Accueil » Electro An 1 (3/5) – Le Velis Electro à l’épreuve des opérations

Electro An 1 (3/5) – Le Velis Electro à l’épreuve des opérations

Plus d'un an après la certification européenne du Velis Electro, il est difficile d'imaginer tous les obstacles que doivent quotidiennement surmonter les acteurs français engagés dans la transition énergétique de l'aviation légère. © Gil Roy/ Aerobuzz.fr

A partir du moment où le Velis Electro a été certifié par l’EASA, il a tout fallu réinventer pour en faire un avion opérationnel. De l’immatriculation des machines au lâcher des pilotes, en passant par la formation des mécanos et des instructeurs ou encore à la mise en place d’un support client à l’échelle de la France, les obstacles ont été franchis les uns après les autres. Christian Stuck (Finesse Max), l’importateur français du Velis Electro, en première ligne, raconte.

La 10 juin 2021, un an après avoir reçu la certification européenne du Velis Electro, Pipistrel dressait un premier bilan. La flotte totalisait alors 1.500 heures de vol, les deux principaux exploitants étant la Fédération française aéronautique avec 6 avions et l’école suisse Alpin Air Planes avec 13. A travers l’Europe, 27 instructeurs étaient qualifiés sur le Velis Electro, ainsi que 27 mécaniciens. Derrière ces chiffres, il y a une autre réalité.

La fée Velis Electro