Accueil » Des vents mauvais soufflent sur les aéroports français

Des vents mauvais soufflent sur les aéroports français
premium

"L'aviation bashing" est en marche. Les tentatives légitimes de justification de l'utilité du transport aérien des professionnels sont beaucoup moins audibles que les éclats de certains acteurs politiques. L'inquiétude est perceptible sur les aéroports français, malgré une actualité encore riche en juin 2019.

15.07.2019

Le débat public n'est pas à une contradiction près. Asséner des vérités qui n'en sont pas aboutit à des contradictions qui font néanmoins un travail de sape. Même si une proposition de loi d'interdire des lignes intérieures n'a aucune chance d'être votée, elle fait son chemin et conditionne insidieusement l'opinion publique. https://www.aerobuzz.fr/transport-aerien/faut-il-vraiment-interdire-les-vols-domestiques-en-france/Certes, les avions émettent des gaz à effet de serre et en particulier du CO2. Les camions et les cargos aussi. Alors que le transport aérien est le premier à...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

2 commentaires

  • Arthur Hanoun

    Absolument dommage qu’un article comme celui-ci qui a besoin d’être partagé contre la désinformation soit restreints aux abonnés premium…
    Cela est contradictoire avec la finalité même de ce papier…
    Je pense que le rendre public afin de partager en masse les arguments serait une belle initiative !

    • Gil Roy
      Gil Roy

      Nous sommes confrontés à ce dilemme plus souvent que vous ne l’imaginez, mais il faut aussi que nous financions notre travail, que nous couvrions les coûts en tout genre. Rapporté à la mise en ligne de quatre à cinq articles en moyenne chaque jour, un abonnement annuel de 58 € (en ce moment au lieu de 69€) ne nous semble pas disproportionné. Cela fait 16 centimes par jour (sachant que nous mettons en ligne tous les jours, dimanche et jours fériés compris).
      Nous avons besoin du soutien de chacun de nos lecteurs. Nous n’avons aucun autre financement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.