Accueil > Hélicoptère > Le déclin de l’activité d’Airbus Helicopters s’est poursuivi en (...)

6 commentaires Hélicoptère

Le déclin de l’activité d’Airbus Helicopters s’est poursuivi en 2015

En 2015, Airbus Helicopters enregistré 383 commandes. Pour la première fois depuis 2006, le total de ses livraisons d’hélicoptères civils, parapublics et militaires, est repassé en dessous de la barre des 400 unités. Le constructeur européen traverse une période délicate.

JPEG - 151.6 ko
Un nouveau partenariat a été signé en 2015 en vue d’assembler 100 hélicoptères biturbines H135 en Chine
© Charles Abarr / Airbus Helicopters

En 2015, Airbus Helicopters a livré 395 hélicoptères. Il faut remonter à 2006 pour trouver traces d’un niveau de livraisons aussi faible. Depuis 2008 et le record de 588 appareils livrés dans l’année, le volume n’a plus cessé de chuter. En 2015, l’hélicoptériste de Marignane a livré 26 appareils de moins qu’en 2014 et 102 de moins qu’en 2013. Côté commandes, les résultats ne sont pas plus encourageants.

En 2014, Airbus Helicopters avait vendu 402 unités, contre 422 un an plus tôt. Les ventes se sont encore rétractées en 2015 pour atteindre 383 appareils, auxquels il faut retrancher les amendements apportés aux contrats relatifs aux hélicoptères gouvernementaux NH90 et Tigre. Au final, le constructeur n’a pu compter que sur 333 commandes l’année dernière.

JPEG - 57.9 ko
En 2015, Airbus Helicopters a vendu 36 H175
© Anthony Pecchi / Airbus Helicopters

Si la demande est restée stable pour la gamme de bimoteurs légers H135 et H145, « avec des niveaux de commandes supérieurs aux objectifs que l’entreprise s’était fixés pour 2015 » souligne Airbus Helicopters, en revanche le segment des appareils plus lourds est directement impacté par la rétractation du marché « Oil & Gas » (desserte off shore des plates-formes pétrolières et gazières) liée au faible prix du baril.

JPEG - 92.6 ko
Les hélicoptères civils lourds sont directement impactés par les difficultés des opérateurs Oil&Gas liées à la chute du prix du baril
© Anthony Pecchi / Airbus Helicopters

Malgré les graves difficultés que connaissent les opérateurs des secteurs pétroliers et gaziers, Airbus Helicopters affiche sa satisfaction d’avoir pu placer 36 H175 en 2015, «  dépassant les objectifs de l’entreprise ». Le carnet de commandes brutes pour cet hélicoptère de 7 tonnes s’élève désormais à 101 unités. Exploité par NHV depuis décembre 2014, le H175 a cumulé quelque 2.000 heures de vol avec un haut niveau de disponibilité grâce au travail réalisé pour améliorer sa maturité à son entrée en service. Une première commande pour la variante service public a également été enregistrée en 2015 avec l’opérateur GFS basé à Hong-Kong.

JPEG - 53 ko
2016 verra le début de la commercialisation du H160 le successeur du Dauphin
© Anthony Pecchi / Airbus Helicopters
JPEG - 85.9 ko
A l’occasion du salon du Bourget 2015, Airbus Helicopters a lancé le programme X6, successeur du Super Puma.
© Airbus Helicopters

Airbus Helicopters mise sur ses futurs hélicoptères pour regagner des parts de marchés. Le programme H160 est entré dans la phase des essais en vol, en juin 2015. 2016 doit être l’année du lancement de la commercialisation de cette machine prometteuse. En 2015, le constructeur a également porté sur les fonds baptismaux le X6, successeur de l’emblématique Super Puma.

JPEG - 81.1 ko
Les résultats 2015 d’Airbus Helicopters sont plombés par les coupes sombres dans les budgets militaires.
© Anthony Pecchi / Airbus Helicopters

Sur le plan du développement de ses partenariats internationaux, en 2015, Airbus Helicopters a été choisi par Korean Aerospace Industries (KAI) comme partenaire stratégique pour développer la nouvelle génération d’hélicoptères légers civils et militaires LCH/LAH dérivée du H155. Une centaine d’hélicoptères biturbines H135 seront assemblés en Chine. L’hélicoptère lourd H215 va être produit en Roumanie. L’US Army a quant à elle commandé 53 UH-72 Lakota assemblés aux USA.

Sur la scène internationale, ces succès sont ternis par la remise en question des engagements pris, en avril 2015, par la Pologne pour la fourniture de 50 hélicoptères Caracal à ses forces armées. Airbus Helicopters a également perdu, l’été dernier au Japon, le contrat de remplacement des 150 hélicoptères de transports de troupe Huey (Bell). Au total, ces deux contrats représentaient environ 5 milliards d’euros. Comparé au chiffre d’affaires 2015 qui devrait se situer aux environs de 6,7 Md€, c’est beaucoup.

JPEG - 135.2 ko
En 2015, Airbus Helicopters a offert une solution de support global d’une durée de cinq ans pour les cinquante EC145 de la Gendarmerie nationale et de la Sécurité civile.
© Anthony Pecchi / Airbus Helicopters

2015 a aussi été la deuxième année de la mise en œuvre de son plan de transformation stratégique qui vise à améliorer la satisfaction clients et la modernisation de ses capacités industrielles. Airbus Helicopters soigne sa gamme et resserre les boulons pour être prêts au moment où le marché redécollera.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport (...)
Journaliste chez Aerobuzz.fr

6 Commentaires

  • G Lescalup

    C’est incroyable comme le seul modèle économique qu’on ait est celui du "toujours plus". Une évolution neutre ou en décroissance, aucun de nos brillants managers ne sait la prendre en compte. De même pour nos politiques !
    Livrer 395 hélicoptères, ce n’est quand même pas mal.
    Et dire que le secteur pétrolier traverse une grave crise est quand même hallucinant.
    Sachant que le coût d’extraction d’un baril de pétrole classique est de l’ordre de 10 dollars, le cours actuel de 30 laisse encore une marge fabuleuse. Mais l’expérience prouve que lorsqu’une société s’est habituée à de très fortes marges (le luxe en France est un autre exemple), la moindre baisse entraine la faillite. Finalement, les vraies sociétés performantes sont celles qui savent faire des objets de qualité produits en grande série à des prix très serrés.

    Signaler un abus
    • Stampe

      Bonjour,
      Je peux avoir le nom des sociétés qui correspondent au dernier descriptif ?
      A part Apple pour lequel on peut difficilement parler de prix serrés...

      Signaler un abus
    • frederic Lert

      bonjour Stampe,
      votre question me titille… je répondrais que la plupart des constructeurs automobiles généralistes sont peu ou prou dans ce schéma : construire des objets de qualité en grande série à des prix très serrés.

      Signaler un abus
    Répondre
  • Francesco 2

    Un petit retard à rénover la gamme ?

    Signaler un abus
    Répondre
  • JoJo73

    Je pense que Airbus Helicopters comme airbus en général à de la peine à innover, dans le sens de trouver d’autre marché prometteur. Elle se repose sur ses acquis sociaux et maximise ses gains pour les reverser aux actionnaire...

    Je donnerai l’exemple des hélicoptère Guimbal... pourquoi diable Airbus n’a il pas eu la capacité de le créer en interne un hélicoptère d’écolage biplace ? Alors qu’il avait la maitrise de tous les clients ? Un marché pas assez "gras" ?

    Signaler un abus
    • sauteret

      cela avait été envisagé, mais le coût de production était trop élevé ce qui ne permetait pas d’avoir un prix de vente compétitif !
      Coût salarial + coût charges eurocopter pas concurenciel !

      Signaler un abus
    Répondre

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Haut