Accueil » Industrie » Zodiac Aerospace peine à résoudre son problème de production de sièges

Zodiac Aerospace peine à résoudre son problème de production de sièges

A l’occasion de la publication de son chiffre d’affaires semestriel, l’équipementier aéronautique n’a pas fait mystère de ses difficultés à mettre en œuvre une nouvelle organisation industrielle visant à résorber ses retards et à améliorer la qualité de la production de ses sièges et de ses équipements de cabine d’avions de ligne. Dix-huit mois devraient être nécessaire pour ramener ses activités de sièges et d'intérieurs de cabine à la normale.

Zodiac Aerospace est confronté à un casse-tête complexe et ce n’est surement pas la pression que lui met publiquement son client Airbus, chaque fois que l’occasion lui est donnée, qui arrange sa situation. L’équipementier aéronautique n’est pas parvenu à suivre le rythme de la montée en cadence des programmes du constructeur européen, ni à être prêt au moment du démarrage des livraisons de l’A350XWB. Aujourd’hui, il est non seulement distancé, mais il fragilise l’ensemble. Le plan Focus destiné à renforcer le processus de production devrait mettre encore dix-huit mois avant de porter ses fruits, a déclaré Olivier Zarrouati, Président du directoire de Zodiac Aerospace. Le groupe fragilisé a choisi de jouer cartes sur table pour rassurer les analystes financiers.

« La branche Seats, connait une mise en place longue et coûteuse de ses plans de redressement et de transformation industrielle, en particulier sur son site de fabrication de coques de sièges à Santa Maria en Californie. La branche Cabin pour sa part est engagée dans une transformation industrielle et un renforcement de ses opérations, alors qu’elle est confrontée au démarrage de la production des lavatories de l’A350XWB et à la montée en cadence des nouveaux programmes, au début de leur courbe d’expérience. »

Pour Zodiac Seats, l’objectif prioritaire demeure la résorption de ses retards de livraison et l’amélioration de la qualité des produits livrés, pour conforter la confiance de ses clients. Les retards de livraisons de sièges sont en moyenne stabilisés au même niveau depuis trois mois. Ces retards sont concentrés sur quelques programmes de sièges et sont principalement liés à l’activité coques.

« Les coques (Seat Shell) sont une partie intégrante importante d’un siège de classe affaires, dont elles peuvent représenter entre 50% et 60% de la valeur. Ce sont des produits techniques relativement complexes, pour lesquels l’exigence de qualité perçue par les clients est élevée, qui nécessitent un développement spécifique pour chaque configuration décidée par les clients, qui obéissent à des normes de certification élevées et qui intègrent les contraintes de production inhérentes aux produits en matériaux composites. »

A l’intérieur de la branche Zodiac Seats, la division Zodiac Seat Shells, implantée à Santa Maria en Californie emploie environ 1.800 salariés et a été profondément transformée au cours des années avec le doublement de sa taille et le passage à une production plus industrielle.

La branche en difficulté, a commencé à modifier sa gouvernance, à travailler sur une meilleure intégration et à mettre en place un nouveau système opérationnel (engineering et production). En outre, Zodiac Seats procède à des recrutements pour augmenter et renouveler les compétences.

Au sein des activités Aircraft Interiors, l’autre branche, en l’occurrence Cabin, est confrontée à des difficultés opérationnelles liées à la montée en cadence des nouveaux programmes, en particulier la montée en cadence de la production de cabinets de toilettes (lavatories) de l’A350XWB.

« La ligne de production initiale de Cypress (Californie, USA) fait l’objet de plans d’amélioration. Mais sa production insuffisante a nécessité la mise en place d’une seconde ligne d’assemblage à Montréal. Ceci permettra de passer d’une cadence de 2 shipsets (jeux avion) par mois à 8 en quelques mois. De janvier à février 2016, la cadence a doublé en passant à 5 shipsets par mois, tout en améliorant la qualité des ensembles livrés. La branche a engagé des actions spécifiques de re-conception suite à de nombreux problèmes en service, de diminution des surcoûts liés à la non-qualité ou aux achats. »

Dans ce contexte, Zodiac Aerospace a déclaré récemment être ouvert à toute offre de rachat. Safran qui se recentre sur ses activités d’aéronautique et de défense pourrait être intéressé.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Sur Facebook

Sur Twitter