Accueil » Transport Aérien » Mise en service du nouveau terminal low cost à Lyon-Saint Exupéry

Mise en service du nouveau terminal low cost à Lyon-Saint Exupéry

Aéroports de Lyon a mis en service son nouveau terminal à services simplifiés, le 15 novembre 2011. Cet équipement implanté sur le parking avion double la capacité low cost de l’aéroport Lyon-Saint Exupéry et préfigure le nouveau visage de la plate-forme lyonnaise à l’horizon 2016.

arton2285

arton2285

Le 15 novembre 2011, le nouveau Terminal 3 a accueilli les premiers passagers d’easyJet, qui avec Transavia et Air Arabia, constituent les premières utilisatrices de cet équipement moderne, en attendant au printemps 2012 Vueling. Il aura fallu seulement 14 mois pour implanter le nouveau satellite d’embarquement de 5.000 m2 utiles sur le parking avion et réaliser les 400 mètres linéaires de galeries de liaison, dont une partie est enterrée. La direction d’Aéroports de Lyon reconnaît qu’elle a tiré les enseignement de la Jetée, le terminal de correspondances dédié au hub euro régional d’Air France, autour duquel la circulation des avions est impossible puisque ce satellite en Y est relié au terminal T2 par une galerie aérienne.
Le satellite du nouveau Terminal 3 low cost de Lyon-Saint Exupéry permet de traiter dix avions

Avant Noël, un nouveau bâtiment abritant 8 postes d’inspection filtrage entrera en fonction, entre l’ancien terminal low cost et le nouveau. Ce chantier s’achèvera au printemps 2012 avec la réouverture de l’ancien Terminal 3 réaménagé pour l’enregistrement des passagers et la livraison des bagages. Au final, le chantier aura duré 18 mois et coûté 24,2 millions d’euros. Pour ce prix, l’aéroport double sa capacité dédiée au trafic low cost et offre à ses passagers un confort sans commune mesure. Lyon-Saint Exupéry peut désormais faire face avec sérénité à l’accroissement de son trafic low cost qui devrait atteindre 30% de son trafic total d’ici 5 ans.
Le Terminal T3 est implanté au milieu du parking avion

Avec plus de 1,5 million de passagers accueillis depuis le début de l’année 2011, l’ancien Terminal 3 avait atteint son maximum. Lors de sa mise en service en 2007, le trafic low cost ne représentait que 3% à Lyon-Saint Exupéry où Air France régnait alors en maître absolu. L’ouverture de la base easyJet en avril 2008 a donné un coup d’accélérateur au développement de ce marché qui représente désormais un peu plus de 21% du trafic total de la plate-forme.

Une galerie partiellement enterrée de 400 m de long relie le satellite T3 à l'aérogare de l'aéroport Lyon-Saint Exupéry

Non seulement la capacité du nouveau Terminal passe à 3 millions, mais les conditions opérationnels et de confort offertes aux compagnies et à leurs clients sont nettement améliorées. Plus d’espace et plus de lumière, l’embarquement se fait désormais dans un environnement soigné ouvert sur l’extérieur. Une dizaine d’avions peut être traitée simultanément. Chaque poste avion est équipé d’une alimentation électrique 400 Hz qui supprime les nuisances sonores et les émissions de CO2. La qualité environnementale de ce nouveau terminal répond aux normes les plus exigeantes.
Des puits de lumière éclairent le niveau

Le satellite d’embarquement a fait l’objet de simulations thermiques dynamiques afin d’évaluer de manière détaillée ses besoins énergétiques et son confort thermique. Ces études préalables ont notamment permis d’ajuster les caractéristiques techniques des systèmes (chauffage, VMC, climatisation), et les caractéristiques constructives. Au final, les 15 000 m2 dont 11 000 m2 de bâtiment neuf ont été construits pour un coût inférieur de 30 % à celui d’un bâtiment classique.
Le nouveau satellite T3 offre un ensemble de commerces

Le nouveau satellite d’embarquement implanté au cœur du parking avion est l’amorce d’un vaste plan de redimensionnement du Terminal 1 utilisé actuellement par l’ensemble des compagnies extérieures au groupe Air France. L’objectif est de doubler également sa capacité et de mutualiser avec le T3 les postes d’inspection filtrage, ainsi que de créer 4.000m2 de boutiques. La première tranche du futur ensemble qui représentera 75% du programme doit être livrée en 2016 et le solde en 2020. L’investissement s’élève à 100 millions d’euros pour la première tranche et 30 à 40 M€ pour la seconde. A terme, la capacité du terminal T1 passera de 2,5 millions de passagers actuellement à 5 millions.
Une touche de couleur pour adoucir le cadre…

Jusqu’en 2016, les passagers des compagnies low cost devront se contenter de la galerie provisoire pour rejoindre le terminal 3 où là, ils pourront mesurer le gain de confort par rapport à l’ancienne aérogare en toile, utilisée en d’autres temps pour les charters des neiges. Un marché qui a quasiment déserté la plateforme lyonnaise.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

3 commentaires

Laisser un commentaire

Sur facebook