Accueil » VoltAero retient Rochefort pour implanter son futur site d’assemblage

VoltAero retient Rochefort pour implanter son futur site d’assemblage

L'avion hybride électrique Cassio 1 de Voltareo vient de boucler un tour de France de 3.000 km. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

VoltAero a choisi le site de l’aéroport de Rochefort, en Charente-Maritime, pour produire sa famille d’avions hybrides électriques Cassio, dans une nouvelle usine d’assemblage qui sera spécialement construite pour VoltAero.

L’usine sera située sur une emprise de 6.770 m2 qui comprendra la chaîne d’assemblage, les zones logistiques et les bureaux. La construction de l’installation devrait commencer au cours du 2ème trimestre 2022. À plein régime, VoltAero prévoit de produire environ 150 avions par an pour la famille d’avions Cassio.

Ce projet nécessitant pour le Département de Charente-Maritime et le Syndicat Mixte des aéroports de La Rochelle – Ile de Ré et Rochefort – Charente-Maritime, d’engager des investissements et notamment la construction...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(2) { [0]=> int(29) [1]=> int(33) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Attendons la carambouille à venir. Rdv dans 5 ans.

    Répondre
    • Carambouille parce qu’un territoire croit dans un projet et fait construire un bâtiment et le mettre en location ?
      Rassurez vous, ce n’est pas de l’argent perdu car la pierre est la valeur refuge du moment…
      La partie dure des installations est surtout un investissement qui pèse beaucoup dans le comte d’exploitation d’une société naissante, mais qui est indispensable à son étape d’industrialisation, donc de sa performance économique future. Pourquoi le territoire ne ferait-il pas le relais ?
      Juste vous inviter à regarder tout autour de vous car ces montages sont triviaux, mais pas toujours rendus publics…

      Répondre
      • Remember le « Skylander » de la défunte Geci aviation à Chambley. Le conseil général du haut Rhin n’a jamais récupéré sa mise.
        Ce n’est jamais bon quand des élus se mêlent de jouer les « business angels ».
        Mais, dans ce pays, il existe un endroit où un nouvel élu, quel que soit son niveau, reçoit une injection de « je sais tout » dès son élection…
        Reste à savoir qui sera propriétaire des murs. La pépinière d’entreprise telle qu’elle existe dans de nombreuses communes n’est pas une mauvaise idée. Mais à Rochefort, on semble être à une tout autre échelle.

        Répondre
  • Trop forts ces vendeurs d’illusions !
    Bravo.

    Répondre
  • Répondre
  • Comment ça ? Ce sont le Département de Charente-Maritime et le Syndicat Mixte des aéroports de La Rochelle – Ile de Ré et Rochefort – Charente-Maritime, qui paient le batiment industriel aéronautique ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(29) [1]=> int(33) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(29) [1]=> int(33) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.