Accueil » Aviation Générale » ULM : c’est parti pour les 600 kg !

ULM : c’est parti pour les 600 kg !

Le fabricant Turbotech a oeuvré auprès de la DGAC pour obtenir l'élargissement de la réglementation ULM. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Ça y est, les ULM français vont pouvoir monter jusqu’à 600 kg, comme leurs cousins européens. L’information est tombée au premier jour du salon AERO (Friedrichshafen, 17-20 avril 2024). Elle a été divulguée par son principal artisan, le français Turbotech. Elle est saluée par les constructeurs européens d’ULM.

En 2019, une évolution de la réglementation européenne autorisait chaque pays à étendre la catégorie ULM aux machines pesant jusqu’à 600 kg, contre 450 kg auparavant. La France, désireuse de préserver les spécificités de sa réglementation ULM, d’une souplesse inégalée, choisit alors de se limiter à 500 kg, se démarquant ainsi de ses voisins.

Les motivations étaient louables, mais cette restriction s’est inévitablement traduite par une certaine coupure du marché hexagonal, et par...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Thierry Gerard

    Bonjour Jean-Pierre
    J’ai pris connaissance personnellement d’une lettre officielle du directeur de la DSAC à M. Fauvet contenant les éléments rapportés dans l’article. Fallait-il que je demande à ce monsieur de faire certifier conforme sa signature auprès de sa mairie ? 😉
    Quant à la fédération… elle se faisait l’écho, immédiatement après la publication de notre article, de rumeurs infondées (et démenties depuis) selon lesquelles cette évolution réglementaire seraient réservées aux machines « à propulsion innovante » (dont on se demande bien qu’elle aurait été la définition juridique !!!!). Je pense que la fédération aurait dû mieux dialoguer avec la DGAC, personnellement je ne vois pas ce qu’elle aurait pu m’apporter.

    Répondre
  • par jean pierre frery

    bonjour
    un peu dommage de ne pas verifier l’info aupres de la DGAC ou la fédération….
    un constructeur, faisant un travail d’intox pour la france, ne suffit pas à faire la loi.il vendra sa machine en europe et pour les dix clients français , il pourra integrer un PPL. ( lol), au prix de la machine .
    de plus ce constructeur veut le beurre et l’argent du beurre ; ne pas s’emmerder avec une certification mais profiter du statut declaratif de l’ULM.
    un peu facile , non ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.