Accueil » Le CORSIA adopté par l’OACI

Le CORSIA adopté par l’OACI

Les Etats membres de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) ont adopté, à la quasi-unanimité, les normes et pratiques qui vont permettre d’avancer concrètement sur la mise en œuvre du dispositif mondial de compensation des émissions de CO2 de l’aviation, le CORSIA (« Carbon Offsetting and Reducing Scheme for International Aviation »).

2.07.2018

Le CORSAI fait de l’aviation le premier secteur à se doter d’un mécanisme de compensation de ses émissions de CO2 au niveau mondial. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Le CORSIA est d’une certaine manière la variable d’ajustement qui va permettre à l’aviation civile d’atteindre les objectifs environnementaux particulièrement ambitieux qu’elle s’est fixée à moyen et long terme.

L’adoption des modalités pratiques de mise en œuvre est une nouvelle étape qui concrétise la volonté du secteur de s’engager dans l’Accord de Paris et dans la lutte contre le changement climatique. La France s’est particulièrement impliquée pour parvenir à ce résultat. L’unité des Etats membres de l’Union européenne, avec l’appui de la Commission européenne, aura également été déterminante en ce sens.

Dès janvier 2019 les opérateurs du transport aérien et les Etats devront ainsi suivre et déclarer leurs émissions de CO2 liées à l’aviation internationale. L’accord obtenu était nécessaire pour donner à l’ensemble des opérateurs les outils nécessaires pour s’engager dans le dispositif.

Le CORSIA est un mécanisme qui permettra à l’aviation internationale de compenser ses émissions en croissance à partir du niveau atteint en 2020. Le CORSIA fait partie intégrante de la stratégie des Etats membres de l’OACI en matière de lutte contre le changement climatique à côté des améliorations technologiques et opérationnelles et du déploiement des biocarburants aéronautiques durables. La France, aux côtés des autres Etats membres de l’Union européenne, des principaux pays aéronautiques mais également de nombreux autres pays pour lesquels le changement climatique représente un enjeu vital, est volontaire pour la première phase du dispositif qui devra permettre de couvrir à partir de 2021 la majorité des émissions de l’aviation internationale.

 

2 commentaires

  • BIB57

    Mieux vaut être vert que mort!
    (que ce soit noyés par la montée des flots ou étouffés par les gaz polluants ou, économiquement, par des restrictions drastiques du transport aérien)

  • Fbs

    Encore des taxes en perspective…..on sera sans doute plus « verts » en les découvrant quand la facture arrivera

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.