Accueil » SMA mise désormais sur la première monte

100

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

SMA mise désormais sur la première monte

Le motoriste français renonce au marché du retrofit sur lequel pourtant elle avait basé son développement depuis l’origine. Son nouvel objectif est d’acquérir une crédibilité forte auprès des constructeurs majeurs d’avions légers dans le but de faire de la première monte.

1.06.2007

Depuis le rachat de la société SMA par le groupe Safran en 2005, le mot d’ordre est la discrétion. Luc Pelon présent au début de l’aventure dans les années 90 a été rappelé à la tête de l’entreprise. Nommé PDG, il s’est employé à remettre à plat le problème et à définir une nouvelle stratégie.

La certification américaine du moteur diesel SMA SR-305-230 sur le Cessna 182 obtenue l’été dernier constitue à ses yeux un grand pas en avant. Il cherche maintenant à obtenir de l’EASA, la reconnaissance de la certification américaine, afin de n’avoir à terme qu’un seul moteur à produire. Plus exigeante que l’agence européenne, la FAA a imposé, en particulier, une meilleure protection contre les hautes fréquences électriques (orages) et électromagnétiques (radar).

Pour expliquer l’interminable mise au point du moteur et l’arrêt provisoire de la commercialisation, Luc Pelon reconnaît qu’« au départ, la difficulté de mettre au point un moteur diesel pour l’aéronautique a été sous-estimée ». Au cours de l’année dernière, il a encouragé financièrement les propriétaires d’avions équipés de moteurs SMA à voler pour obtenir un retour d’expérience significatif. « Notre objectif a été d’accumuler des heures de vol dans les conditions réelles d’exploitation, ce qui est radicalement différent d’un programme d’essais », explique-t-il.

Plus de 6000 heures de vol ont été totalisées en 2006 par une trentaine d’avions. Elles ont permis de mettre en lumière certains points à optimiser au niveau notamment de l’injection, la suralimentation ou encore l’échappement. Ce travail de fond a également été l’occasion d’adresser un message fort aux actuels propriétaires, aux distributeurs et aux ateliers de mécanique, inquiets des retards accumulés dans la mise au point du moteur, la faillite de la société et l’arrêt de la production de nouveaux moteurs. Luc Pelon se veut rassurant en faisant remarquer que si Safran a choisi d’exposer le moteur SMA sur son stand au Bourget, au milieu de ses réacteurs, c’est qu’il croit en lui.

SMA a effectué un changement de cap radical en renonçant au marché du retrofit sur lequel pourtant elle avait basé son développement depuis l’origine. « Notre objectif aujourd’hui est d’acquérir une crédibilité forte auprès des constructeurs majeurs d’avions dans le but de faire de la première monte ». Luc Pelon s’emploie à mettre en place un accord avec un premier constructeur qui pourrait être effectif dès l’année prochaine. Il se veut confiant. Il va devoir auparavant convaincre des avionneurs septiques, d’autant que les pays consommateurs (l’Europe essentiellement) ne sont pas, pour l’heure, les pays producteurs (les USA principalement). Pour la SMA, dans le contexte actuel, la présence au salon du Bourget était plus que jamais une nécessité.

Gil Roy

Salon du Bourget 2005

—-

Lire aussi…

-*L’américain Continental va produire le moteur diesel SR-305 de SMA sous licence 13 mai 2010

-*SMA remet à plat son moteur diesel SR-305-230 Juillet 2009

-*Le motoriste SMA revoit sa copie Juin 2009

-*SMA redoute l’onde de choc Thielert sur le marché américain Juin 2008

-*Le motoriste français SMA en difficulté Février 2005

-*Luc Pelon de retour aux manettes de SMA Juillet 2005

-*Montée en puissance du moteur diesel SMA Juin 2003

—-

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.