « avions commerciaux » par un plongeon de 41% de son chiffre d’affaires trimestriel (8,249 milliards $ contre 14,071 Md$). Sur les neuf premiers mois de 2019, Boeing a livré 301 avions contre 568 un an plus tôt (-47%), soit un chiffre d’affaires d’un peu moins de 41 Md$ en recul de 39%.

Pour établir ses résultats du troisième trimestre, le Groupe s’est appuyé sur l’hypothèse selon laquelle la remise en service du 737 MAX serait approuvée par les autorités de réglementation à partir du quatrième trimestre 2019 avec une augmentation progressive des cadences de production du 737 de 42 à 57 unités par mois d’ici à la fin de l’année 2020. Plus les jours passent, plus cette hypothèse apparaît fragile. Les révélations faites par la presse américaine encouragent à la plus grande prudence en ce qui concerne les projections.

Boeing se veut évidemment confiant. Il s’agit de rassurer les clients et les investisseurs, mais aussi le public. Le constructeur affirme avoir développé des mises à jour pour les logiciels et la formation des pilotes et déclare continuer de collaborer avec l’Administration fédérale de l’aviation américaine (FAA) et les autorités aéronautiques civiles du monde entier pour finaliser les dernières étapes nécessaires à la certification du 737 MAX et préparer son retour en service commercial. « Ces autorités de réglementation détermineront le calendrier et les conditions du retour en service dans leurs juridictions respectives. », précise Boeing qui ajoute avoir « organisé 20 conférences aux quatre coins du monde avec le concours de plus de 1.100 personnes représentant plus de 250 entreprises dans le but d’aider les exploitants et les services financiers à préparer la remise en service de l’avion. »

Par ailleurs, Boeing affirme communiquer chaque semaine par téléphone avec les responsables techniques de clients du monde entier « afin d’apporter une assistance de qualité maximale et de préparer en toute sécurité la remise en service de l’ensemble de la flotte dès que sera levée l’interdiction de vol. Cette démarche prévoit également l’élaboration d’une panoplie complète d’outils d’instruction et de formation. Le Groupe collabore également avec plus de 900 fournisseurs pour assurer la stabilité de la chaîne d’approvisionnement. » Certains fournisseurs ne cachent pas, en aparté, leurs craintes de ne pas pouvoir faire face financièrement encore longtemps à la chute de leur activité en relation avec le programme 737MAX.

Le groupe aéronautique américain a aussi entrepris une remise à plat de son organisation à la suite d’un audit interne de cinq mois. L’une des premières mesures significatives a été de séparer les fonctions de président du conseil (Chairman) et de Directeur Général (CEO) « afin de permettre à Dennis Muilenburg de Boeing de se consacrer pleinement à la gestion du Groupe ». Plus radical encore, le PDG de la division Boeing Aviation Commerciale (BCA), Kevin McAllister, a été débarqué, le 23 octobre 2019. Il est remplacé par Stan Deal, jusque-là PDG de la division Boeing Services Globaux (BGS).

Gil Roy

 

 

 

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.