Accueil » Industrie – brèves » Airbus et VDL Group vont tester la communication par laser

Airbus et VDL Group vont tester la communication par laser

Le démonstrateur UlraAir permettra d'échanger des données via des faisceaux laser dans un réseau de stations terrestres et de satellites en orbite géostationnaire à 36.000 km au-dessus de la Terre. © Airbus

Airbus et le néerlandais VDL Group vont travailler sur un démonstrateur de terminal de communication laser. Cette technologie permettra l'échange de grandes quantités de données avec les aéronefs militaires et les avions de ligne. Le premier test devrait avoir lieu en 2024.

Airbus et VDL Group ont signé un accord de partenariat pour le développement et la fabrication d’un terminal de communication laser pour avion, baptisé UltraAir. Sur la base du développement mené par Airbus et l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique appliquée (TNO), les deux entreprises envisagent un premier essai en vol du prototype en 2024.

UltraAir permettra l’échange de grandes quantités de données à l’aide de faisceaux laser dans un réseau de stations terrestres et de satellites en orbite géostationnaire à 36.000 km au-dessus de la Terre. Ce terminal laser devrait permettre des débits de transmission de données pouvant atteindre plusieurs gigabits par seconde, tout en assurant un antibrouillage et une faible probabilité d’interception.

Un usage militaire est envisagé en premier lieu. UltraAir permettra ainsi aux avions et drones de se connecter au sein d’un réseau, autrement dit un « cloud » de combat multi-domaines grâce à des constellations de satellites.

À plus long terme, UltraAir pourrait également être mis en œuvre sur les avions commerciaux pour permettre aux passagers d’établir des connexions de données à haut débit.

Selon Airbus, la communication laser apporte 1.000 fois plus de données, 10 fois plus vite que le réseau actuel.

Les liaisons laser ont également l’avantage d’éviter les interférences et la détection. En comparaison des fréquences radio par ailleurs déjà encombrées, elles sont difficiles à intercepter en raison d’un faisceau beaucoup plus étroit. Les terminaux laser peuvent être plus légers, consommer moins d’énergie et offrir une sécurité accrue en comparaison de la radio.

Fabrice Morlon

Après des études de lettres, Fabrice Morlon s’oriente vers le journalisme. Il a fondé l'agence de communication Airia en 2013. Pilote privé, il a rejoint la rédaction d’Aerobuzz, début 2013. Fabrice Morlon a, principalement, en charge l’aviation légère, l’avionique et les équipements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.