Accueil » Effondrement des livraisons d’hélicoptères en 2019

Effondrement des livraisons d’hélicoptères en 2019

C’est le plus bas niveau atteint au cours des sept dernières années. Tous les segments de marché sont en fort recul.

20.02.2020

640 hélicoptères à turbine et 179 à pistons ont été livrés en 2019. © Airbus

Bien que GAMA (General Aviation Manufacturer Association) publie les chiffres globaux de la filière avant que Leonardo Helicopters ne rende public les siens, 2019 apparaît comme l’une des pires années de l’histoire des constructeurs d’hélicoptères. En admettant que Leonardo ait livré un nombre équivalent d’hélicoptères en 2019 par rapport aux années précédents, le nombre total des livraisons 2019 devrait se situer aux environs de 1.000 unités soit 20% de moins qu’en 2018.

Livraisons d’hélicoptères neufs en 2019

20182019Evolution
Helico à pistons281179-36,3%
Helico à turbine *698640-8,3%
Nombre total *976819-16,3%
Valeur des livraisons *3,7 Md$3,269 Md$-11,9%
* Hors résultats de Leonardo Helicopters. Source : Gama

 

Sur le marché des hélicoptères à turbine, Airbus Helicopters a livré 300 machines (dont 159 de la famille H130), auxquelles viennent s’ajouter 32 NH90. C’est le niveau le plus bas de la décennie pour la branche hélicoptère du groupe Airbus. Il a enregistré 369 commandes. Airbus revendique 54% de part de marché civil et parapublic devant Leonardo (23%), Bell (12%), Russian Helicopters (8%) et Sikorsky (1%). Pour sa part Bell a livré 242 machines dont 101 Bell 505, son modèle d’entrée de gamme.

Côté hélicoptères à pistons, trois constructeurs se partagent le marché. Le numéro un demeure Robinson avec 142 livraisons en 2019 (auxquelles il faut ajouter 54 monoturbine R66). Hélicoptères Guimbal est deuxième avec 26 Cabri G2 (1 de plus qu’en 2018) et Enstrom troisième avec 16 machines (22 en 2018).

Robinson et Guimbal rivalisent d’innovations pour redresser leurs ventes

Retrouvez nous en podcast et vidéo

9 commentaires

  • Policarpo

    Les voilures tournantes sont très coûteuses mais il y a des marques emergenntes sans doute genre le concept suisse « Marenko » qui va sans doute révolutionner le marché des monoturbines avec un tarif et des qualités techniques incontestables reprenant en partie les qualites de anciens « lama SA 315B » avec toute la modernisation en plus ,je pense que Airbus Hélicoptères a rater un peu le coche a ce niveau là ,dommage

  • JmB

    Pour tout ce qui est autre que transport de charges (matériels ou humains), il semble évident que les drones vont prendre une part de marché conséquente à l’hélicoptère….

    • Jean-Mi

      Évident oui, mais donc dans des domaines ou l’hélico n’était pas adapté ou au minimum loin d’être optimum…
      Citez-moi les parts de marché ou le drone remplace massivement l’hélico ?
      J’ai bien dit remplace…
      A coté de cela, je vois l’émergence de nombreux nouveaux domaines d’activités typiques des drones, et qui n’étaient pas occupé par l’hélico avant.
      Par exemple tout ce qui est tournage de films (TV et cinéma) qui étaient avant fait via des voitures et des bras portant caméra. Je pense à ces tournages en intérieurs (cathédrales par exemple), ou à ces tournages en pleine ville (genre « échappée belles ») sans y enlever la population. Un ami a fait de la poursuite de voitures sur circuit via un drone pour avoir des angles de vues d’enfer. Pour une pub…
      Rappelez-vous le générique de Fort Boyard historique, ou un hélico modèle réduit arrivait de la mer et entrait dans le fort par la grande porte…
      Nouveau domaine également de tournage à faible distance de foules en zones encombrées : stade, concerts, festivals. Ou des tournages en conditions très dégradées et sans devoir interrompre toutes opérations en cours. Je pense à ces images terribles de l’incendie de Notre-Dame de Paris prise par drone de nuit, ou il était hors de question d’interrompre les pompiers en encore de venir mettre un hélico avec pilote dans les fumées en soufflant une voûte déjà en train de s’effondrer et en attisant des flammes… Je pense aussi à ces drones policiers qui observent de près les manifestations.
      Je pense aussi à ces livraisons en projet par drone, genre Amazon, qui est un nouveau domaine et non un remplacement de l’hélico.
      Alors je maintiens… Des nouveaux marchés ont été pris et créés par les drones, mais ils ne piquent pas tant que ça de parts de marché aux hélicos. et celle qu’ils piquent, les hélicos ne sont pas forcément mécontent de leur donner…

      • Raoul Volfoni

        L’analyse de Jean-Mi est parfaitement exacte, aucun drone ne peut évacuer un blessé d’un accident de la route ou d’une piste de ski vers l’hôpital le plus proche, déposer un climatiseur d’une tonne sur un toit, surveiller 500 km linéaire d’une autoroute un jour de départ en vacances, suivre une voiture du Dakar entre deux étapes, filmer une course à la voile en embarquant en plus d’un cameramen, un photographe et un ou deux invités privilégiés du sponsor qui fait que cette course existe, ravitailler un refuge de montagne en montant en quelques minutes de la vallée plusieurs centaines de kilos de vivres.
        Les raisons de la baisse des ventes d’hélicoptères sont multiples, une possible saturation du marché dans certains cas (les 800 appareils que vendaient Robinson dans les bonnes années sont toujours sur le marché, en occasion, même en intégrant le prix d’une RG ils font toujours le même travail qu’un neuf mais en moins cher, ça ne pousse pas à l’achat d’un neuf… Et puis, il ne faut pas perdre de vue le poids toujours plus lourd de la règlementation dans certains pays qui chaque année amène des opérateurs à jeter l’éponge ou à répercuter des coûts qui à un moment éloignent certains clients….

      • NicoM

        « Citez-moi les parts de marché ou le drone remplace massivement l’hélico ? »
        Bien sûr que les drones n’ont remplacé l’hélico sur aucun marché, mais n’oublions pas que les drones sont arrivés depuis seulement très peu de temps, et font déjà énormément d’ombre aux hélicos. Qu’en sera-t-il dans 10, 20 ans ?

      • Jean-Mi

        @NicoM: OK, mais vous ne répondez pas : dans quels domaines les « drones » font-ils « énormément » d’ombre aux hélicos classiques ? J’attends des exemples…
        Les drones sont là depuis suffisamment de temps et de manière suffisamment mondiale pour que nombres de réglementations liberticides pour les autres utilisateurs aient eu le temps de naître et d’être mises en applications ! Mais à part la com’ et les réglementations, je ne vois pas vraiment d’activités « hélicopticides » décoller largement pour les drones…

  • Jean François SICARD

    Les drones, tellement plus souples disponibles et écologiques, ne sont ils pas en train de fortement attaquer le marché des hélicoptères? Quelle est votre analyse?

    • Jean-Mi

      Disponibles et écologiques… Que voilà un discours très « green washing » !
      Je suppose que l’on parle ici de drone à décollage vertical type « multirotors » que l’on compare à l’hélico.
      Disponibles ?
      Oui, pour tout ce qui est petits drone de prise de vues (tournages TV et cinéma, inspections de lignes EDF et batiments) mais avec une faible autonomie qui impose un rayon d’action très court et la mise à dispositions de nombreux accus rechargeables chargés pour faire la mission en temps réduit. Dès que l’on monte en charge utile nécessaire, ça devient chaud ! Ou alors on parle de mini-hélico genre Yamaha (https://www.aerobuzz.fr/breves-aviation-generale/lonera-receptionne-deux-drones-helicopteres-yamaha/) et là c’est du bon vieux thermique qui fume… Voire même on passe aux projets genre Gimbal : https://www.aerobuzz.fr/breves-defense/le-demonstrateur-vsr700-dairbus-helicopters-effectue-un-vol-autonome/
      Ecologiques ?
      Voir ma remarque au dessus : électrique oui, mais il faut produire cette électricité et l’amener au drone via les accus. Lesquels accus sont polluant à produire et à recycler, et en plus ils utilisent des métaux rares (Lithium) qui vont devenir précieux quand il en faudra énormément.

      Pour moi l’hélico « classique » a encore de beaux jours devant lui. Il va pouvoir se recentrer sur son usage principal, et donc éviter ces utilisations du type « marteau pour écraser une fourmi » pour lesquelles un drone multirotor est le bon outil.

    • Jean-Mi

      J’avais oublié le terme « souple »…
      Souple ? C’est peut-être oublié qu’il faut amener le drone en question à pied d’oeuvre, donc en camionnette avec sa station de contrôle, le matériel annexe, le bonhomme qui mettent en oeuvre, etc… Au moins l’hélico avec pilote se met en place tout seul et sans infrastructures la plupart du temps puisqu’il utilisera l’aérodrome le plus proche. Déclencher une opération « drone » rapidement prend en fait quelques heures pour être à pied d’oeuvre, là ou un hélico EDF partant de Bretagne pourra allez aider ses collègues de Correze en ne comptant que le temps de sa navigation VFR ou IFR…
      La souplesse des drones est réelle et bénéfique en ville et espaces encombrés/pollués pour s’intégrer dans l’environnement en sécurité sans perturber tout le monde autour. Ainsi un ami a fait une inspection d’un pont sur la seine (piles et tablier) par le dessous avec un hélico drone thermique genre Yamaha. Il pilotait depuis une barge sur la seine qui servait de DZ, et sur le pont circulaient sans être perturbés les centaines et milliers d’usagers du périphérique…
      La même opération est impossible en hélico « avec pilote » sans fermer le périph’ et faire la même opération d’inspection à la main en posant des échafaudages sur une barge prendra des semaines… Ici, vive le drone… Mais la préparation de l’opération avait été coquette !
      Mais finalement, je ne vois pas tant de domaines que cela ou le drone à remplacé définitivement et effectivement l’hélico. Il s’en est créé de nouveau… Pour les autres domaines, en fait l’hélico n’était pas vraiment adapté s’il a été remplacé (imageries agricoles ou archéologiques par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.