Accueil » Les Mirage F1 français vont reprendre du service aux USA

100

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Les Mirage F1 français vont reprendre du service aux USA
premium

Le ministère de la Défense vient de conclure avec l’américain Atac, filiale de Textron, la vente de la totalité de sa flotte de Mirage F1 actuellement stockée sur la base aérienne 279 de Châteaudun. A partir de 2018, ces 63 appareils sont appelés à voler comme plastron pendant 10 à 15 ans face aux F-16, F/A-18, F-22 et F-35 de l’US Navy, de l’US Marine Corps et de l’US Air Force. Une bonne opération pour l’Etat français mais aussi pour la filière industrielle de défense française, voire européenne.

13.07.2017

A partir de 2018, les Mirage F1 « CT », « CR » et « B » sont appelés à effectuer 200 à 250 heures de vol par an, dans le ciel Américain. Avant novembre 2017, la française Sofema doit en récupérer 63 à Châteaudun et transférer 6 millions de pièces détachées. © Frédéric Lert / Aerobuzz.fr

L’armée de l’air en viendrait presque à regretter d’avoir généreusement distribué aux associations de collectionneurs ses Mirage F1 réformés. Sur les 85 que comptait la flotte en 2014, lors du retrait du service de l’avion, 63 seulement ont pu être rachetés par Atac. Le contrat englobe également quelques six millions de pièces détachées représentant un volume de près de 10.000 mètres cube. La bonne opération pour la France C’est une première pour la France, à cette échelle. C’est aussi une bonne opération...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

12 commentaires

  • Silve

    Belle photo du 2/33 Savoie où j’ai servi de 1986 à 1988 (en échange Aéronavale – Armée de l’air). Il manque une info dans l’article : où adresser le dossier de candidature pour reprendre du service et piloter ces « plastrons » ? 🙂

  • Raymond75

    Ces avions seront donc bien entretenus, et dans une vingtaine d’années certains seront rachetés par des collectionneurs privés, comme cela est courant aux USA (ex : quelques F104 ou Phantoms). Nous pourront donc les admirer en vol lors des meetings les plus importants, mais il faudra aller là-bas, car en France plus aucun ne volera …

  • Greg

    On s’éloigne du sujet messieurs….
    Je suis surpris de n’entendre parler que d’ATAC….alors qu’il me semblait que Drakken était aussi sur les rangs….?

  • Collectionneur

    Et je le rajoute comme référence dans l’article sur le F1 du wiki 😉

  • shiualilapa

    Pouquoi les avoir retires alors qu’ils avaient encore du potentiel ?

    • Frédéric Lert
      Frédéric Lert

      L’armée de l’Air travaille tout de même mieux avec le Rafale. Mais il n’est pas faux de dire que le Skyraider était également un remarquable avion qui rendrait bien des services aujourd’hui dans le Sahel et pour pas cher…

    • Gil Roy
      Gil Roy

      Effectivement, mais vous remarquerez qu’elle est beaucoup plus développée sur Aerobuzz.fr. Nous n’aurions pas réservé cet article à nos abonnés Premium si nous n’avions fait qu’un copier/coller…
      Vive la pluralité de la presse !

    • Frédéric Lert
      Frédéric Lert

      Et j’ai envie d’ajouter que le journalisme ne se résume pas à une course de vitesse. Wikipedia nous apprend en outre que La Tribune fonctionne aujourd’hui avec 50 journalistes et que le titre, quand il existait encore sous forme papier, avait reçu 2,53 millions d’Euros de subventions de l’état entre 2003 et 2010. Fermez le ban.

      • pilotaillon

        Vive le web…
        Accrochons nous quand même, on aime le confort, la tranquillité liée aux certitudes et préférons la stabilité des connaissances et des idées : on peut donc imaginer que le changement inhérents au web génèrent des secousses, pour longtemps.
        Passionnant. A suivre !

      • Gil Roy
        Gil Roy

        C’est un fait : le web révolutionne l’information comme le reste de notre existence. Il y a ceux qui en ont conscience et ceux qui croire en avoir conscience. Il y a ceux qui donnent des leçons et ceux qui font.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.