Accueil » Aviation Générale » Baumgartner, premier à franchir le mur du son en chute libre

Baumgartner, premier à franchir le mur du son en chute libre

Le dimanche 14 octobre 2012, vers 20h00, Felix Baumgartner a franchi le mur du son en chute libre. Au cours de ce saut, le Red Bull Stratos engrange trois records du monde.

arton2984

arton2984

Felix Baumgartner, le premier homme supersonique…Felix Baumgartner peut enfin sortir de sa réserve naturelle pour savourer sa réussite

Felix Baumgartner a réussi. Dimanche 14 octobre 2012, sur le coup des 20h00 (heure française), il a plongé dans le vide, d’une altitude de 39.045 m (128.100 pieds) d’altitude. Il est devenu le premier homme a franchir le mur du son. Lors de son saut, l’autrichien a battu les records du monde de la chute libre la plus rapide (1.342,80 km/h), du saut le plus haut, l’ascension en ballon habité la plus élevée. En revanche, le colonel Joe Kittinger conserve le record de la chute libre la plus longue, établi en 1960, lors d’un saut depuis l’altitude de 31 333 mètres (102 800 pieds). Baumgartner a ouvert son parachute après 4 mn et 20 s de chute libre, plus d’une minute avant l’objectif initialement fixé à 5 mn et 30 s environ.
RED_BULL_STRATOS_salle_controle.jpgDerrière l'exploit de Baumgartner, il y a une organisation professionnelle

Red Bull Stratos a offert à des millions de téléspectateurs à travers la planète la possibilité de vivre en direct le saut de Baumgartner. Il y a d’abord eu le décollage du ballon gonflé à l’hélium (850.000 m3), dans le désert du Nouveau Mexique. Puis l’ascension, vécue de l’intérieur de la cabine, véritable vaisseau spatial. Au cours de cette montée, Felix Baumgartner a été confronté à un problème d’alimentation au niveau de sa visière. Il a ensuite entamé la séquence d’ouverture de la porte. Comme l’a souligné le spationaute français Jean-François Clervoy, il n’a pas eu le droit à l’erreur. Contrairement au équipages spatiaux, il était seul dans sa capsule, sans coéquipier pour contrôler ses actions.
Une préparation méticuleuse, digne d'une mission spatiale
L’ouverture de la porte de la capsule a été un moment magique. Elle a dévoilé la rotondité de la Terre (accusée par le grand angle de la caméra vidéo) et la noirceur du ciel. S’il n’avait pas atteint les limites de l’espace, le chuteur autrichien s’en était approché comme jamais aucun autre être humain avant lui. Puis, il est sorti avec difficulté de l’habitacle. Il s’est redressé à l’extérieur et après quelques secondes de suspense, il s’est laissé tomber dans le vide à plus de 39.000 m d’altitude.
Baumgartner vient de s'extirper de sa capsule. Il est prêt à sauter…Le saut dans le vide à plus de 39.000 m d'altitude
Après quelques secondes de chute libre il a commencé à tourner sur lui-même comme il l’attendait. « J’ai pensé que c’était normal puisque que cela m’était déjà arrivé auparavant. Mais soudainement les choses se sont accélérées et par moment les rotations étaient vraiment violentes. J’ai vraiment cru pendant quelques secondes que j’allais perdre conscience », explique Baumgartner. Il a passé le mur sans véritablement sans rendre compte. « Je n’ai pas senti le fameux « boom » du passage du mur du son car j’étais uniquement focalisé sur le fait de me stabiliser ».

Baumgartner, le premier homme à revenir de l'espace… à pied !
« Ce saut fut vraiment plus difficile que je ne le pensais », reconnaît Felix Baumgarnter qui aura mis cinq années à le préparer. Le professionnalisme qui caractérise son projet rappelle évidemment celui de Solar Impulse. Baumgartner comme Piccard, a réuni autour de lui des compétences de très haut niveau. Et même si l’exploit de l’autrichien peut apparaître comme celui d’un passionné qui relève un défi personnel qu’il s’est fixé, il apporte un commencement de réponse aux ingénieurs qui travaillent sur les avions de transport du futur. Comme le souligne Jean-François Clervoy, avant d’embarquer des passagers à bord d’avions suborbitaux, il faudra que des pilotes d’essais valident la technologie, à plusieurs dizaines de kilomètres de la Terre. Ils devront pouvoir évacuer un aéronef en difficulté. Baumgartner vient de démontrer qu’ils pourront le faire en sécurité… moyennant un entraînement adapté.

Il y a des dimanches soir plus enthousiasmants que d’autres !

Gil Roy

Une première tentative a été avortée le 8 octobre 2012 alors que le ballon était déjà gonflé

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

22 commentaires

Laisser un commentaire