Accueil » L’aéroport Lyon-Saint Exupéry en pointe sur l’hydrogène

L’aéroport Lyon-Saint Exupéry en pointe sur l’hydrogène

Lyon-Saint Exupéry devient l'aéroport pilote au sein de la filière hydrogène française en gestation. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Airbus, Air Liquide et Vinci Airports annoncent un partenariat destiné à développer l’usage de l’hydrogène dans les aéroports et constituer le réseau aéroportuaire européen nécessaire à l’accueil du futur avion à hydrogène. L’aéroport pilote de Lyon-Saint Exupéry sera doté des premières installations dès 2023.

Dans le réseau Vinci Airports, l’aéroport Lyon-Saint Exupéry est considéré comme le centre d’excellence pour l’innovation. Il a donc, logiquement, été choisi comme aéroport pilote par Airbus, Air Liquide et Vinci Airports qui annoncent « un partenariat pour développer l’usage de l’hydrogène et accélérer la décarbonation du secteur aérien. » La mise en œuvre de ce projet comprend plusieurs étapes.

A partir de 2023, une station de distribution d’hydrogène gazeux sera déployée sur l’aéroport Lyon-Saint Exupéry. Cette station permettra d’alimenter à la fois...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par EBERHARD Bertrand

    Un projet similaire a été lancé par d’autres partenaires il y a maintenant plus d’un an sur l’aéroport de Toulouse…..

    Répondre
  • Le fameux hydrogene, apres la frenesie des avions electriques, voila un autre os a ronger. Cela fait 60 ans que ce carburant miracle est utilise dans le domaine spatial, mais cela reste une niche. A ce jour il n’existe aucun procede d’extraction du H2 qui soit neutre en carbone. A moins de construire des centrales nucleaires pour envisager l’electrolyse. Mais a l’heure ou certains dingos veulent le retour des voyages en caleche, ce n’est pas gagne.

    Répondre
    • La question n’est pas tant que l’hydrogène est vert ou pas, puisqu’il est clair qu’il ne sera durable que vert. On le produit « pas vert » pour la bonne raison que c’est moins cher de cette façon, en attendant que ce soit interdit.
      Et je mets le doigt ou ça fait mal : le coût de production de l’hydrogène « vert » est d’environ 4/5€ le kilo, ce qui est l’équivalent énergétique de 3 kilos de kero. Or un kilo de bio kérosène , ou biofuel de n’importe quelle sorte est entre 0,5€ et 1€ le kilo (tous les prix cités étant hors taxes). Donc à votre avis qu’est-ce qui va se passer, sachant que le rendement d’une pile à combustible est à peine légèrement supérieur à celui d’une turbine ?…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(3) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.