Accueil » Le CityAirbus Next Gen ou une nouvelle philosophie du principe de redondance

Le CityAirbus Next Gen ou une nouvelle philosophie du principe de redondance

Jörg Müller, responsable de la mobilité aérienne urbaine (UAM) chez Airbus, a présenté, à l'European Rotors, le concept du CityAirbus Next Gen en présence de ses principaux partenaires Thales et Diehl. © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Airbus a sélectionné deux fournisseurs pour les commandes de vol électriques du CityAirbus NextGen, son futur taxi volant dont le premier vol est prévu en 2023. Dans un souci de sécurité maximale Thales prendra en charge les calculateurs de commandes de vol primaires tandis que Diehl fournira les calculateurs secondaires.

Airbus a finalisé son projet d’eVTOL. Il est le fruit des recherches menées aux cours des dernières années avec les deux démonstrateurs CityAirbus et Vahana. Elles ont débouché sur le CityAirbus Next Gen, un aéronef entièrement électrique à décollage et atterrissage vertical propulsé par huit moteurs électriques dont la maquette a été dévoilée au salon European Rotors à Cologne (16-18 novembre 2021).

Ce taxi volant dont le premier vol est prévu pour 2023, sera 100 % électrique et pourra...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

3 commentaires

array(2) { [0]=> int(11) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • L’hélicoptère ne s’est pas imposé comme taxi urbain. Je ne suis pas sûr que l’arrivée de la motorisation électrique fasse naître ce besoin. Le défi technique et réglementaire dans lequel s’engagent l’Industrie et les Services Officiels est cependant passionnant à relever. Certains ayant promis des appareils certifiés dès 2021 j’ai, cette année, commandé mon taxi au Père Noêl.

    Répondre
  • par Gilles Rosenberger

    La gestion de la redondance repose jusqu’ici sur le vote entre un nombre impair de chaines d’information. Et pour faire court, la consigne est alors déduite du vote majoritaire, ex : 2 contre 1.
    Ici avec seulement 2 chaines (Thales et Dielh), Airbus a-t-il expliqué comment se traite le cas où les 2 chaines proposent des états contradictoires. Lequel « a-t-il raison » ?

    Répondre
    • On peut parler de redondance lorsque plusieurs capteurs mesurent un seul paramètre mais aussi lorsque la même mesure est faite de différentes manières.
      Si on surveille en même temps la vitesse air par des sondes Pitot et la vitesse sol par le GPS on peut déduire l’une de l’autre au moment de la défaillance de l’une des deux. L’intelligence humaine peut aussi conclure que la vitesse air n’ a pas changé si l’horizon artificiel n’a pas bronché au moment de l’arrêt des sondes Pitot.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(11) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(11) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.