Accueil » Premier vol de l’APM41 Simba 915iS

Premier vol de l’APM41 Simba 915iS

La nouvelle version du SImba, motorisée par un Rotax 915iS, baptisée APM41, a fait son premier vol le 7 juin © Issoire Aviation

Le Simba 915iS immatriculé F-WAOU a pris son envol le 7 juin. Deux vols ont été conduits dans la journée, qui ont permis de vérifier les performances du moteur monté en septembre dernier sur la cellule. Issoire Aviation espère faire de cette nouvelle version un quadriplace de voyage de référence.

Si les volcans sont éteints en Auvergne, l’aviation est quant à elle bien active. Issoire Aviation a annoncé avoir procédé au premier vol de test de la nouvelle version du Simba doté d’un tout nouveau moteur, le 915iS de Rotax.

Dans son communiqué, Issoire Aviation explique : « Un premier vol, d’une cinquantaine de minutes s’est déroulé de manière optimale, et a permis de vérifier pour la première fois le bon avionnage de ce nouveau moteur performant. Un deuxième vol plus long...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

4 commentaires

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • …….qui était malgré tout, un bon avion. C’est vrai que le Simba est beau,….et devrait donc bien voler… Souhaits de bonne réussite.
    G. ZAMORA

    Répondre
  • Bonjour,

    La remarque sur l’EASA est un peu étrange, quand on sait que l’équipe de certification était très largement composée d’ingénieurs et pilotes de la DGAC et du CEV 🙂

    Le même effort aurait donc été requis dans le cadre d’une certification nationale.

    Dans le cadre EASA, le certificat de type est reconnu et valide dans 28 pays, ce qui représente un avantage et des économies considérables pour le constructeur.

    Dominique Roland

    Répondre
    • Et nous ne regrettons pas un seul instant cette aventure et l’équipe avec laquelle nous avons travaillé, c’est une très riche aventure humaine, technique, et européenne.. la diversité des nations également a été une vraie richesse.

      Répondre
  • Tous mes vœux les plus sincèrement exprimés pour cet appareil qui grâce au nouveau Rotax 915 is turbo devrait redonner à l’aviation légère française sa réputation d’excellence.
    Le quadriplace d’Issoire est magnifique, bien né, bien dessiné….
    Le savoir faire de Rotax, allié à l’excellence auvergnate devrait satisfaire l’esperance de nombreux pilotes français et nous changer du sempiternel DR 400 …..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(29) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.