Accueil » Un Reaper pour surveiller le salon du Bourget ?

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Un Reaper pour surveiller le salon du Bourget ?

Un exemplaire du drone américain doit entrer en service prochainement sur la base de Cognac. L’appareil sera avant tout utilisé pour les missions d’entrainement, mais l’armée de l’Air songe également à s’en servir lors du prochain salon du Bourget…

23.02.2017

L’objectif de l’armée de l’Air est de disposer de cinq équipages qualifiés pour les phases de décollage et d’atterrissage d’ici la fin de l’année. © Frédéric Lert/Aerobuzz

 

L’appareil est arrivé en caisses à Cognac le 13 janvier dernier et son premier vol est attendu pour la fin mars. C’est le sixième appareil de ce type mis en service en France, les cinq autres étant installés à Niamey (Niger) d’où ils font la guerre contre les groupes islamistes.

L’armée de l’Air dispose actuellement d’une quinzaine d’équipages pour trois appareils opérationnels et trois autres en cours de remontage. L’outil drone coûte cher en main d’œuvre… © Frédéric Lert/Aerobuzz

L’appareil de Cognac sera utilisé par l’escadron de drones 1/33 Belfort pour l’entrainement et le maintien des qualifications des équipages. Mais il ne permettra pas dans un premier temps de former des « ab initio » : il faudrait pour cela une cabine de simulation qui ne sera livrée qu’au deuxième semestre 2017. Contrairement à ce qui se passe à Niamey, le pilotage au décollage et à l’atterrissage depuis Cognac sera assuré par des Français. Un seul équipage de l’armée de l’Air est pour l’instant qualifé pour cet exercice mais un deuxième, en cours de formation aux Etats-Unis, devrait le rejoindre à la fin mai.

Le retrait des Harfang étant prévu à la fin de cette année, l’armée de l’Air se trouvera bientôt à la tête d’une flotte homogène et performante de drones MALE. Restera à leur donner une capacité offensive… © Frédéric Lert/Aerobuzz

Si le calendrier risque d’être trop juste pour permettre à l’appareil de faire une apparition au meeting de Bordeaux le 14 mai, sa participation au Dispositif Particulier de Sûreté Aérienne (DPSA) du 52ème salon du Bourget est en revanche plus plausible. F.L.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.