Accueil » Le RX1E-A électrique chinois fait son premier vol

Le RX1E-A électrique chinois fait son premier vol

Le dernier prototype du monoplan ailes hautes tout électrique chinois, le RX1E-A a effectué son premier vol début novembre 2017, qui aurait duré deux heures. Liaoning General Aviation Academy annonce démarrer prochainement le développement d'un quadriplace.

11.11.2017

Le RX1E-A est le prototype du nouveau biplace tout électrique dérivé du RX1E, produit en série depuis 2016 © Xinhua

Le premier prototype du RX1E a effectué son premier vol le 6 juin 2012, qui avait duré 45 minutes. Cinq ans plus tard, la nouvelle version du monoplan biplace bénéficie de l’avancée technologique en matière de batteries en doublant son autonomie. Il s’est également alourdi de 100 kg.

Le RX1E-A a effectué son premier vol début novembre 2017, qui aurait duré deux heures, d’après le site d’informations China Daily. Le LSA tout électrique est développé en coopération par Liaoning General Aviation et Shenyang Aerospace University. Ses concepteurs annoncent un tarif de l’heure à 10 yuan, soit 1,3 € et espèrent vendre leur appareil sur les marchés nord-américains et européens.

Le nouveau prototype a une masse maximale au décollage de 600 kg et a une vitesse maximum de 160 km/h, d’après les concepteurs. Le constructeur a dit avoir travaillé pendant deux ans à l’amélioration du design de l’avion de manière à ce qu’il soit suffisamment léger pour permettre une motorisation électrique et d’augmenter le nombre de batteries au lithium, sans plus de précisions techniques.

Le RX1E a reçu sa certification chinoise de navigabilité en 2014 et deux appareils ont été livrés en 2015. Le programme totaliserait 1.300 heures de vol, avec tous les appareils mis en service. 128 appareils auraient été commandés à ce jour et le constructeur annonce vouloir augmenter la cadence à 100 appareils produits par an d’ici à 2020. Le prix du RX1E est d’environ 1 million de yuans, soit 140.000 euros environ.

Liaoning General Aviation a également annoncé travailler au développement d’un quadriplace sur la base de son RX1E-A.

F.M.

Production en série d’avions électriques, une réalité chinoise

 

4 commentaires

  • G LESCALUP

    Et le coût de la batterie en remplacement?
    Selon l’UFC concernant une voiture Ion, la batterie en remplacement est vendue 17500 euros, plus chère que la voiture neuve.

  • Fbs

    Un vol de deux heures ? Je suis impressionné. A quand son premier « 300 » ?. Parce qu’avec une petite batterie de moto pour la radio, on fait déjà ça tous les jours (quand la météo veut bien) en planeur…faut croire qu’il plane pas si bien que ça leur truc…

  • Jean-Marie Klinka
    Jean-Marie Klinka

    Le moteur à essence a encore de beaux jours devant lui.
    Cet avion chinois est doté de batteries Li-Ion de « dernière » génération. Avec les inconvénients liés à cette technologie. Les problèmes de feu, d’emballement etc.. c’est pas grave, le développement de l’aviation en a vu d’autres.
    Il est par contre criminel de faire produire le Lithium par des populations pauvres qui ne profiteront pas de ces « avancées » et en crèveront pour cause de pollution: souhaitons qu’Airbus conserve son retard et que les chinois se précipitent sur l’invention du siècle !
    JMK
    « La production de lithium consomme de grandes quantités d’eau. On procède en effet à une évaporation ciblée pour accroître la concentration en lithium dans la cuve, l’eau n’étant ni récupérée, ni réinjectée dans la nappe phréatique. Il en résulte une pénurie dans les communes environnantes, ainsi qu’une pollution des sols et des réserves d’eau, faute de traitement adapté des effluents miniers. C’est non seulement un problème pour l’agriculture, mais aussi pour l’approvisionnement en eau potable de communes entières » extrait d’un article de Sophia Boddenberg/Arte

  • Patrick COUTANT

    Bonjour

    Il est évident, que les chinois font preuve de compétences pour l’aviation électrique.

    Je travaille sur un système permettant le rechargement des avions électriques au sol.

    En constatant, comment sont traités les petits inventeurs indépendants, en France, je n’exclus pas de proposer ce système aux chinois.

    Malgré les avertissements, je peux prendre le risque, les chinois ont peut-être une mauvaise réputation pour les inventions, et copies, mais ce sont aussi des peuples, qui ont aussi beaucoup inventé au cours de l’Histoire, et qui ont aussi été copiés.

    Je n’ai pas d’apriori particulier à leur encontre, pour spolier des inventeurs, nous n’avons pas besoin des chinois, il se trouve, en RANCE et en occident en général suffisamment d’entreprises et organismes pour spolier des inventeurs, et des innovateurs.

    Cordialement
    P COUTANT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.