Accueil » [Rétro 2020] Le glas sonne pour les quadriréacteurs

[Rétro 2020] Le glas sonne pour les quadriréacteurs
premium

L’arrêt en 2020, presque simultanément, des deux derniers grands programmes de Super Jumbo civils, l'A380 d'Airbus et le 747 de Boeing, officialise le début de la fin de l’ère des quadriréacteurs. Le Covid-19 a incité les compagnies aériennes à anticiper également le retrait de leurs flottes, des B747, A380 et A340. Un chapitre de l’histoire de l’aviation se clôt.

21.12.2020

© British Airways

2020, le commencement de la fin des quadriréacteurs en 10 dates

L’une des images fortes de 2020 restera la sortie du dernier A380 de la ligne d’assemblage final (FAL) Lagardère à Toulouse, sous les yeux des équipes. Ce 23 septembre 2020, Guillaume Faury le PDG d’Airbus, était là… Son prédécesseur, Tom Enders, avait programmé l’arrêt, faute de commandes suffisantes. L'arrêt de la production est intervenu plus tôt que prévu alors. Le gros porteur long-courrier n’aura au final été construit « que » à 251 exemplaires. L’A380 est, et restera, un avion...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Jérôme Bonnard

chez Aerobuzz.fr
Journaliste polyvalent, à la fois rédacteur et vidéaste, Jérôme a couvert tous types d'actualités en France comme à l'étranger et a été co-finaliste du Prix Albert Londres en 2012 pour sa couverture du conflit Libyen. Il est surtout passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge et pilote sur ULM 3 axes. Il écrit pour Aerobuzz.fr depuis 2018 et consacre la plus grande partie de ses activités au monde aéronautique en réalisant aussi des films.

19 commentaires

  • Jean-Michel LAMBERT

    En réponse à ce qui a été écrit plus haut, je voudrais rappeler, pour ceux qui ont connus, qu’ ont à mis à la poubelle des avions magnifiques comme les Constellation Super Star et autres DC 7C, dans les années 60, des avions qui avaient des autonomies équivalentes aux Airbus 350 ou B 787.
    J’ai souvenir qu’ FDF, les 747 était obligés d’accepter de décoller avec du vent arrière, réglementairement limité, en cas de décollage face au NE, alors qu’ il n’y avait pas de problème en DC 10 ( trimoteur). (Je volais alors sur ce merveilleux avion)
    Il est vrai que sur un quadriréacteur perdre un moteur est beaucoup moins pėnalisant, il suffit de reprogrammer un vol 3M dont la Cd (condamnation/distance) est à peine augmentée.
    Je ne connais pas le problème mais quid du décollage en bimoteur à Saint Martin face à la montagne en pleine charge ou encore de Quito ( où il faut une qualification spéciale)
    De toute façon, il est parfaitement désolant de voir des avions quasi neufs, et qui auraient pu voler pendant encore de nombreuses années, partir à la casse.

  • lavidurev

    …ceci jusqu a ce que des moteurs a reaction moins polluant soient fabriques.

  • François Bertrand

    Moi je me pose une autre question. Une question banale et certainement idiote aux yeux de certains, une question de bon sens paysan comme l’on aime souvent dire dans nos avions : Quel rapport entre le Covid 19 et les quadri-moteurs ? Franchement à part ne pas avoir fermé les liaisons aériennes à temps entre la Chine et l’Europe, pourquoi vouloir mettre à la casse des machines qui donnent satisfaction ( et dont nous rêvons tous…j’ai 21 000 heures de bi-réacteurs ) . Pourquoi associer un virus à nos chers avions comme s’ils étaient ( nos avions ) responsables des carence étatiques liées à nos irresponsables gouvernants ? Moi, j’ai l’impression que l’on deplace les problèmes .

    • Jean Baptiste Berger

      Question loin d’être idiote…
      Vous avez raison, aucun rapport avec le covid.
      Sans doute les opérateurs de quadrimoteurs, devenus plus chers à exploiter que les bimoteurs plus récents, consommant moins, et moins onéreux à entretenir, ont-ils juste profité de cette crise pour, tant qu’à « réduire la voilure » se séparer des premiers…

      • stanloc

        ………..une gestion de l’Economie dans les pays riches qui me laisse pantois. Les pays pauvres vont ils rester impassibles ?
        « On dit que quelque chose est gratuit lorsqu’on ne sait pas qui c’est qui paye »
        Tous ces A380 à l’état neuf qui vont aller à la ferraille représentent des quantités d’argent énormes : qui va payer les pots cassés ? Ceux qui sont propriété des compagnies et ceux qui appartiennent aux loueurs ? des fonds de pension ? les pensionnés vont bénir leurs gestionnaires !!!

      • Jean Baptiste Berger

        @Stanloc
        L’A380 (c’est bien de lui qu’on parle, n’est-ce pas ?)est une remarquable réalisation technique mais un boulet pour les compagnies qui ont été un peu « obligėes » de l’acheter (hors compagnies du golfe, mais leur modèle économique, sans frais se pétrole, subventionnées et avec une partie du personnel esclave n’est pas comparable au nôtre).
        Ça a permis de « payer » un paquet de salariés du bassin Toulousain pendant quelques années, et personne ne regrette cela.
        Aujourd’hui ces énormes avions sont, avec cette récession, inexploitables sans perdre ėnormėment d’argent, et nos compagnies occidentales n’en ont plus, justement !
        Cela dit, je suis d’accord avec vous, ça fait mal au coeur de mettre à la poubelle des avions neufs, et encore plus pour ceux qui ont travaillé dessus…

      • stanloc

        @JBB
        Non vous déviez de mon propos. Moi je vous parle des « gens » qui ont acheté ces avions et qui ne vont pas avoir le retour sur leur mise de fonds. En plus vous prenez le mauvais exemple avec les compagnies à qui le carburant ne coûte pas cher donc je ne vois pas pourquoi pour cette seule raison (économie de carburant) mettraient elles tous leurs A380 à la ferraille. Avant de faire des économies d’exploitation elles vont perdre énormément d’argent. En fin de compte Qui va payer ? les « petits » comme d’habitude.
        D’ailleurs on lit des affirmations sur les coûts mais sans voir les chiffres. C’est comme avec les voitures hybrides je suis à peu près sur que l’économie de carburant par rapport à une voiture à moteur uniquement thermique est du même ordre que celle que l’on constate entre des conducteurs à conduites différentes. Les consommateurs sont les dindons de la farce tout comme avec le Loyer Longue Durée.

  • Jean Baptiste Berger

    Pour avoir volé sur mono, bi, tri et quadrimoteurs, je me suis forgé les idées suivantes :
    -Pour des raisons irrationnelles, on se sent forcément plus en sécurité sur un avion qui dispose de plus de moteurs.
    -Un facteur rationnel renforce ce sentiment, la redondance des systèmes avec le nombre de moteurs (pompes hydrauliques, alternateurs, prélèvements pneumatiques) qui entraine un meilleur confort en cas de panne.
    -Pourtant, pour des raisons de certifications, un A340 ou un 747 avec injection d’eau est en situation bien plus critique s’il perd un moteur au décollage d’un aérodrome « mal pavé » (Lima) qu’un B777 ou même un vieux DC9 .
    -La fiabilité des moteurs modernes (qui justifie l’ETOP’s) est telle que le risque que l’un d’entre eux lâche est énormément minimisé.
    -Comme c’était prévisible, les constructeurs (et les exploitants) ont abusé de cette facilité (l’ETOP’s) pour « tirer » excessivement sur la corde, réduisant du même coup l’avantage de cette fiabilité ; on est rendu à des temps de vol acceptés de six heures sur le moteur restant…en poussant ce dernier au régime maxi continu, pas le meilleur moyen de s’assurer qu’il veuille bien accepter de bosser sans rechigner….(les cdb, conscients de cette aberration, savent très bien comment réagir en cas de panne effective, quitte à augmenter le temps de vol le jour où….mais c’est un risque qu’ils prennent….(planeur vs. tribunal )qu’on pourrait hypocritement leur reprocher.
    -La panne « explosive » d’un moteur n’est jamais envisagée en certification (à part quelques rares renforts au front des hélices sur le fuselage). Pour les réacteurs, toute panne est supposée être contenue ; on a vu que dans certains cas c’était pourtant critique (747 d’elal à Amsterdam, A380 de la Quantas à Singapour, plus récemment l’A380 d’Air France qui est pris en exemple dans l’article).
    Et là, deux trois ou quatre moteurs…kif kif bourricot, chance ou pas chance dans les dégats et dans la maitrise de l’équipage.
    -Pour finir une remarque amusante sur les avis que j’ai pu recueillir en vol : Les plus fervents défenseurs des quadrimoteurs étaient souvent d’anciens marins qui avaient, des années durant, volé avec un seul moteur sur l’eau pendant des heures et en lui faisant avaler des embruns en plus !
    Stormy, votre avis ? 😁

  • Antoine

    Commentaires intéressants mais incomplets…
    Certes, moins de chance d’avoir une panne moteur sur un bi que sur un quadri, la règle statistique est implacable. Par l’absurde, on conviendra que le moyen le plus sûr est le planeur !
    En revanche N-1 sur un bi est une urgence. Donc déroutement. Sur un tri ou quadri c’est une panne et l’on PEUT continuer. « Peut » en capitales car c’est une décision du ressort du captain.
    Côté perfos, c’est loin d’être aussi simple entre bi et quadri. On dira qu’un bi a des moteurs plus puissants que le même modèle en quadri (ex: A330 / A340) pour satisfaire les pentes N-1 communes à tous les multimoteurs. Le N-2 n’est envisagé que pour s’éloigner d’un aérodrome accessible à plus de 60 mn etc, etc… Règle ETOPS à suivre. Sachez que les autorisations vont jusqu’à 370 mn, les 420 mn sont proches, soit … 7 heures de vol en configuration monomoteur !
    Quant à la poussée dissymétrique ou l’ « unbalance » des masses, cela n’est pas une configuration normale mais se gère sans souci majeur notamment en croisière.

    • stanloc

      « moins de chance d’avoir une panne moteur sur un bi que sur un quadri »
      Parce que pour vous c’est avoir de la chance que de tomber en panne ?
      Ne pas utiliser les statistiques n’importe comment : le calcul des probabilités s’établit sur un très grand nombre de cas et du coup on peut perdre un moteur puis deux moteurs sur un bimoteur voire les deux en même temps comme pour le A320 sur l’Hudson tout comme les 4 d’un coup comme pour un B747 dans un nuage volcanique près des philippines, je crois. Lorsqu’on parle de la probabilité pour qu’un événement se produise on ne donne pas pour autant l’occurrence

    • Philippe

      Mouai. Faudrait aussi la cause principale des pannes des bimoteurs car une panne d un moteur a cause contamination fuel ca donne pas une bonne proba pour le 2eme moteur. Et 180 ou 240 min n-1 ca fait long à la nage.

  • Edrobal

    Il faudrait mettre cela en parallèle avec le rapport du BEA sur l’accident du A380 F-HPJE. Que serait-il arrivé sur un biréacteur ? Perte de la moitié de la poussée avec une traînée dissymétrique non prévue dans les scénarios. La lecture attentive du rapport fait craindre le pire. Est-ce que, une fois encore, l’économie est privilégiée sur la sécurité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.