Accueil » Air France n’a en pas fini avec ses démons

Air France n’a en pas fini avec ses démons

Alors que le nom de celui qui pourrait être proposé comme futur PDG d’Air France-KLM a opportunément fuité dans la presse, remettant ainsi en question le choix du comité de nomination avant même qu’il n’ait été exprimé, chacun pousse son candidat idéal. La compagnie est loin d’être tirée d’affaires.

26.06.2018

KLM commence à trouver le temps long… © Air France - KLM

Philippe Capron, l’actuel directeur financier de Veolia Environnement, a failli devenir le futur PDG d’Air France-KLM. A un professionnel du transport aérien, le comité a préféré un négociateur social. Un choix loin de faire l’unanimité à en juger par les réactions suite à sa révélation par la Tribune. Les chances de Capron semblent désormais sérieusement compromises.

Air France n’est pas une affaire franco-française

La fuite relance les spéculations sur le candidat idéal. Elle arrive opportunément pour rappeler à la France de se souvenir qu’Air France n’est pas qu’une affaire franco-française. La compagnie hollandaise, composante importante du groupe aéronautique, a son mot à dire, comme l’américaine Delta Air Lines qui est entrée dans le capital du groupe, à hauteur de 10%, en 2017. Le salut d’Air France passe peut-être par ses partenaires étrangers.

Il est urgent aussi que l’Etat français comprenne qu’il n’a ni les compétences, ni les moyens de décider de la stratégie d’une compagnie aérienne. Au plus fort de la grève, le gouvernement a déclaré qu’Air France était une entreprise comme une autre, sous-entendu qu’elle pourrait disparaître si elle n’était pas viable. Il est temps de mettre les actes en cohérence avec les propos, et de laisser les professionnels prendre les commandes.

Air France a besoin d’un chef

Dans le cadre du Paris Air Forum (21 juin 2018), devant une salle comble, la casquette aux couleurs de sa compagnie vissée sur la tête, Laurent Magnin, PDG d’XL Airways a déclaré que « si demain Air France disparaît, il faudra trois mois pour la remplacer ». Marc Rochet, ancien président d’Air Caraïbes et actuel PDG de la low cost long courrier française French Bee, qui lui donnait la répartie s’est voulu plus nuancé, en affirmant pour sa part qu’ « il faut raconter au personnel d’Air France une Histoire ».

Le personnel d’Air France est épuisé par l’omniprésence de l’Etat et le jusqu’auboutisme du président du SNPL. Il n’y a pas de candidat(e) providentiel(le), mais parmi les noms régulièrement avancés par la presse, un petit nombre possède une bonne connaissance du secteur et a fait ses preuves. Parmi les noms cités, certains sont en mesure de redonner un cap et de s’y tenir. Il faudra sans doute en passer par des sacrifices et donc s’attendre à traverser une période agitée d’autant que le ciel du transport aérien est en train de s’assombrir avec la remontée du prix du carburant et la guerre économique qu’a déclarée les président des Etats-Unis au reste du monde.

Air France a besoin d’un vrai commandant de bord pour écrire une nouvelle page de son histoire.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

9 commentaires

  • MOUCO

    Comme on a pu le voir auparavant jusqu’a maintenant les personnes mises en poste n’étaient là que pour la place, je ne comprends toujours pas pourquoi j’arrive à mener a bien les tâches que l’on me confie chaque jour et ces gens là n’arrivent pas a faire de même!!!
    Chacun son métier alors mettez nous une personne compétente qui s’intéresse à sa compagnie ,AF a pourtant un énorme potentiel avec différentes populations inégalables, mais un leader est-il si difficile à trouver???

  • louison

    changer le mode de nomination
    car il semble que les interesse qui nome demande une contre partie apres
    le pdg doit etre de l(interieur de l’entreprise
    il y a bien un ou pilote capable de diriger cette entreprise
    voir m pesquet par exemple

  • Papy Boyington

    Bien sûr qu’il existe des hommes compétents en la matière et qui ont su faire réussir et prospérer une entreprise de transport aérien, mais ils ne viennent pas des hautes sphères politiques ou de leurs amis…Mais qu’on se rassure, tout comme ses piètres prédécesseurs , et peu importe leur inefficacité ou absence de resultats, comme eux, l’heureux propulsé aura quand même droit à l’issu de son règne aux billets gratuits à vie en première classe en plus du golden parachute.

  • Cochennec

    En y regardant avec un peu recul, cela semble pourtant simple, comme une évidence…
    Il y a en France des anciens patrons de compagnies aériennes qui possèdent réellement les capacités de diriger AF. Tant au niveau technique qu’au niveau humain. Inutile de vouloir chercher dans certaines sphères politiques ou financières inadéquates. C’est extraordinaire ce principe de déstabilisation qui perdure dans cette belle entreprise pour des raisons de guère de pouvoir et d’intérêts personnels. Revenons aux fondamentaux, à l’esprit pionner qui passionnent tous ces personnels. AF doit analyser ses erreurs stratégiques et doit écouter effectivement tous les corps de métiers qui font rayonner son image. AF doit renforcer ses alliances et éviter de vouloir à tout prix créer des petites compagnies satellites qui ne sont que des bouées provisoires. En conclusion il faut sauvegarder le vaisseau Amiral avant qu’il ne soit trop tard en formant un nouveau comité de direction solidaire et visionnaire…

  • Marguerite

    Il s’agit, à cette heure décisive, de faire le bon choix. AF a besoin, pour continuer à jouer dans la cour des majors, d’un patron qui connaisse bien, non seulement AF mais la gestion et l’organisation d’un transporteur aérien de rang mondial. Ce n’était pas sur le CV de Capron.

  • popeck

    On veux changer le PDG, mais le COMEX est toujours le même depuis des années et a largement démontré son incompétence…
    Quand à l’état, AF a toujours (et l’est encore)été l’endroit idéal pour placer « des amis » en mal de poste..

  • BIB57

    Il parait, en cette période de coupe du monde de football, qu’il y a en France 60 millions de sélectionneurs (comme quoi la vocation commence tôt…). Il ne faudrait pas qu’il y ait autant de recruteurs de PDG d’AF! Je ne me risquerai donc pas à ce petit jeu.
    En revanche il y a des limites à la « destruction créatrice » schumpeterienne promue par M. MAGNIN. Compte tenu de son histoire, de son réseau et de sa longue implantation dans les territoires, il y aurait, en cas de disparition de la compagnie, de nombreuses victimes, qu’ils soient salariés (mais je suppose que c’est le cadet des soucis du patron précité), clients, partenaires divers et variés.

  • Ferdinand

    La remise de gaz de Capron est une bonne décision car il n’a ni le profil ni les compétences pour le poste. En revanche il y a des candidats beaucoup mieux armés et entourés pour refaire prendre de l’altitude à Air France.

    • Jean-Mi

      Qui a parlé de compétences nécessaires ?
      Cette proposition suit la mode actuelle qui consiste à mettre uniquement de purs financiers à la tête de toute entreprise, quelle qu’elle soit.
      Le fait d’avoir une compétence technique ou autre dans le domaine d’activité de la boite est annexe, comme le fait que la satisfaction du client est également annexe. Il faut d’abord faire plaisir à l’actionnaire, puis aux syndicats.
      Marcel Dassault, Louis Breguet, Louis Blériot, et bien d’autres, doivent se retourner dans leurs tombes…
      Les dirigeants que l’on nomme un peu partout de nos jours n’ont pas pour mission de sortir de leurs entreprises des produits performants qui répondent aux besoins des clients, mais ils ont pour mission de produire des… bénéfices.
      Il ne faut donc pas s’étonner de ne trouver que des financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.