Accueil » Volocopter dévoile son eVTOL quadriplace

Volocopter dévoile son eVTOL quadriplace

Le pionnier allemand de l’Urban Air Mobility présente un nouveau modèle d’aéronef autonome électrique à décollage et atterrissage vertical (eVTOL) quadriplace à aile fixe. Volocopter vise une certification du VoloConnect d’ici à 5 ans à des fins de transport public.

19.05.2021

Le Voloconnect de Volocopter, un aéronef hybride, multirotor à voilure fixe. © Volocopter

Même si en passant de deux à quatre places, Volocopter double la capacité de son futur taxi volant autonome, ce qui en soi est déjà un tour de force, la nouveauté la plus notoire avec ce nouvel engin volant réside dans le système de motorisation. Le constructeur allemand passe de la formule multicopter originelle, emblématique de son biplace Volocity et de son drone associé VoloDrone, à un système hybride. Le Voloconnect est doté d’un ensemble de 6 rotors pour le...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

3 commentaires

  • weber gerard

    C’est effectivement un joli travail d’esthétisme.
    Par contre, le développement de ce type de véhicule passe par l’intégration dans le paysage urbain avec des empreintes sonores qui devront être très basse.
    Nous ne trouvons dans aucun article le niveau sonore de ces machines.
    La formules proposée , si elle permet de multiplier les passagers, a par contre l’inconvénient d’augmenter probablement fortement la nuisance sonore.
    travailler sur ce paramètre conditionne sans nul doute le succès de ces machines.
    il suffit déjà de voir les plaintes des riverions d’aérodromes alors que le niveau sonore ne dépasse pas 60 dbA

    • Sylca

      Les riverains d’aérodromes s’installent sur des terrains peu cher (justement du fait de nuisances) grâce à des maires sans scrupules (qui donne les permis de construire, hein ?) qui ne sont jamais inquiétés après. Suite à quoi les riverains mécontents se groupent en association, puis restreignent voire font fermer un aérodrome souvent quasi centenaire qui n’avait rien demandé. A Lognes/Emerainville par exemple (longtemps plus gros aérodrome d’Europe en trafic école, 14 clubs sur le site, excusez du peu), 10 000 personnes lors du plan d’exposition au bruit en 1986. 60 000 personnes en 2000 dont certains à moins de 300m du seuil de piste. Cherchez l’erreur. Quant à Roissy, qui était la promenade du dimanche pour aller voir décoller les avions au milieu des champs lors de sa construction, c’est aujourd’hui nos impôts qui financent les insonorisations des habitations des riverains, qui pourtant était parfaitement au courant de la proximité de l’aéroport.
      Non seulement les maires attribuent des permis de construire là où il ne faudrait pas, mais en plus ils n’imposent même pas l’insonorisation dès la construction, où le surcoût est bien plus raisonnable qu’après coup ! Construire en jugulant un risque, pourquoi pas, mais là, rien ! Et après, c’est sur l’aérodrome et son écosystème qu’on tape. Le monde à l’envers…

  • PlasticPlane

    Joli. Ailes, fans, rotors… on se rapproche du croisement entre un avion et un hélico. Ça parait crédible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.